• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Tsunami

    Définition

    "Un tsunami (mot japonais) est un raz-de-marée dû en général à un phénomène soudain et violent qui a lieu en mer près d'une côte ou au large des côtes. Il peut s'agir d'un séisme, d'un glissement de terrain, d'une éruption volcanique, d'une explosion nucléaire, voire de la chute d'une météorite, d'un astéroïde ou d'une comète.

    Selon les géologues, les séismes et autres cataclysmes sont possibles parce que le globe terrestre se compose de diverses couches. En partant du centre, on trouve un noyau solide, un noyau liquide et un manteau solide. Le manteau se compose d'une couche non rigide, l'asthénosphère, sur laquelle flotte la couche externe de la croûte terrestre, la lithosphère.

    La lithosphère est formée de plaques immenses sur lesquelles reposent les continents et les océans. Selon la théorie de la tectonique des plaques, des courants de magma se déplacent constamment sous ces plaques dans diverses directions. Parfois des plaques qui sont adjacentes s'éloignent l'une de l'autre ou s'entrechoquent. Une plaque peut aussi glisser sous une autre (phénomène de subduction).

    Les tsunamis les plus destructeurs sont déclenchés par de grands séismes dont l'épicentre ou la ligne de faille se trouve près de l'océan ou au fond de l'océan à une faible profondeur. Ils ont lieu en général dans des parties du monde situées le long de plaques tectoniques où se produit le phénomène de subduction.

    Lorsque les plaques glissent l'une au-dessus de l'autre dans l'océan, elles créent de grands séismes qui déplacent d'immenses superficies du fond de l'océan sur des distances allant de quelques kilomètres à un millier de kilomètres ou plus. Ce phénomène a un effet sur la surface de l'océan : il déplace de l'eau et crée une série d'ondes marines. L'énergie du tsunami est diffusée dans toute la colonne d'eau située au-dessus de l'épicentre sismique, quelle que soit la profondeur de l'océan

    Les navires en haute mer peuvent ne pas ressentir les effets d'un tsunami, mais à leur approche des côtes et des eaux peu profondes, les vagues peuvent atteindre une hauteur considérable et se propager loin dans les terres. Ces vagues peuvent se déplacer dans l'océan aussi vite qu'un avion, à une vitesse de 800 kilomètres à l'heure.

    Un tsunami se compose d'une série de vagues très longues. Celles-ci se déplacent sur la surface de l'océan dans toutes les directions en s'éloignant du centre du séisme comme les rides concentriques créées par un caillou que l'on a lancé dans une pièce d'eau.

    La période des vagues (le temps qu'il faut à deux crêtes successives de vagues pour passer un point donné) peut avoir une durée de 5 à 90 minutes. Les crêtes des vagues peuvent atteindre une longueur d'un millier de kilomètres et être éloignées les unes des autres de quelques kilomètres à une centaine de kilomètres alors qu'elles se déplacent dans l'océan.

    En pleine mer, la longueur d'onde d'un tsunami peut atteindre jusqu'à 200 kilomètres et être plusieurs fois supérieure à la profondeur de l'océan, qui est de l'ordre de quelques kilomètres.

    Les vagues d'un tsunami en pleine mer peuvent se déplacer pendant de longues périodes de temps sur des distances de milliers de kilomètres, et perdre très peu d'énergie en cours de route. Plus l'eau est profonde, plus la vitesse des vagues est élevée.

    Elles arrivent sur la côte sous la forme d'une série de crêtes et de dépressions qui sont général espacées de 5 à 45 minutes. Alors qu'elles atteignent les eaux peu profondes situées le long des côtes, dans les baies ou dans les ports, leur vitesse diminue pour passer à 50 ou 60 kilomètres à l'heure.

    Par exemple, dans 15 mètres d'eau, la vitesse des vagues n'est que de 45 kilomètres à l'heure, mais 100 kilomètres plus loin, d'autres vagues se dirigent en eau profonde vers la même côte à une vitesse bien plus grande et, derrière elles, d'autres vagues se déplacent encore plus vite.

    Alors que les vagues deviennent comprimées près de la côte, la longueur d'onde se réduit et l'énergie des vagues se dirige vers le haut, accroissant ainsi leur hauteur considérablement. Même si une vague n'avait que 1 mètre de haut en pleine mer, elle peut atteindre 30 à 35 mètres lorsqu'elle déferle sur la côte. Si le tsunami a lieu à marée haute ou s'il y a une tempête dans la région à ce moment-là, les effets se cumulent et l'inondation et la destruction sont d'autant plus graves.

    Tous les séismes ne déclenchent pas un tsunami. Il faut en général que le séisme ait une magnitude de plus de 7,5 pour en produire un. Selon des estimations, le tremblement de terre du 26 décembre, dont l'épicentre était au large du nord de l'île de Sumatra, soit à quelque 1.300 kilomètres de la capitale de l'Indonésie, Djakarta, avait une magnitude de 9.

    Des tsunamis peuvent avoir lieu dans tous les océans, mers intérieures et grands lacs, mais on les observe surtout dans l'océan Pacifique, du fait que celui-ci couvre plus d'un tiers de la surface terrestre, qu'il est entouré de nombreuses chaînes de montagnes et qu'il comprend des fosses abyssales et des arcs insulaires dénommés le "cercle de feu" où ont lieu la plupart des séismes (au large des côtes du Kamtchatka, du Japon, des îles Kouriles, de l'Alaska et de l'Amérique du Sud). De nombreux tsunamis se produisent aussi dans les mers qui bordent l'océan Pacifique.

    Un des tsunamis les plus importants et les plus destructeurs que l'on ait jamais enregistré est celui de 1883 qui a fait suite à l'éruption volcanique de Krakatoa en Indonésie. Cette éruption a créé des vagues de 41 mètres de haut qui ont détruit des villages situés le long du détroit de Sunda entre l'île de Java et l'île de Sumatra et causé la mort de quelque 36.000 personnes.

    Selon certains géologues, l'éruption ou l'effondrement du volcan de Santorin dans la mer Egée aurait détruit la civilisation minoenne en Grèce, en 1490 av. J.-C.

    Au cours des dix dernières années, des tsunamis de grande ampleur ont eu lieu au Nicaragua (1992), en Indonésie (1992, 1994 et 1996), au Japon (1993), aux Philippines (1994), au Mexique (1995), au Pérou (1996 et 2001), en Papouasie-Nouvelle-Guinée (1998), en Turquie (1999) et au Vanuatu (1999)."

    Source : Cheryl Pellerin, Seuls les très grands séismes déclenchent un tsunami, "Washington File", 28 décembre 2004
    Service d'information de Washington, Bureau des programmes d'information internationale du département d'Etat américain
    Site Internet : http://usinfo.state.gov/francais/)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Raccourcis
    International Tsunami Information Center (National Weather Service, NOAA, Honolulu, Hawai)
    National Weather Service Tsunami Centers (National Oceanic and Atmospheric Administration, É.-U.)
    Pacific Tsunami Museum (Hilo, Hawai)
    University of Southern California Tsunami Research Group
    Notice de l'Encyclopédie Hachette (Yahoo ! France)
    Entrées de l'encyclopédie Wikipedia : angl., fr.
    Savage Earth : Waves of Destruction : Tsunamis (PBS Online)

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.