• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Souveraineté

    Définition

    «La souveraineté est la puissance absolue et perpétuelle d'une République» (Jean Bodin)

    «Le concept de souveraineté a pour effet de centrer la politique sur les notions d'autorisation, de puissance et de pouvoir, s'opposant par là aux théories antérieures, toutes centrées sur les notions substantielles de loi et de légitimité. Son introduction dans la philosophie politique aux débuts de l'époque moderne semble donc avoir eu pour effet un déplacement définitif des questions pertinentes: il ne s'agit plus de savoir si un pouvoir est juste (ce qui revient à subordonner l'existence du pouvoir à sa moralité et la norme politique à celle qui ne l'est pas), mais de savoir à qui appartient le pouvoir de commander et comment ce pouvoir a été conféré.»

    Jean-Fabien Spitz, John Locke et les fondements de la liberté moderne, Paris, PUF, collection «Fondements de la politique», 2001.

    Enjeux

    «L'indépendance pure et simple d'un pays est irréaliste et impossible. Surtout dans notre monde interdépendant, à l'heure de la mondialisation. Aussi aucun chef souverainiste du Québec ne bataille-t-il en ce sens. Et je ne puis voir que mauvaise foi chez les fédéralistes qui accusent les souverainistes québécois d'être indépendantistes ou séparatistes en ce sens. Ils jouent sur les mots pour entretenir une confusion qui favorise leur parti pris. Il faut donc sortir de la notion traditionnelle de souveraineté, à savoir une sorte de souveraineté absolue, sans partage, pour s'ouvrir à un concept de souveraineté partagée et d'identité citoyenne plurielle

    Guy Durand, Le pays dont je rêve. Regard d'un éthicien sur la politique. Fides, 2003.

    Essentiel

    "La notion de souveraineté est une notion juridique. Elle relève du droit public, qui en définit le contenu et en indique la portée. Dans une thèse devenue classique, Louis LeFur a précisé que «la souveraineté est la qualité de l'État de n'être obligé ou déterminé que par sa propre volonté dans les limites du principe supérieur du droit et conformément au but collectif qu'il est appelé à réaliser». Formulée à la fin du XIXe siècle, cette définition succincte, pour autant qu'elle s'applique à l'État considéré comme sujet du droit international, reste juste. Elle dégage deux idées fondamentales inséparables de la notion de souveraineté, à savoir que l'État souverain n'agit que selon sa propre volonté, et que cette volonté ne peut se manifester qu'à l'intérieur des règles du droit. Mais elle est devenue incomplète. De nos jours, la souveraineté des États est également limitée par l'activité des organisations internationales, principalement celles qui existent en vue de la coordination inter-étatique.

    Suivant la plupart des auteurs, la souveraineté se compose de deux éléments complémentaires: un avers, ou face interne, qui est l'autonomie; et un revers, ou face externe, qui est l'indépendance. Par l'autonomie, l'État jouit de la
    summa potestas: il exerce sur son territoire une juridiction suprême par rapport à ses composantes et monopolise la contrainte physique. Sa compétence est discrétionnaire; son autorité est immédiate. Par l'indépendance, l'État bénéficie de la plenitudo potestatis. Il entretient des rapports directs avec les autres États et traite avec chacun d'eux sur un pied d'égalité."

    André Patry, La notion de souveraineté

    Documentation

    «(...C)'est Jean Bodin (1530-1596) avec les Six livres de la République (1576) qui introduit la notion fondamentale de souveraineté. La souveraineté est une, indivisible et perpétuelle. Elle sert de pilier à l'analyse de l'Etat et constitue le critère de distinction des différentes formes de gouvernement décrites par l'auteur.» ("Les doctrine de l'État", Gallica, BNF): Jean Bodin, Les six livres de la République. Reproduction de l'édition de Lyon: de l'impr. de Jean de Tournes, 1579, 759 p. (BNF, Gallica, mode image, format PDF)
    Jean Bodin, Les six livres de la République de J. Bodin,... (avec) une apologie de René Herpin. Reproduction de l'éd. de Paris : chez Jacques du Puys, 1583-1581 (BNF, Gallica, mode image, format PDF)
    Voir les extraits suivants dans l'Encyclopédie Robert Legros, La question de la souveraineté: droit naturel et contrat social, Ellipses-Marketing, 2-7298-0633-4 (2001).
    Gian-Mario Cazzaniga, La démocratie comme système symbolique, ou les symboles de la souveraineté. Texte d'une communication («La démocratie dans tous ses états», Chaire Unesco d'étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique, UQAM, 1999-2000)
    François Marien, Pourquoi l''invention de la souveraineté? Premières mutations. Texte d'une communication (table ronde interdisciplinaire, Chaire Unesco d'étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique, UQAM, 2000-2001)
    Luc Bonneville, La souveraineté est-elle encore liée au politique? Réflexions sur le pouvoir. Texte d'une communication (table ronde interdisciplinaire, Chaire Unesco d'étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique, UQAM, 2000-2001)
    Jean Bethke Elshtain, Sovereignty At Century's End. Extrait de: J.B. Elshtain, New Wine and Old Bottles: International Politics and Ethical Discourse, University of Notre Dame Press, 1998, p. 6-24
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Linguistique
    Antonymes
    Sujetion
    Allemand
    Souveränität
    Anglais
    Sovereignty
    Espagnol
    Soberanía
    Documents Associés
    André Patry
    État, droit, Québec, province, Nations Unies
    Hélène Laberge
    Jean Roy
    Morale, État, monarque, Québec, Hobbes, politique, juridique
    Jean Bodin
    État, pouvoir, gouvernement, monarchie, république, puissance, dictature
    Paul Thibaud
    nation, autodétermination, minorités, politique, polylinguisme
    Raccourcis
    L'expression du pouvoir: la souveraineté (extrait d'un cours de Raymond Ferretti)
    Article «Souveraineté» de l'Encyclopédie Hachette (Yahoo! France)
    Souveraineté du Québec (riche dossier de presse de Vigile)

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.