• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Gauguin Paul

    Peintre français ( 1848-1903), figure importante de la peinture post-impressionniste.

    «M. Paul. Gauguin est né de parents, sinon très riches, du moins qui connurent l'aisance et la douceur de vivre. Son père collaborait au National, d'Armand Marrast, avec Thiers et Degouve-Denuncques. Il mourut en mer, en 1852, au cours d'un voyage au Pérou, qui fut, je crois bien, un exil. Il a laissé le souvenir d'une âme forte et d'une intelligence haute. Sa mère, née au Pérou, était la fille de Flora Tristan, de cette belle, ardente, énergique Flora Tristan, auteur de beaucoup de livres de socialisme et d'art, et qui prit une part si active dans le mouvement des phalanstériens. Je sais d'elle un livre: Promenades dans Londres, se trouvent d'admirables, de généreux élans de pitié. M. Paul Gauguin eut donc, dès le berceau, l'exemple de ces deux forces morales où se forment et se trempent les esprits supérieurs: la lutte et le rêve. Très douce et choyée fut son enfance. Elle se développa, heureuse, dans cette atmosphère familiale, tout imprégnée encore de l'influence spirituelle de l'homme extraordinaire qui fut certainement le plus grand de ce siècle, du seul en qui, depuis Jésus, s'est véritablement incarné le sens du divin: de Fourier.

    Â l'âge de seize ans, il s'engage comme matelot pour cesser des études qui coûtaient trop à sa mère; car la fortune avait disparu avec le père mort. Il voyage. Il traverse des mers inconnues, va sous des soleils nouveaux, entrevoit des races primitives et de prodigieuses flores. Et il ne pense pas. Il ne pense à rien, du moins, il le croit,il ne pense à rien qu'à son dur métier auquel il consacre toute son activité de jeune homme bien portant et fortement musclé. Pourtant, dans le silence des nuits de quart, inconsciemment, il prend le goût du rêve et de l'infini, et, quelque fois, aux heures de repos, il dessine, mais sans but aucun et comme pour «tuer le temps». [...] Il n'a point encore reçu choc; il n'a point encore senti naître la passion de l'art qui va s'emparer de lui et l'étreindre tout entier, âme et chair, jusqu'à la souffrance, jusqu'à la torture. Il n'a, point conscience des impressions énormes, puissantes, variées qui, par un phénomène de perception insensible et latente, entrent, s'accumulent, pénètrent, à son insu, dans son cerveau, si profondément que, plus tard, rentré dans la vie normale, lui viendra l'obsédante nostalgie de ces soleils, de ces races, de ces flores, de cet océan Pacifique, où il s'étonnera de retrouver comme le berceau de sa race à lui, et qui semble l'avoir bercé, dans les autrefois, de chansons maternelles déjà entendues.

    Le voilà revenu à Paris, son temps de service fini. Il a des charges; il faut qu'il vive et fasse vivre les siens. M. Gauguin entre dans les affaires. [...] Loin d'étouffer en lui le rêve qui commence, la Bourse le développe, lui donne une forme et une direction. [...] Je ne serais pas étonné que M. Gauguin, par un naturel contraste, par un esprit de révolte nécessaire, ait gagné là le douloureux amour de Jésus, amour qui, plus tard, lui inspirera ses plus belles conceptions.

    En attendant, se lève en lui un être nouveau. La révélation en est presque soudaine. Toutes les circonstances de sa naissance, de ses voyages, de ses souvenirs, de sa vie actuelle, amalgamées et fondues l'une, dans l'autre, déterminent une explosion de ses facultés artistes, d'autant plus forte qu'elle a été plus retardée et lente à se produire. La passion l'envahit, s'accroît, le dévore. Tout le temps que lui laissent libre ses travaux professionnels, il l'emploie à peindre. Il peint avec rage. L'art devient sa préoccupation unique. Il s'attarde au Louvre, consulte les maîtres contemporains. Son instinct le mène aux artistes métaphysiques, aux grands dompteurs de la ligne, aux grands synthétistes de la forme. Il se passionne pour Puvis de Chavannes, Degas, Manet, Monet, Cézanne, les Japonais, connus à cette époque de quelques privilégiés seulement. Chose curieuse et qui s'explique par un emballement de jeunesse, et, mieux, par l'inexpérience d'un métier qui le rend mal habile à l'expression rêvée, en dépit de ses admirations intellectuelles, de ses prédilections esthétiques, ses premiers essais sont naturalistes. Il s'efforce de s'affranchir de cette tare, car il sent vivement que le naturalisme est la suppression de l'art, comme il est la négation de la poésie, que la source de toute émotion, de toute beauté, de toute vie, n'est pas à la surface des êtres et des choses, et qu'elle réside dans les profondeurs où n'atteint plus le crochet des nocturnes chiffonniers.»

    OCTAVE MIRBEAU. Texte paru originalement dans l'Écho de Paris, le 31 mars 1891et repris dans Des artistes, Flammarion, 1922-1924, Paris, tome I, pages 122 et suiv. Texte intégral

    Biographie


    1848
    Naissance le 7 juin à Paris, fils de Clovis Gauguin, journaliste républicain et de Aline-Marie Chazal, descendante du vice-roi du Pérou.

    1849
    Les positions radicales du journaliste forcent la famille Gauguin à s'exiler au Pérou. Il décédera au cours de la traversée. Les Gauguin vivront quatre années à Lima avant de revenir s'installer en France, à Orléans où Paul poursuivra sa scolarité.

    1865 à 1871
    Il est engagé comme matelot dans la marine marchande française.

    1867
    Décès de sa mère. Il habite alors chez son tuteur, Gustave Arosa, riche collectionneur qui possèdait entre autres des oeuvres de Corot, Delacroix et de Millet. Très tôt, Arosa initiera le jeune Gauguin à la peinture de ses contemporains.

    1873
    Épouse Mette Gaad, originaire du Danemark.

    1874
    Assiste à une exposition de peintres impressionnistes. Coup de foudre pour la peinture qu'il pratique en amateur. Arosa lui fait rencontrer le peintre impressionniste Camille Pissarro qui lui prodiguera encouragements et conseils. Gauguin adopte la palette claire de Pissarro, la touche morcelée pour préserver l'éclat des couleurs et reproduire le scintillement de la lumière. Il achètera pour 17000 francs de tableaux de Manet, Monet, Sisley, Renoir et Guillaumin.

    1876
    Encouragé par Pissarro qui lui présente Cézanne, il fait ses débuts au Salon. Ils peindront tous trois ensemble à Pontoise à cette époque. Cézanne, que Gauguin estimait grandement, voyait déjà chez Gauguin un grand artiste et un rival capable de lui ravir cette "petite sensation" par laquelle il résumait à la fois l'objet de ses recherches et la manière unique de peindre qui le distinguait de ses pairs.

    Portrait de Mette
    1878
    Collection E.G.Bührle, Zurich

    Femme nue cousant
    1880
    Ny Carlsberg Glyptotek, Copenhague

    1882-1883
    La maison Bertin où Gauguin est employé en tant qu'agent de change essuie les revers de la crise économique de 1882 et Gauguin est probablement licencié. Dès lors, il choisit d'assumer résolument sa vocation de peintre au grand dépit de sa femme qui accepte et comprend difficilement les sacrifices que lui impose son mari.

    Portrait de femme
    1881-1882
    Hofstra University Museum

    La barge
    University of Miami, Lowe Art Museum
    1882

    1884
    S'installe dans la famille de Mette à Copenhague au Danemark. Il tente de subvenir aux besoins de sa famille en tenant un commerce de bâches tout en continuant à peindre. Les relations avec sa belle-famille se dégradent rapidement. Dans une lettre à Mette, il reprochera aux membres de sa famille de l'avoir contraint à partir: «Maintenant que ta soeur à réussi à me faire partir... Ton frère prétendait que j'étais de trop... Je suis chassé de ma maison...». Il est difficile cependant de croire que seule l'attitude hostile de la famille Gaad explique son départ. Il regagne la France en laissant derrière lui sa femme et ses 5 enfants. Il entretiendra néanmoins des relations avec Mette pendant plusieurs années.

    Autoportrait
    Kimbell Art Museum, Forth Worth, Texas
    1885

    1886
    Juin. Premier séjour en Bretagne à la pension Gloanec, à Pont-Aven où il se choisit de travailler d'une part par souci d'économie et d'autre part par goût d'un certain primitivisme. Se lie d'amitié avec Émile Bernard, Vincent Van Gogh, Paul Sérusier ainsi que Charles Laval. La palette de Gauguin gagne en intensité. Les formes perdent de leur volume au profit de la couleur de plus en plus libérée du souci de representativité. La ligne s'affranchit et vient renforcer l'architecture du tableau en cernant les formes. Ses recherches s'éloignent de plus en plus de celles de ses maîtres impressionnistes.

    À Sérusier, étudiant à l'Académie Julian, qui les avait rejoint en Bretagne à l'occasion de ses vacances d'été, il inspire un petit tableau aux formes incertaines mais aux couleurs pures et éclatantes, traitées en aplat, qui servira d'inspiration au groupe d'amis de Sérusier à l'Académie parmi lesquels Maurice Denis, Édouard Vuillard, Pierre Bonnard qui allaient fonder le groupe des Nabis.

    Marine
    1886
    Göteborg Museum of Art, Suède

    Vue de Copenhague
    1886
    University of Oklahoma Museum of Art, Oklahoma

    Le faune
    1886
    Argile
    Indianapolise Museum of Art

    1887
    La nostalgie d'un paradis terrestre, fruit de ses réminiscences de son séjour d'enfance au Pérou, ou souvenirs de ses voyages à l'époque où il travaillait pour la marine marchande, il quitte la France en avril pour Panama en compagnie de Charles Laval où il ne reste que peu de temps. Contraint de travailler comme manoeuvre sur les chantiers du canal de Panama, il quitte Panama pour la Martinique. Ses dons de coloriste et de dessinateur s'affirment sous l'effet de la lumière tropicale. Mais il revient à l'automne, épuisé et malade.

    1888
    Second séjour à Pont-Aven. Nouvelle rencontre, décisive cette fois, avec Émile Bernard qui élabore la théorie dite "synthétique". Peint la Vision après le sermon. Première exposition individuelle à la galerie Boussod-Valadon, où travaille Théo Van Gogh. S'impose de plus en plus comme la figure dominante au sein d'un groupe de jeunes peintres qui cherche une voie nouvelle entre l'art officiel enseigné dans les académies et les recherches "optiques" des impressionnistes.

    À l'invitation de Vincent Van Gogh qui rêve de fonder une commune d'artistes, Gauguin se rend à Arles. Il y restera du 20 octobre jusqu'à la fin décembre. Les espoirs de Van Gogh sont anéantis lorsque Gauguin quitte Arles, incapable de soutenir sa relation avec le tumultueux peintre hollandais. Épisode tragique de l'oreille coupée.

    Paysage de Bretagne
    1888
    National Gallery, Washington

    Van Gogh peignant des tournesols
    1888
    Musée Van Gogh, Amsterdam

    La Belle Angèle
    1889
    Musée d'Orsay, Paris

    1889
    Exposition au Café Volpini à l'occasion de l'Exposition universelle de Paris qui marque la naissance d'une école nouvelle groupée autour de Gauguin. Nabis et synthétistes, inspirés également par Mallarmé et les symbolistes littéraires, partageront pendant quelques temps des convictions communes sur la nécessité de libérer la peinture de sa sujétion au réel et de laisser davantage de place à l'idée ou à la symbolique. Maurice Denis, Paul Sérusier, Édouard Vuillard, Pierre Bonnard, Odilon Redon font partie de ce mouvement.

    Autoportrait
    1889
    National Gallery of Art, Washington

    Intérêt pour l'estampe japonaise dont certaines reproductions figurent dans des natures mortes. L'intensité psychique et spirituelle des toiles de cette année-là, le Christ Jaune, le Calvaire breton, la Belle Angèle laissent entrevoir en arrière-plan l'influence de Van Gogh.

    Récolte au Pouldu
    1890
    Tate Art Gallery, Londres

    1891
    Un banquet présidé par Mallarmé est donné en son honneur. Mais le peintre est prêt à renouveler l'expérience des contrées exotiques. Cette fois-ci, il part pour Tahiti. Nouvelle déception: le côté provincial de cette lointaine colonie française lui rappelle cruellement une civilisation qu'il croyait avoir laissée derrière lui: "l'imititation, grotesque jusqu'à la caricature, de nos moeurs, modes, vices et ridicules civilisés... Avoir fait tant de chemin pour trouver cela même que je fuyais!» (extrait de Noa-Noa).

    Ia Orana Maria (Je vous salue Marie)
    1891
    Metropolitan Museum of Art, New York

    Tahitiens (oeuvre inachevée)
    Vers 1891
    Tate Art Gallery, Londres

    Fattata te miti (À la mer)
    1892
    National Gallery, Washington

    Hima te fatou (La lune et la terre)
    1893
    Museum of Modern Art, New York

    1894
    Dernière entrevue avec sa femme Mette. Il se brise la cheville au cours d'une querelle à Concarneau, dont Annah la javanaise était la cause. Il gardera des séquelles de cette blessure mal guérie tout au long de ses dernières années.

    1895
    Après la vente désastreuse de ses tableaux à l'Hôtel Drouot, il repart, pour ne plus jamais revenir, vers Tahiti, "l'île odorante".

    Tête avec des cornes
    Getty Museum, Los Angeles
    1895-1897
    Bois sculpté avec traces de polychromie

    1897-1898
    Il apprend au printemps la mort de sa fille Aline. Découragé, épuisé par la maladie, par cette blessure à la jambe qui ne guérit pas, par une syphilis mal soignée et par la misère et l'impécuniosité qui le tourmente depuis des années, il songe au suicide. Avec une "fièvre inouïe", il travaille à ce qui sera son grand testament pictural: D'où venons-nous? Que sommes-nous? Où allons-nous?

    Les baigneuses
    1897
    National Gallery, Washington

    D'où venons-nous? Que sommes-nous? Où allons-nous?
    1897
    Museum of fine arts, Boston

    1898
    En janvier, il met à exécution son projet de suicide et part dans la montagne «où son cadavre aurait été dévoré par les fourmis» et avale une trop forte dose d'arsenic. Après une «nuit de terribles souffrances», il parvient à retourner chez lui.

    1901
    Il s'installe aux Iles Marquises et y bâtit "la maison du Jouïr" qu'il décore de bois sculpés, art auquel il s'adonne de plus en plus. Il se met les autorités locales à dos en publiant dans "le Sourire", un journal qu'il édite lui-même et qui lui rapporte quelques revenus, des articles qui incitent les indigènes à rejeter la civilisation décadente des coloniaux et à redécouvrir les vertus de leur culture ancestrale.

    Deux Tahitiennes
    1901-1902
    Metropolitan Museum of Art, New York

    L'offrande
    1902
    Collection E.G. Bührle, Zurich

    La maison du jouïr
    1902
    Bas relief polychrome en bois de séquoia
    Musée d'Orsay, Paris

    Les contes barbares
    1902
    Musée Folkwang, Essen

    1903
    En mars, il est condamné à la prison pour avoir accusé un gendarme. Il est trouvé mort le 8 mai.

    1906
    Rétrospective majeure de son oeuvre au Salon d'automne à Paris.

    Oeuvres


    En collaboration avec Charles Morice (1861-1919), Noa Noa, Paris, La Plume, [s. d.], 239 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)

    Documentation

    Documentation

    Pascal Bonafoux, Van Gogh et Gauguin, ou le bonze et le bagnard (Clio)
    L'influence de l'estampe japonaise sur le développement de l'art occidental à la fin du XIXe siècle (en anglais)
    Gauguin et la Polynésie française (en anglais)

    Publications anciennes

    Charles Morice, "Les Gauguins du Petit Palais et de la rue Laffitte", Mercure de France, no 170, février 2004, p. 386-396 (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)

    Dorsenne, Jean. "La vie affective de Paul Gauguin", Mercure de France, 38e année, tome CXCV, n° 692, 15 avril 1927, p. 305-361 (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)

    Expositions
    Gauguin in New York Collections: The Lure of the Exotic
    120 oeuvres contribuées par les collections new-yorkaises dont une soixantaine provenant de la collection du MMA. Du 18 juin au 20 octobre 2002. Metropolitan Museum of Art. New York

    Van Gogh and Gauguin: the Studio of the South. 134 oeuvres des deux peintres ainsi que d'artistes de leur entourage, produites au cours des années 1887-1888 avec pour point culminant le séjour de Gauguin à Arles qui marquera la rupture entre lui et Van Gogh. Art Institute of Chicago. 22 septembre 2001 au 13 janvier 2002

    Gauguin and the school of Pont-Aven.
    1996. Museum of Fine Arts, Boston

    Dossiers
    "Gauguin-Tahiti: l'atelier des Tropiques" (Radio-France) Une série de textes, d'images et d'entretiens autour du peintre et et de son itinéraire polynésien. En marge de l'exposition éponyme organisée par la Réunion des musées nationaux (au Grand Palais, du 3 octobre 2003 au 19 janvier 2004).


    Documents audio
    Gauguin: une passion pour l'écrit. Isabelle Kahn, documentaliste au Musée d'Orsay, souligne l'importance de l'écrit dans l'art de Gauguin. Dans le cadre de l'exposition "Gauguin-Tahiti: l'atelier des Tropiques" (Radio-France)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    1848, Paris
    Déces
    1903
    Documents Associés
    Victor Ségalen
    Tahiti, archipel des Marquises, peinture moderne
    Gaétan Daoust
    Sens de l'existence, mythe
    Octave Mirbeau
    Paul Gauguin, post-impressionnisme,
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.