• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Rutebeuf

    Rutebeuf ou Rustebeuf. Trouvère français du XIIIe siècle, né sans doute à Paris ou aux environs et mort à Paris vers 1280 ou même 1290.

    On manque de renseignements sur sa vie. Clerc marié, il avait pour principal protecteur le comte de Poitiers. À l’exemple des poètes de son temps, il mena une existence errante et misérable. Les premières de ses poésies doivent dater de 1255. Certaines ont dû être faites sur commande. Il a excellé dans des genres très divers et il est l’auteur à la fois de pièces lyriques, de poèmes allégoriques, de poèmes dramatiques, de fabliaux et de pièces satiriques. On a remarqué qu’il n’a composé aucune chanson d’amour. Dans ses satires, il s’en prend à tous les abus et fait connaître ainsi la société du XIIIe siècle; représentant de l’esprit laïque, il défend avec la vigueur d’un pamphlétaire l’Université de Paris contre les frères mendiants. Dans sa célèbre Dispute du croisé et du décroisé, il a, partisan des croisades, exprimé toutes les idées qu’on peut faire valoir comme argument pour ou contre. Sa courte poésie des Ribauds de Grève a été appelée la « chanson des gueux » du XIIIe siècle. Les prières qu’il a composées font preuve, d’autre part, d’une grande délicatesse. Il a laissé, comme poèmes allégoriques, Renard le Bestourné et La Voie de Paradis; comme œuvres dramatiques, Le Dit de l’herberie, extravagant boniment de charlatan de foire, en vers et en prose, et Le Miracle de Théophile, drame assez faible. En tant que conteur, il a composé deux longs poèmes où il raconte les vies de sainte Marie l’Égyptienne et de sainte Élisabeth de Hongrie, mais il est surtout l’auteur de fabliaux remarquables dont le sujet est parfois emprunté à des aventures contemporaines, ainsi : La Vengeance de Charlot et Frère Denyse. Sa poésie est à moitié populaire de forme. On peut voir, dans Rutebeuf, le mieux doué des trouvères et qui est en même temps bohème et poète, le véritable ancêtre de Villon; avec l’originalité, il a la verve, la clarté, les principales qualités de l’esprit français; il abuse seulement des jeux de mots. Les pièces qu’on a de lui sont au nombre de cinquante-six. Il était oublié depuis des siècles lorsqu’en 1839 A. Jubinal a publié ses œuvres complètes (Paris, 2 volumes in-8) qu’il a réimprimées avec quelques modifications en 1874-1875 (Paris, 3 volumes in-8). Une édition meilleure a paru depuis; elle est due à A. Kressner (Wolfenbüttel, 1885, in-8). […].

    source: M. Barroux, article «Rutebeuf» de La grande encyclopédie: inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts. Réalisée par une société de savants et de gens de lettres sous la direction de MM. Berthelot, Hartwig Derenbourg, F.-Camille Dreyfus [et al.]. Réimpression non datée de l'édition de 1885-1902. Paris, Société anonyme de «La grande encyclopédie», [191-?]. Tome vingt-huitième (Rabbinisme-Saas), p. 1230.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.