• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Zweig Stefan

    Écrivain autrichien

    Biographie

    Poète, dramaturge, essayiste, nouvelliste, biographe autrichien

    Voici comment le géographe Luc Bureau le présente, dans Mots d'ailleurs, Le Québec sous la plume d'écivrains et de penseurs étrangers.



    Dimanche après-midi le 22 février 1942. Tandis que l'écho du Carnaval de Rio se propage vers les hauteurs de Petrôpolis, dans une petite maison « avec vue admirable » sise au 34 de la rue Gonçalves Dias, un homme absorbe une dose massive de véronal et s'étend de tout son long sur le lit; tout aussitôt, une femme s'administre la même médecine et s'allonge à ses côtés. En quelques minutes, en quelques heures peut-être, l'un et l'autre passent de vie à trépas.

    Le matin même de ce double suicide, l'homme, Stefan Zweig, signe une lettre dans laquelle il tente d'expliquer son sinistre geste: «[...} à soixante ans passés il faudrait des forces exceptionnelles pour tout recommencer à nouveau et les miennes sont épuisées par des années d'errance sans patrie. Aussi, je pense qu'il vaut mieux mettre fin à temps, et la tête haute, à une vie pour laquelle le travail intellectuel a toujours représenté la joie la plus pure et la liberté individuelle le bien suprême sur cette terre. Je salue tous mes amis. Puissent-ils voir encore l'aurore après la longue nuit ! Moi, je suis trop impatient, je pars avant eux. » Son ami Klaus Mann, qui lui-même conclura au suicide quelques années plus tard, s'étonne : « Lui qui aimait tant la vie, qui savait si bien en jouir, qui semblait si choyé par le bonheur, si équilibré, si raisonnable. Il avait la gloire, l'argent, énormément d'amis, une jeune femme, et il a tout rejeté... Pourquoi ? » Question abyssale à laquelle personne ne pourra jamais répondre. N'empêche que l'explication embarrassée de l'un et l'étonnement scandalisé de l'autre offrent un compendium des contradictions qui ont nourri la vie de cet « Erasme moderne », de sa naissance à sa mort. Toute la vie de Zweig fut une suite de passions intellectuelles, pour Taine, pour Balzac, pour Dickens, pour Dostoïevski, pour Hölderlin, pour Nietzsche, pour Tolstoï, pour Stendhal, pour Emile Verhaeren, pour Romain Rolland, pour Freud, pour Verlaine, pour Baudelaire... Son oeuvre s'explique en grande partie par les hauts et les bas que son tempérament lui commande. Fils d'un riche industriel juif, qui n'eut jamais à « travailler » pour gagner son pain — rentier à vie ! —, Stefan Zweig a produit une oeuvre littéraire pourtant comparable aux douze travaux d'Hercule et ses voyages partout dans le monde rivalisent avec ceux d'Hermès. De 1900 à 1908, il parcourt tous les coins et recoins de l'Europe. En l'année 1911, de février à la fin avril, on repère ses traces dans le Nouveau Monde, où il parcourt la côte est des Etats-Unis, séjourne dans les Antilles, à Cuba, à la Jamaïque et à Porto Rico, remonte ensuite vers le Canada où il passera plusieurs semaines avant de redescendre au Panama : « Le monde entier est ma patrie. Je sens que je ne pourrais pas mourir sans avoir connu toute la terre », écrit-il à une amie suédoise. Sa condition de « Juif errant » lui offre parfois des motifs de fascination devant les paysages et devant les hommes. Au Canada, Zweig s'émerveille devant deux choses : la neige « d'une clarté aveuglante dans les premiers rayons du soleil » et la résistance opiniâtre d'une race condamnée par l'histoire.

    Luc Bureau,  Le Québec sous la plume d'écivrains et de penseurs étrangers, Boréal, Montréal, 2001, p.15-16

     

    Oeuvres

    Amok (1922)
    Le combat avec le démon (1925)
    La Confusion des sentiments (1926)
    Trois poètes de leur vie (Stendhal, Casanova, Léon Tolstoï) (1927)
    Les Heures étoilées de l'humanité (1928)
    Joseph Fouché (1928)
    La guérison par l’esprit (1931)
    Légendes (1931)
    Marie-Antoinette (1932)
    Vingt-quatre heures de la vie d'une femme (1934)
    Érasme (1934)
    Marie Stuart (1935)
    Castellion contre Calvin (1936)
    Brûlant secret (1938)
    Magellan (1938)
    Impatience du cœur (1938)
    La Pitié dangereuse (1939)
    Amerigo (1940)
    Le Brésil, terre d'avenir (1941)
    Le joueur d'échecs (1943)
    Voyages (livre de poche, déc. 2002)
    Tableau récapitulatif des oeuvres

    Documentation

    François Mathieu, Stefan Zweig l'ami européen, Regards, no 20, janvier 1997.
    Hal Crimmel, Der Amokläufer: Zweig’s Exploration of Manic Depression?, Salzburger Stefan Zweig Seiten.
    Klaus Zelewitz, Näher zu Stefan Zweig, Salzburger Stefan Zweig Seiten.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Références
    Données biographiques
    Nationalité
    Autriche
    Naissance
    28 / 11 / 1881, Vienne, Autriche
    Déces
    22 / 02 / 1942
    Raccourcis
    Stefan Zweig: «Nous ne sommes que des spectres». Émission «L'humeur vagabonde», Radio suisse-romande, 27 janvier 2001
    Site personel consacré à la vie et à l'oeuvre
    Stefan Zweig. Le monde d'hier, souvenirs d'un Européen (exposition, Bibliothèque départementale du Val d'Oise, Fr.)
    Stefan Zweig. An Austrian from Europe: exposition virtuelle de la Bath Royal Literary &
    Scientific Institution (Royaume-Uni)
    Stefan Zweig. Un Intellettuale Europeo (Giuseppe Fallica; en italien)
    Stefan Zweig Collection (Reed Library, State University of New York, College at Fredonia)
    Salzburger Stefan Zweig Seiten (Autriche)
    Stefan Zweig in der VIII. Classe des k.k. Maximilians-Gymnasiums

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.