• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Ray Nicholas

    Introduction à l’oeuvre de l’auteur

     

     

                L’Etranger, au sens où l’entendait Albert Camus, est celui qui refuse de jouer le jeu de la Société. Nicholas Ray a fait de cet authentique révolté le héros de toute son œuvre. Ce choix artistique a d’abord été dicté par des considérations strictement personnelles, l’immortel auteur de La fureur de vivre (Rebel Without a Cause) ayant été, de son vivant, un perpétuel marginal. Cependant, il est le fruit d’une réflexion qui excède largement le périmètre individuel : en refusant de vivre à nos côtés, l’Etranger ne se condamne pas à se languir dans l’ombre d’une tragédie sans fin ; il met nos vices en lumière pour mieux nous ramener sur le chemin de la Vertu. En d’autres termes, ce réprouvé magnifique aide les inconscients que nous sommes à ne pas devenir étrangers au monde.

     

    Lire la suite de l'article

    Biographie

    Débuts

     

                Né dans une petite ville du Wisconsin, Nicholas Ray est rapidement attiré par le Théâtre, la Musique et l’Architecture. Pour assouvir ces trois passions, il décide de s’établir à New York. C’est dans ce haut lieu de la Culture qu’il rencontre Elia Kazan. Sous la férule du grand metteur en scène, il devient l’interprète d’une pièce intitulée The Young Go First (1935). Il s’essaie ensuite aux fonctions d’assistant-réalisateur, sur le tournage du Lys de Brooklyn (A Tree Grows in Brooklyn) (1945). Cette dernière tentative clarifie ses intentions artistiques : il sera cinéaste. John Houseman, directeur de la compagnie théâtrale La Phoenix, exauce son vœu dès 1947, en lui permettant de diriger son premier film : Les amants de la nuit (They Live by Night).

     

    Particularités

     

                Né d’un père alcoolique, Raymond Nicholas Kienzle renia le patronyme de son géniteur indigne et se rebaptisa Nicholas Ray dans les années 1930. Sa vie, tant conjugale que professionnelle, fut placée sous le signe de l’inadaptation au monde. Sa relation tourmentée avec l’actrice Gloria Grahame se solda ainsi par deux mariages et deux divorces successifs. Sa carrière, quant à elle, se dégrada au moment même où les studios Hollywoodiens lui confièrent les superproductions qui auraient dû asseoir sa renommée internationale. Comme un symbole, c’est en tournant l’un de ces films à gros budget, Les 55 jours de Pékin (55 Days at Peking), que le cinéaste fut victime d’un infarctus. Cet arrêt cardiaque mit un terme anticipé à ses activités cinématographiques. Après quinze ans de souffrance et de solitude, un cancer l’emporta en 1979. Sa longue et cruelle agonie donna lieu à un documentaire de Wim Wenders : Nick’s Movie / Lightning Over Water (1980). Notons que Nicholas Ray passa son enfance à La Crosse, ville natale d’un autre cinéaste de génie : Joseph Losey.

    Oeuvres

    Filmographie

    - Réalisateur

    · 1949 : Les Amants de la nuit (They Live by Night)

    · 1949 : Les Ruelles du malheur (Knock on Any Door)

    · 1949 : Secret de femme (A Woman's Secret)

    · 1950 : Le Violent (In a Lonely Place)

    · 1950 : Born to Be Bad

    · 1951 : Les Diables de Guadalcanal (Flying Leathernecks)

    · 1951 : The Racket

    · 1952 : La Maison dans l'ombre (On Dangerous Ground)

    · 1952 : Le Paradis des mauvais garçons (Macao)

    · 1952 : Les Indomptables (The Lusty Men)

    · 1954 : Johnny Guitare (Johnny Guitar)

    · 1955 : À l'ombre des potences (Run for Cover)

    · 1955 : La Fureur de vivre (Rebel Without a Cause)

    · 1956 : L'Ardente gitane (Hot Blood)

    · 1956 : Derrière le miroir (Bigger Than Life)

    · 1957 : Le Brigand bien-aimé (The True Story of Jesse James)

    · 1957 : Amère Victoire (Bitter Victory)

    · 1958 : La Forêt interdite (Wind Across the Everglades)

    · 1958 : Traquenard (Party Girl)

    · 1959 : Les Dents du Diable (The Savage Innocents)

    · 1961 : Le Roi des rois (King of Kings)

    · 1963 : Les 55 jours de Pékin (55 Days at Peking)

    · 1975 : Wet Dreams - segment The Janitor

    · 1976 : We Can't Go Home Again

    · 1978 : Marco (court-métrage)

    · 1980 : Nick's Movie (Lightning Over Water), co-réalisé avec Wim Wenders

    - Scénariste

    · 1945 : The Caribbean Mystery

    · 1949 : Les Amants de la nuit (They Live by Night)

    · 1952 : La Maison dans l'ombre (On Dangerous Ground)

    · 1954 : Johnny Guitare (Johnny Guitar)

    · 1956 : Derrière le miroir (Bigger Than Life)

    · 1957 : Amère victoire (Bitter Victory)

    · 1959 : Les Dents du Diable (The Savage Innocents)

    · 1976 : We Can't Go Home Again

    · 1980 : Lightning Over Water / Nick's Movie

    - Acteur

    · 1945 : A Tree Grows in Brooklyn : Bakery clerk

    · 1955 : La Fureur de vivre (Rebel Without a Cause) : Homme dans le dernier plan

    · 1963 : Les 55 jours de Pékin (55 Days at Peking) : Ministre Américain

    · 1977 : L'Ami Américain (Der Amerikanische Freund) : Derwatt

    · 1979 : Hair : Le Général

    · 1980 : Lightning Over Water / Nick's Movie : son propre rôle.

    Documentation

     

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.