• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Browning Robert

    Poète anglais.

    Oeuvres

    An Introduction to the Study of Robert Browning's Poetry. Textes de R. Browning. Commentaire de Hiram Corson. 3e édition, 1886 (Project Gutenberg)

    A Blot in the 'Scutcheon (Bartleby.com, Project Gutenberg)
    Christmas Eve (Project Gutenberg)
    Dramatic Lyrics (English Server)
    Dramatic Romances : English Server, Project Gutenberg
    The Pied Piper of Hamelin. Illustrations de Kate Greenaway ( Indiana University Libraries)
    The Ring and the Book (Bibliomania)

    Traduction de R. B.

    Eschyle. Agamemnon (Perseus)

    Documentation

    Swinburne, Algemon Charles. A Sequence of Sonnets on the Death of Robert Browning (University of Toronto Library)

    Pater, Walter (1839-1894). "Browning", dans The works of Walter Pater. Tome IX. Essays from "The Guardian", London, Macmillan, 1929, p. 39-52 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Orr, Alexandra. Life and Letters of Robert Browning (seconde édition) - Project Gutenberg

    Sharp, William. Life of Robert Browning (Project Gutenberg)

    Chesterton, G. K. Robert Browning, London, Macmillan and Co., 1904, 207 p. (Project Gutenberg) Recension publiée à l'époque : « Il est difficile d’éviter, dans l’appréciation de Browning, un double écueil. D’un côté, l’enthousiasme de ses admirateurs, tel M. E. Gosse, sans compter l’action ardente des Browning Societies, le placent à côté de Tennyson et affirment qu’il le complète, le corrige, le contrebalance. De l’autre, d’excellents esprits, ainsi feu L. W. M. Lockhart, persistent à ne voir en lui, pour employer une phrase courante jusqu’après 1855, que "that unintelligible man who married the poet". Je dois avouer en toute candeur que la lecture de Dramatis Personae, par exemple, m’a toujours, en dépit des savants commentateurs, rejeté dans une angoisse intellectuelle comparable à celle que ressent celui qui absorbe pour la première fois les œuvres de Gongora, dont il est notoire qu’elles ne représentent pas, en volume, le dixième des interprétations qu’elles ont suscitées.

    M. Chesterton n’a pas cru devoir récrire la biographie de Robert Browning, dont Mrs. Sutherland-Orr et William Sharp ont déjà dit tout ce qu’il y avait à dire. Rien de plus uni, d’ailleurs, de plus régulier, si l’on veut, que cette existence d’artiste. Le seul événement romantique est le mariage du poète, en 1846, avec celle qu’il a appelée a lyric Love, half angel and half bird. M. Chesterton ne me semble pas exagérer, lorsqu’il qualifie le père de cette femme extraordinaire, de maniaque et d’énergumène. On sait que, non content de considérer l’idée du mariage chez ses filles comme une unfilial treachery, il se refusa jusqu’à son lit de mort de pardonner à l’auteur d’Aurora Leigh le "crime" de son union. La conduite de Browning en cette occurrence, longtemps mise à l’index par le philistinisme anglais, a eu en 1899 sa réhabilitation définitive, et la publication, en cette année, de la correspondance des deux amants durant 1845 et 1846, si elle éclaire d’un jour singulier la piété filiale de l’éditeur, Oscar Browning, n’en a pas moins la valeur d’un document qui depuis longtemps faisait défaut aux pièces du procès. Au demeurant, M. Chesterton me semble se complaire à faire tomber le masque du King of the mystics pour révéler, dans tout son prosaïsme, sa figure de bourgeois endurci, plein d’érudition et de mesquinerie. Loin de moi la pensée de nier à la vérité ses droits. Tout de même, je crains un peu qu’un certain parti-pris n’ait influencé plusieurs des jugements formulés dans ce volume et que son auteur appartienne plutôt à la seconde catégorie d’esprits indiquée tout à l’heure qu’à la première. Il a raison, sans doute, de s’égayer des imaginations de M. Furnivall touchant l’ascendance créole, sinon normanno-chevaleresque, de Browning. Et il est, en outre, très certain que plus d’une tentative d’explication des obscurités du poète justifie une fois de plus la fameuse boutade de Goethe : "im Auslegen seid frisch und munter; legt ihrs nicht aus, so legt was unter". Mais ses sympathies pour Elizabeth Barrett l’ont décidément entraîné trop loin et l’ont rendu çà et là injuste vis-à-vis de Robert Browning. » (Camille Pitollet, recension parue dans la Revue critique d'histoire et de littérature, nouvelle série, tome 58, année 38, 2e semestre, 1904, p. 305-306) Johnson , Edward Dudley Hume. The Alien Vision of Victorian Poetry: Sources of the Poetic Imagination in Tennyson, Browning, and Arnold, 1952 (Victorian Web)

    Schneck, Jerome M., "Robert Browning and Mesmerism", Bulletin of the Medical Library Association, octobre 1956, 44 (4), p. 443–451 (mode image, format PDF)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    33%
    Dons reçus (2016-2017): 6 550$
    Objectif (2016-2017): 20 000$


    Nous avons reçu 18 600$ lors de la campagne 2015-2016. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2016-2017, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.