Dernières modifications

    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Rutebeuf

    Rutebeuf ou Rustebeuf. Trouvère français du XIIIe siècle, né sans doute à Paris ou aux environs et mort à Paris vers 1280 ou même 1290.

    On manque de renseignements sur sa vie. Clerc marié, il avait pour principal protecteur le comte de Poitiers. À l’exemple des poètes de son temps, il mena une existence errante et misérable. Les premières de ses poésies doivent dater de 1255. Certaines ont dû être faites sur commande. Il a excellé dans des genres très divers et il est l’auteur à la fois de pièces lyriques, de poèmes allégoriques, de poèmes dramatiques, de fabliaux et de pièces satiriques. On a remarqué qu’il n’a composé aucune chanson d’amour. Dans ses satires, il s’en prend à tous les abus et fait connaître ainsi la société du XIIIe siècle; représentant de l’esprit laïque, il défend avec la vigueur d’un pamphlétaire l’Université de Paris contre les frères mendiants. Dans sa célèbre Dispute du croisé et du décroisé, il a, partisan des croisades, exprimé toutes les idées qu’on peut faire valoir comme argument pour ou contre. Sa courte poésie des Ribauds de Grève a été appelée la « chanson des gueux » du XIIIe siècle. Les prières qu’il a composées font preuve, d’autre part, d’une grande délicatesse. Il a laissé, comme poèmes allégoriques, Renard le Bestourné et La Voie de Paradis; comme œuvres dramatiques, Le Dit de l’herberie, extravagant boniment de charlatan de foire, en vers et en prose, et Le Miracle de Théophile, drame assez faible. En tant que conteur, il a composé deux longs poèmes où il raconte les vies de sainte Marie l’Égyptienne et de sainte Élisabeth de Hongrie, mais il est surtout l’auteur de fabliaux remarquables dont le sujet est parfois emprunté à des aventures contemporaines, ainsi : La Vengeance de Charlot et Frère Denyse. Sa poésie est à moitié populaire de forme. On peut voir, dans Rutebeuf, le mieux doué des trouvères et qui est en même temps bohème et poète, le véritable ancêtre de Villon; avec l’originalité, il a la verve, la clarté, les principales qualités de l’esprit français; il abuse seulement des jeux de mots. Les pièces qu’on a de lui sont au nombre de cinquante-six. Il était oublié depuis des siècles lorsqu’en 1839 A. Jubinal a publié ses œuvres complètes (Paris, 2 volumes in-8) qu’il a réimprimées avec quelques modifications en 1874-1875 (Paris, 3 volumes in-8). Une édition meilleure a paru depuis; elle est due à A. Kressner (Wolfenbüttel, 1885, in-8). […].

    source: M. Barroux, article «Rutebeuf» de La grande encyclopédie: inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts. Réalisée par une société de savants et de gens de lettres sous la direction de MM. Berthelot, Hartwig Derenbourg, F.-Camille Dreyfus [et al.]. Réimpression non datée de l'édition de 1885-1902. Paris, Société anonyme de «La grande encyclopédie», [191-?]. Tome vingt-huitième (Rabbinisme-Saas), p. 1230.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations


    Dons reçus (2019-2020):6100$
    Objectif: 25 000$


    Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2019-2020, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.




    TEST C