• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Descartes René

    Philosophe français (1596-1650) considéré comme le fondateur de la philosophie moderne.

    Biographie

    Biographie de Descartes (par Harald Höffding)

    «Le fondateur de la philosophie moderne naquit le 31 mars 1596 dans une famille noble de la Touraine. Maladif, il trahissait déjà enfant des dispositions exceptionnelles, et son père avait l'habitude de l'appeler le philosophe à cause du grand nombre de questions qu'il posait. Pour recevoir une éducation soignée, il entra au collège des Jésuites de la Flèche, fondé depuis peu par Henri IV. Par la suite, il se souvint toujours avec reconnaissance de ses anciens maîtres, et lorsque les Jésuites prirent parti contre sa philosophie, il en conçut un grand chagrin. Il apprit à la Flèche la physique et la philosophie selon le système scolastique, mais il se livra surtout aux mathématiques. Il semble s'être préoccupé de fort bonne heure des idées qui le menèrent à sa grande découverte mathématique, la fondation de la géométrie analytique, c'est-à-dire à l'application de l'algèbre à la géométrie. Il a décrit lui-même, dans le Discours de la méthode, l'histoire de sa jeunesse, qui est en même temps la genèse de sa philosophie. Au sortir de l'école, il se sentit peu satisfait de tout ce qu'il avait appris. Il connaissait beaucoup de faits; beaucoup de belles pensées lui avaient été transmises; il admirait surtout la méthode rigoureuse des mathématiques. Mais ces faits et ces pensées ne lui semblaient que des fragments incohérents et les mathématiques n'étaient à ses yeux qu'une inutile chimère. Il pendit donc au croc les études et se jeta dans le tourbillon de la vie de Paris. Il ne put cependant renier entièrement son goût pour la spéculation; parmi ses papiers se trouvait un traité sur l'escrime datant de cette époque. Il eut vite fait de se dégoûter de cette existence vide et brusquement il délaissa ses amis. Il s'était retiré dans un quartier solitaire de la ville pour étudier en paix. Dès lors son idéal fut de plus en plus de mener une vie solitaire, consacrée à la réflexion et à l'étude. Il prit pour devise «Heureux qui a vécu caché!»(bene vixit, qui bene latuit!). Au bout de deux ans, ses amis le retrouvèrent et l'arrachèrent à la solitude. Il résolut alors d'étudier le « grand livre du monde ». Peut-être la vie pratique, qui met à l'épreuve toutes les pensées, apprendrait-elle aux hommes les vérités que de savantes spéculations ne peuvent faire découvrir. Du reste il voulait s'éprouver lui-même sous les coups du sort. Il entra comme volontaire à ses frais au service de Maurice d'Orange, tout en consacrant ses heures de loisir aux études, surtout aux mathématiques. De Hollande il passa en Allemagne, où la guerre de Trente ans était sur le point d'éclater. Il se joignit à l'armée rassemblée par le prince électeur de Bavière contre la Bohème révoltée. Pendant qu'il prenait ses quartiers d'hiver (1619-1620) à Neuburg sur le Danube, une crise scientifique se produisit en lui; il trouva alors la méthode générale qui le guida par la suite dans ses études philosophiques et mathématiques. Dans une note posthume provenant de cette époque il a même indiqué la date précise du jour où naquit cette pensée décisive «le 10 novembre 1619, lorsque rempli d'enthousiasme je trouvai le fondement d'une science admirable». Il s'enferma dans son «poêle» et se livra à des pensées, qui le menèrent à sa théorie générale de la méthode. Il lui vint à l'esprit que de même que l'œuvre commune à plusieurs hommes est généralement plus imparfaite que celle exécutée par un seul homme, de même l'imperfection de notre savoir vient du grand nombre de nos professeurs, dont chacun nous inculque ses propres opinions, de l'influence des diverses tendances, des divers jugenïents contradictoires que nous entendons porter par les savants et par les gens de métier. Pour remédier à cette imperfection, il faudrait recommencer par le commencement, faire abstraction de la tradition et élever notre édifice lentement et sur un fondement unique. La vraie méthode consiste à n'admettre que ce qui est clairement et distinctement pensé, à décomposer chaque difficulté en ses diverses parties et à partir du plus simple et du plus facilement intelligible pour entrer ensuite pas à pas dans les questions plus complexes. Telle est la méthode analytique telle qu'elle apparut dans ses grands traits à son regard intérieur. Dans le domaine des mathématiques cette méthode le mena à l'idée d'une science plus générale que les sciences mathématiques particulières: elle devait examiner les rapports, les proportions en général, que ce soit entre des figures ou des nombres ou d'autres choses. C'était une théorie générale des grandeurs ou des fonctions dont la géométrie analytique était l'application spéciale. — Ses pensées travaillaient avec une telle ardeur à ces idées qu'il tomba dans un état d'exaltation. Il eut des rêves bizarres et le lendemain il promit à la mère de Dieu de faire un pèlerinage à Notre-Dame de Lorette, afin qu'elle activât ses pensées. (Il n'accomplit toutefois ce vœu que lorsqu'une occasion favorable se présenta.) Un vœu de pèlerinage, voilà une singulière introduction à la philosophie moderne — et un pendant à la voix surnaturelle où Herbert de Cherbury entendit peu d'années après la sanction de sa «religion naturelle» — Mais il était encore trop tôt, croyait-il, pour procéder à l'élaboration de sa philosophie. Après avoir participé à la prise de Prague et à une campagne en Hongrie, il revint en France et prit possession de quelques domaines qui lui étaient échus en héritage. Sa famille désirait le voir se marier et occuper un poste de fonctionnaire; mais il n'avait pas l'esprit disposé à cela. Il prit la résolution de consacrer sa vie à la science et pour pouvoir s'y livrer en paix, il passa en Hollande (1629). Il avait déjà eu à différentes reprises l'occasion de développer ses idées philosophiques, notamment sur la méthode, dans des cercles littéraires de Paris. Deux remarquables traités inachevés qui ne parurent que longtemps après sa mort: Règles pour la direction de l'esprit et Recherches de la vérité par les lumières naturelles datent certainement de cette époque. Ils présentent un exposé considérable de la méthode analytique. Durant la première période de son séjour en Hollande, il s'occupa (comme on le voit au Discours de la méthode, 3° et 4° parties) des idées spéculatives qu'il développe tout au long dans les Méditations. Il fonda là sa théologie et sa psychologie et trouva un chemin qui du doute même le mena au point de départ de toute connaissance philosophique cohérente.

    Si Descartes se fixa en Hollande, ce ne fut pas seulement parce qu'il cherchait le calme et que — comme il disait — il pouvait mieux philosopher dans un climat plus froid. L'espérance d'y trouver une plus grande liberté pour ses recherches y fut aussi pour quelque chose. Le mouvement réactionnaire qui fit monter Bruno sur le bûcher et soumit l'âme de Galilée à la torture, avait gagné la France. Quelques jeunes savants ayant voulu en 1624 dans une conférence publique soutenir la théorie des atomes contre la physique d'Aristote, la faculté de théologie déclara hérétique la doctrine qui fait tout consister en atomes, car elle est contraire au dogme catholique de la Cène. La conférence fut interdite au dernier moment, alors qu'il y avait déjà un millier de spectateurs environ venus pour y assister. Les auteurs furent arrêtés et expulsés de la ville. Et le 6 septembre 1624 le Parlement défendit — sous peine de mort! — de poser des principes contraires au témoignage des auteurs anciens, et de faire des conférences non autorisées par la faculté de théologie! Cela était bien fait pour rendre l'air de Paris peu supportable pour un philosophe! En Hollande, il pouvait espérer trouver une atmosphère plus libre. Outre les spéculations purement philosophiques, Descartes se livrait dans sa nouvelle résidence à l'étude des sciences de la nature et il rédigea un ouvrage qui devait s'appeler Le monde, où il se proposait d'exposer comment le monde s'est développé et édifié, conformément à des lois purement mécaniques. Il se figurait que Dieu a créé la matière sous forme de chaos et qu'il l'a ensuite organisée d'après les lois qu'il respecte maintenant encore dans la conservation du monde. De cette façon il conciliait la foi au dogme de la création avec l'idée d'un développement accompli selon des lois naturelles, que l'on peut encore démontrer maintenant. L'application de ces lois à la formation de notre système du monde fait de lui le devancier de Kant et de Laplace. Mais alors vint la nouvelle que Galilée était condamné et que le collège inquisitorial avait réprouvé la théorie de Copernic, supposée par Descartes dans son hypothèse et l'ouvrage fut abandonné. Il ne veut rien enseigner, écrit-i1 à son ami, le P. Mersenne, qui.soit contraire à la foi de l'Église, et au surplus, sa devise est: heureux qui vit caché, bene vixit, qui bene latuit;il désire avant tout avoir la paix et éviter la crainte et les désagréments; aussi, étant donné l'état de choses présent, veut-il se borner à étudier pour lui seul. La belle devise de Descartes eut ainsi une vilaine application et l'on a dit avec raison que cette affaire était une tache pour son caractère. On voit à ses lettres qu'il était absolument d'accord avec les résultats de Galilée. Et bien qu'on ait tout lieu de croire que Descartes ait été un catholique sincère, on ne peut guère mettre en doute que la crainte, et encore plus peut-être le besoin de repos, lui aient surtout dicté sa retenue. Il exposa plus tard (dans les Principia philosophiœ) sa théorie de la genèse du monde — sous une forme déguisée, il est vrai. Comme dit son premier biographe, il jeta de la poudre aux yeux de l'Inquisition.

    Descartes n'avait encore rien confié à la presse. Ses idées sur la philosophie et la science de la nature étaient cependant connues dans des cercles assez étendus, soit à Paris, soit en Hollande. La philosophie cartésienne — ainsi qu'on a dit avec raison — a été enseignée avant d'être étudiée dans les livres. Plusieurs de ses disciples l'exposèrent dans les universités de Hollande. Elle provoqua des luttes violentes qui attirèrent à son auteur bien des querelles. Ce n'est qu'en 1637 que, sur les instances énergiques de ses amis, il laissa publier quatre traités (Essays philosophiques, Leyde 1637) qui devaient donner des exemples caractéristiques de son investigation et de ses résultats. Dans le premier traité (Discours de la méthode), le seul qui ait une signification purement philosophique, il donne l'histoire de ses idées et les traits fondamentaux d'une théorie de la connaissance et d'une métaphysique nouvelles. Dans le deuxième et le troisième traités (Dioptrique, Météores), il donne l'exemple d'une explication rigoureusement mécanique de la nature, et dans le quatrième (Géométrie), il fonde la géométrie analytique. Il donna l'exposé complet de sa philosophie quelques années plus tard dans les Méditations (1640) et dans les Principia philosophiae (1644). Il avait envoyé les Méditations en copies à plusieurs penseurs contemporains, par exemple à Antoine Arnauld, le célèbre Janséniste, à Gassendi, à Hobbes, et leurs objections furent imprimées en supplément dans l'ouvrage proprement dit avec les réponses de Descartes, ce qui lui confère un caractère de dialogue intéressant. La discussion avec Gassendi se continua assez longtemps et prit un ton passablement aigre. L'opposition de Gassendi et de Hobbes était purement philosophique et pour cette raison toujours instructive; mais la nouvelle philosophie se heurta pour de tout autres raisons à une résistance de la part des Jésuites et du protestantisme orthodoxe. À Utrecht, à Groningue et à Leyde se livrèrent de violents combats, car les théologiens tenaient à la philosophie scolastique comme à un rempart de la foi. Enfin, une interdiction des idées nouvelles fut rendue. Les Hollandais, dit Descartes dans une lettre, font plus de cas de la barbe, de la voix et de la mine des théologiens que de leur honnêteté. Il croyait les théologiens protestants pires que les catholiques. Il se trouvait entre deux feux. Les théologiens protestants l'accusaient de scepticisme, d'athéisme; ils disaient qu'il dissolvait les Universités, l'Église et l'État, ils condamnaient en outre sa philosophie comme papiste; et les théologiens catholiques l'accusaient non seulement d'opinions hérétiques, par exemple de croire au mouvement de la terre (ce qu'il avait essayé de cacher), mais encore de pencher vers le protestantisme et de prendre part au culte protestant.

    Le dernier ouvrage de Descartes qui parut de son vivant, est l'intéressant traité des émotions (Les passions de l'âme, 1649). La naissance de ce traité est due à la princesse palatine, Elisabeth (fille de Frédéric du Palatinat, le malheureux roi de Bohème), avec laquelle il entretenait une active correspondance. Il développait ses idées éthiques dans les lettres qu'il lui adressait. Il entama aussi une correspondance avec une autre princesse de talent, la reine Christine de Suède. Sur l'invitation de Christine, il alla à . Stockholm pour l'initier personnellement à sa philosophie. Ce séjour «au pays des ours, des glaces et des rochers» (comme il dit dans une lettre) ainsi que la vie de cour fut préjudiciable à sa santé. Un an après son arrivée il contracta une maladie qui entraîna sa mort (1650).

    Les traits principaux du caractère de Descartes ressortent nettement de sa vie. L'amour de l'étude et de la réflexion, auquel il fut fidèle toute sa vie et qui, lorsque des idées nouvelles illuminaient son esprit, pouvait parfois s'élever jusqu'à la ferveur et à l'enthousiasme, tel était le plus important et le plus beau trait de sa nature. Une situation favorisée et indépendante lui permit d'exécuter le plan qu'il avait tracé de sa vie et qui visait surtout à conserver pour l'amour de l'étude le calme et l'égalité de l'esprit. Il ne manquait pas de courage, et il le prouva dans ses voyages; mais il montrait trop de timidité et de déférence envers les autorités. Le trait le plus désagréable de son caractère, c'était son impuissance à reconnaître les mérites d'autrui. Il sentait hautement la nouveauté de sa conception et il protestait énergiquement qu'il n'avait rien appris de ses devanciers. Il prétendait même que les opinions qu'il partageait avec eux, étaient fondées par lui d'une façon toute différente. Il cite Platon, Aristote, Epicure, et parmi les modernes, Telesio, Campanella, Bruno comme les auteurs qu'il connaît, mais dont il n'a rien appris — en dépit de toute concordance — vu que, dit-il, ses principes sont tout autres. Il prétend n'avoir appris quelque chose que de Kepler seul; la conception mécanique de la nature du savant allemand, et le relief qu'il donne à l'importance de la notion de quantité, ainsi que sa découverte partielle de la loi d'inertie, exercèrent notamment une grande influence sur la physique de Descartes, Mais ce trait tient aussi à sa complète absorption dans sa propre pensée. Ce qui le caractérise surtout comme penseur, c'est la faculté de la distinction nette, la réduction claire à des points de vue simples. Par là il fit œuvre d'importance durable, mit définitivement fin à l'arbitraire et à la fantaisie dans la méthode. S'il commet des fautes en pensant, il est en tout cas facile de voir où est la faute. Où il est le plus heureux, c'est dans ses élans, dans l'analyse s'élevant aux principes, bien qu'il ait visé à une construction embrassant le système tout entier de notre savoir. C'est un penseur dogmatique par son passage trop brusque de l'analyse à la construction; toutefois il avait conscience, à un plus haut degré que l'on n'a cru, du caractère hypothétique de ses idées. Bien que la connaissance ait été ce qu'il y avait de plus développé en lui, sa correspondance témoigne de la vivacité et de la profondeur de son sentiment.»

    Philosophie de la nature
    «Harvey est au premier rang parmi les fondateurs de la science moderne de la nature; il est pour la physiologie ce qu'est Galilée pour la physique. Il donna le coup de grâce aux forces mystiques dans le domaine de la physiologie, en démontrant que le mouvement du sang n'est pas dû à sa propre force ou à la force de l'âme, mais qu'il est dû à la contraction du cœur qui le refoule dans le corps. Les lois générales du mouvement sont ainsi valables au dedans comme au dehors de l'organisme. Descartes fut un des premiers hommes marquants qui aient adopté la théorie d'Harvey. En déclarant dans le Discours de la méthode (chap. V) qu'il se rangeait à cet avis, il apportait un puissant appui à la théorie nouvelle, qui avait à vaincre une si grande résistance, à cause de l'antithèse violente qu'elle offrait avec l'ancienne conception de la vie organique. Descartes décrit dans différents ouvrages (notamment dans le Traité de l'homme) de quelle façon on peut concevoir le corps humain comme pure machine.» (voir cet extrait)

    HARALD HÖFFDING, Histoire de la philosophie moderne, tome I, Paris, Félix Alcan éditeur, 1906.



    *******



    Citations sur Descartes

    D'ALEMBERT
    «— Christine de Suède
    Ce temps de dégoût & de disgrace est passé pour vous; on vous rend enfin Justice; on vous rend même les honneurs qui vous sont dûs.


    — Descartes
    On m'a tourmenté pendant que je pouvois y être sensible; on me rend des honneurs quand ils ne peuvent plus me toucher; la persécution a été pour ma personne, & les hommages sont pour mes Manes. Il faut avouer que tout cela est arrangé le mieux du monde pour ma plus grande satisfaction. » (
    Dialogue de Descartes et Christine de Suède.)

    Oeuvres


    Écrits en ligne:

    Oeuvres de Descartes. [Volume 1], Discours de la méthode
    Paris: F.-G. Levrault, 1824-1826 (Gallica classique, BNF; mode image)

    Autre édition du Discours de la méthode (Bibliotheca Augustana; mode texte)

    Les méditations (Gallica classique, BNF; mode image)
    Autres éditions, mode texte: en latin (1641) et en français (1647) (Bibliotheca Augustana); édition trilingue préparée par David B. Manley et Charles S. Taylor (Dept. of Philosophy, Wright State University, Dayton, Ohio, É.-U.): texte original en latin (1641), traduction française du duc de Luynes (1647), traduction anglaise de John Veich (1901),

    Oeuvres de Descartes. [Volume 2], Suite des objections contre les méditations, avec les réponses
    Paris: F.-G. Levrault, 1824-1826 (Gallica classique, BNF; mode image)


    Oeuvres de Descartes. [Volume 3], Les principes de la philosophie
    Paris: F.-G. Levrault, 1824-1826 (Gallica classique, BNF; mode image)


    Oeuvres de Descartes. [Volume 4], Des passions de l'âme
    Paris: F.-G. Levrault, 1824-1826 (Gallica classique, BNF; mode image)

    Autre édition: mode texte (Bibliotheca Augustana)

    Oeuvres de Descartes. [Volume 5], La dioptrique
    Paris: F.-G. Levrault, 1824-1826 (Gallica classique, BNF; mode image)


    Oeuvres de Descartes. [Volume 6], Correspondance
    Paris: F.-G. Levrault, 1824-1826 (Gallica classique, BNF; mode image)


    Oeuvres de Descartes. [Volume 7], Correspondance
    Paris: F.-G. Levrault, 1824-1826 (Gallica classique, BNF; mode image)


    Oeuvres de Descartes. [Volume 8], Correspondance
    Paris: F.-G. Levrault, 1824-1826 (Gallica classique, BNF; mode image)


    Oeuvres de Descartes. [Volume 9], Correspondance
    Paris: F.-G. Levrault, 1824-1826 (Gallica classique, BNF; mode image)


    Oeuvres de Descartes. [Volume 10], Correspondance
    Paris: F.-G. Levrault, 1824-1826 (Gallica classique, BNF; mode image)


    Oeuvres de Descartes. [Volume 11]
    Paris: F.-G. Levrault, 1824-1826 (Gallica classique, BNF; mode image)


    Règles pour la direction de l'esprit (en latin, ca. 1628, publ. 1701)

    Documentation


    John Cottinghan, Descartes, Paris, Seuil, 2000

    Laurence Renault,
    Descartes ou la félicité volontaire, Paris, PUF, 2000 (coll. «Épiméthée»)

    De Raymond, Jean-François. Descartes et le nouveau Monde. Le cheminement du cartésianisme au Canada XVIIe - XXe siècles. Sainte-Foy, Presses de l'Université Laval, collection "Zêtêsis", 2003, 334 p. Présentation sur le site de l'éditeur


    Textes en ligne:

    La vie de M. Descartes, par Adrien Baillet. Paris, D. Horthemels, 1691 (Gallica classique, BNF, mode texte)
    La même oeuvre d'Adrien Baillet en divers formats.

    Guenancia, Pierre. Descartes, Association pour la diffusion de la pensée française (La Petite Bibliothèque)

    Descartes: « Il était à la fois d'un caractère aventurier et prompt à se replier ». Entretien avec Geneviève Rodis-Lewis, par François Ewald (Magazine littéraire, n° 382, avril 1996)
    «Q - Pourquoi une nouvelle biographie de Descartes ?

    Geneviève Rodis-Lewis - Il y a une grande biographie de Descartes, qui date de la fin du XVIIe siècle, très précieuse. Elle a été récemment réimprimée : celle d'Adrien Baillet (« Vie de Monsieur Descartes », Ed.La Table Ronde). Il a sauvé des textes qui, depuis, se sont égarés. Par exemple, le très important récit des songes, dont on ne connaîtrait rien sans sa biographie. Mais Baillet avait un défaut : sur les nombreux points sur lesquels il avait une incertitude ou une ignorance, il inventait. Ainsi a-t-il commis un certain nombre d'erreurs : sur la noblesse de la famille de Descartes il a été abusé par les petits-neveux ; il a confondu le grand-père qui était médecin avec un autre Pierre Descartes qui avait libéré Poitiers assiégé par les protestants.[...]»

    Mécanique et métaphysique : Descartes et la découverte du principe de l'inertie, par Patrice Bailhache. Conférence prononcée à la journée «Descartes savant», à Descartes (France), le 7 octobre 1995

    Oeuvres complètes (réimpression photographique de l'édition Adam-Tannery en 11 tomes sous coffret chez Vrin). Recension par Branko Aleksic (République des lettres, 1996)

    Descarte's Definition of Matter, par John Ustace (Minerva - An Internet Journal of Philosophy, no 1, novembre 1997)

    God, the Evil Genius and Eternal Truths: The Structure of the Understanding in the Cartesian Philosophy, par Floy E. Andrews (Animus. A Philosophical Journal for Our Time, vol. 3, 1998)

    Mort de René Descartes, par Frédéric de Buzon, conservateur du Musée Descartes (Descartes) (site des Célébrations nationales, Fr.)

    Descartes médecin et les thérapies de la raison, par Steven Sharpin (La Recherche, no 338, janvier 2001)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    31 / 03 / 1596, La Haye-Descartes, en Touraine
    Déces
    02 / 02 / 1650
    Documents Associés
    JP Costes
    Harald Höffding
    Cosmogonie, physiologie, William Harvey, mouvement du sang, corps machine, âme
    René Descartes
    Harald Höffding
    Cartésianisme, occasionnalisme, Malebranche, Pascal, Louis de la Forge, Joseph Glanvil, Pierre Bayle
    Jacques Dufresne
    La science et le pouvoir
    René Descartes
    Bernard Saladin D'Anglure
    Rationalisme, humanisme, Descartes, Éducation, Infantilisation, Ariès (Philippe)
    Raccourcis
    Centre d’études cartésiennes (Université de Paris-Sorbonne (Paris IV))
    Centro interdipartimentale di studi su Descartes e il Seicento (Dipartimenti di Filosofia e di Matematica dell’Università di Lecce)
    La vie de Descartes
    Notice de l'Encyclopédie Hachette (Yahoo ! France)
    Entrées de la Stanford Encyclopedia of Philosophy : Descartes' Life and Works (Kurt Smith); Descartes' Epistemology (Lex Newman); Descartes' Ethics (Donald Rutherford); Descartes' Modal Metaphysics (David Cunning); Descartes' Ontological Argument (Lawrence Nolan)
    Notice tirée du Dictionary of Seventeenth and Eighteenth-Century Dutch Philosophers, Thoemmes Press, 2003 (auteur : Theo Verbeek)
    D'Alembert: Dialogue de Descartes et Christine de Suède

    Portrait
    Portrait par Frans Hals (Musée de Copenhague)

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.