• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Nanotechnologie

    Définition

    «Le terme nanotechnologie fut utilisé pour la première fois en 1974 par Norio Tanigushi. Il fut toutefois popularisé par K. Éric Drexler dans les années 1980, lorsque celui-ci introduisit le terme de «manufacture moléculaire». Richard Feynman a été le premier scientifique à avancer l'idée qu'il serait bientôt possible pour l'homme de transformer la matière au niveau atomique. Dans un discours visionnaire devenu depuis célèbre, prononcé en décembre 1959 devant l'American Physical Society, il envisageait la possibilité de faire tenir tout le contenu de l'encyclopédie Britannica sur la tête d'une épingle et de réorganiser la matière atome par atome (2).

    Le rapport du National Science and Technology Council (3) sur les nanotechnologies définit les nanotechnologies comme étant la création et l'utilisation de matériaux, d'instruments et de systèmes portant sur la matière de l'ordre de 1 à 100 nanomètres. Un nanomètre (nm) est une unité de mesure qui correspond à un milliardième de mètre (soit 10-9 mètre). Pour mieux en apprécier la dimension, pensons que la taille des atomes se situe aux environs de 0,1 à 0,4 nanomètre, qu'une molécule d'ADN mesure 2 nm de large (mais 10 mètres de long), qu'un virus mesure entre 10 et 100 nm alors que l'épaisseur d'un cheveu humain se situe entre 50 000 nm et 100 000 nm. Cette définition du National Science and Technology Council masque le fait qu'il n'y a pas unanimité en ce moment quant au contenu de ce nouveau champ scientifique, tant au Québec qu'ailleurs dans le monde. Aucune rencontre internationale ne se tient encore sans que cette question soit évoquée.

    (...) il est important de ne pas définir les nanotechnologies de façon trop large, sinon un fort pourcentage de scientifiques pourraient abusivement se réclamer du secteur, le transformant en secteur fourre-tout. N'est pas davantage opportune une définition trop pointue, susceptible de faire perdre de vue les liens théoriques et appliqués qui doivent être tissés entre les différentes disciplines et les multiples objets de recherche concernés. Le problème tient au fait que les chimistes, les physiciens et les biologistes peuvent tous prétendre travailler à l'échelle nanométrique, le plus souvent dans un cadre théorique mais également pratique. Ainsi, plusieurs des phénomènes étudiés par les biologistes se situent au niveau nanométrique : ADN, virus, interactions entre une cellule et son environnement, etc. Le cas des physiciens est encore plus patent : plusieurs d'entre eux étudient et effectuent des manipulations au niveau atomique depuis plus de cinquante ans, particulièrement depuis la maîtrise de l'énergie nucléaire. Il en est de même des chimistes, qui réalisent des travaux à l'échelle nanométrique depuis au moins un siècle : la catalyse chimique appliquée au raffinage du pétrole, à la découverte de médicaments, de polymères et de plastiques fournit un exemple parfait de nanotechnologies avant la lettre.

    La faculté de manipuler la matière au niveau atomique est certainement la marque distinctive la plus forte des nanotechnologies. D'ailleurs, une interprétation très restrictive limiterait les nanotechnologies à la construction de molécules ou de particules à partir d'atomes individuels. Rares sont les recherches qui correspondraient actuellement à cette grille dans le monde.

    (...) La nanoscience est donc le domaine qui porte sur l'étude des phénomènes observés dans des structures et systèmes : 1) dont la taille, dans au moins une dimension de l'espace, s'exprime en nanomètres; et 2) qui possèdent des propriétés découlant spécifiquement de cette taille nanométrique. Les nanotechnologies sont quant à elles le domaine qui s'intéresse aux applications de ces phénomènes. La deuxième condition mentionnée ci-dessus permet de distinguer les activités «nano» de celles qui se déroulent depuis longtemps, par exemple en biologie ou en chimie macromoléculaire. Cette condition fait également en sorte d'écarter les travaux sur la miniaturisation des transistors, puisque les transistors fonctionnent à partir d'un principe classique de la microélectronique, et par conséquent ne recourent pas aux effets spécifiques qui se manifestent uniquement à l'échelle nanométrique.

    Par contre, certaines structures photoniques, dont la taille peut être de quelques centaines de nanomètres, présentent de nouveaux effets de confinement de photons qui font l'objet d'études fondamentales et appliquées, et s'inscrivent ainsi dans la définition retenue des domaines de la nanoscience et des nanotechnologies.

    Les nanotechnologies sont à proprement parler révolutionnaires. En effet, à cette échelle de mesure, les matériaux et les systèmes peuvent révéler des caractéristiques jusque-là complètement inconnues. Cette découverte vient modifier sensiblement la connaissance qu'on a de leurs propriétés ainsi que des phénomènes et processus physiques, chimiques ou biologiques en cause. On est alors à même de constater que les propriétés de la nano-matière ne peuvent être déduites de celles de la même matière à plus grande échelle.

    Les possibilités d'application des nanotechnologies sont pratiquement infinies et touchent tous les domaines technologiques qui peuvent venir à l'esprit. Si une partie seulement de ces applications se concrétise, elle entraînera des bouleversements inédits au sein des industries aéronautique, automobile, chimique, électronique, pharmaceutique, de l'énergie, de l'environnement, etc.

    Il y a donc lieu de prévoir que les nanotechnologies constitueront une troisième révolution technologique, la première ayant donné naissance à la révolution industrielle, et la deuxième ayant été reliée à la microélectronique.

    Domaines et exemples d'applications des nanotechnologies

    * Industries automobile et aéronautique : matériaux renforcés par des nanoparticules qui sont plus légers, pneus renforcés par des nanoparticules qui durent plus longtemps et qui sont recyclables, peinture extérieure sur laquelle la saleté n'a pas prise, plastiques ininflammables et peu coûteux, textiles et recouvrements qui se réparent d'eux-mêmes.
    *Industries de l'électronique et des communications : enregistrement de données avec des médias utilisant les nanocouches et les points quantiques, écrans plats, technologie sans fil, nouveaux appareils et processus dans tout le domaine des technologies de l'information et des communications, des vitesses de traitement et des capacités d'enregistrement des millions de fois plus rapides et, de plus, moins coûteuses que les méthodes actuelles.
    *Industries chimiques et des matériaux : des catalyseurs qui augmentent l'efficacité énergétique des usines de transformation chimique et qui augmentent l'efficacité de la combustion des véhicules moteurs (ce qui va diminuer la pollution), des outils de coupe extrêmement durs et résistants, des fluides magnétiques intelligents pour les lubrifiants et les joints d'étanchéité.
    * Industries pharmaceutiques, des biotechnologies et des soins de santé : de nouveaux médicaments basés sur des nanostructures, des systèmes de diffusion des médicaments qui ciblent des endroits précis dans le corps, des matériaux de remplacement biocompatibles avec les organes et les fluides humains, des kits d'autodiagnostic pouvant être utilisés à domicile, des senseurs pour des laboratoires tenant sur une puce, des matériaux pour la regénération des os et des tissus.
    * Secteur manufacturier : ingénierie de précision pour la production de nouvelles générations de miscroscopes et d'instruments de mesure, de nouveaux processus et de nouveaux outils pour manipuler la matière au niveau atomique, des nanopoudres incorporées dans des matériaux en vrac avec des propriétés spéciales telles que des senseurs qui détectent les bris imminents et des contrôles en mesure de corriger le problème, autoassemblage de structures à partir de molécules, des matériaux inspirés par la biologie ainsi que des biostructures.
    * Secteur de l'énergie : nouveaux types de batteries, photosynthèse artificielle permettant de produire de l'énergie de façon écologique, entreposage sécuritaire de l'hydrogène pour utilisation comme combustible propre, économies d'énergie résultant de l'utilisation de matériaux plus légers et de plus petits circuits.
    * Exploration de l'espace : véhicules spatiaux plus légers, production et gestion plus efficace de l'énergie, systèmes robotiques très petits et efficaces.
    * Environnement : membranes sélectives qui peuvent filtrer les contaminants ou encore le sel de l'eau, des pièges nanostructurés pour enlever les polluants des rejets industriels, caractérisation des effets des nanostructures sur l'environnement, des réductions importantes dans l'utilisation des matériaux et de l'énergie, réduction des sources de pollution, de nouvelles opportunités pour le recyclage.
    * Défense : des détecteurs et des correcteurs d'agents chimiques et biologiques, des circuits électroniques beaucoup plus efficaces, des matériaux et des recouvrements nanostructurés beaucoup plus résistants, des textiles légers et qui se réparent d'eux-mêmes, remplacement du sang, des systèmes de surveillance miniaturisés.»

    Notes
    2. Le texte est disponible à l'adresse Web http://www.zyvex.com/nanotech/feynman.html
    3. National Science and Technology Council, National Nanotechnology Initiative : Leading to the Next IndustrialRevolution, op. cit., p. 15.

    Source : Conseil de la Science et de la Technologie du Québec, Les nanotechnologies - La maîtrise de l'infiniment petit. Avis. Juin 2001, vi, 79 p. (format PDF)

    Enjeux

    «* Aux États-Unis, on note une augmentation extrêmement importante du financement gouvernemental des nanotechnologies, un secteur devenu hautement prioritaire pour le gouvernement américain. Le financement de la recherche en nanotechnologies provient de sources gouvernementales très diversifiées, des organismes subventionnaires tels que la National Science Foundation (NSF) et le National Institute of Health (NIH) certes, mais aussi des ministères, notamment celui de la Défense. Plusieurs universités américaines disposent d'un financement abondant provenant, outre du gouvernement central, de fondations privées, de leurs propres fonds de dotation ou encore, parfois, des États eux-mêmes. Ces fonds permettent la construction de centres importants et très bien équipés.

    * On assiste à une convergence phénoménale entre les différentes sciences. Pratiquement tous les centres de recherche américains regroupent des physiciens, des chimistes, des biologistes, des mathématiciens et des informaticiens, et sont établis intentionnellement près des départements universitaires pour favoriser le maximum d'interactions entre professeurs-chercheurs et étudiants.

    * En 1997, les pays européens dans leur ensemble ainsi que le Japon consentaient à un effort financier absolu aussi important que celui fourni par les États-Unis en nanotechnologies. Cependant, à la suite de la forte augmentation des fonds octroyés par le gouvernement américain en 2001, la situation s'est renversée, et ce sont les États-Unis qui mènent actuellement la course. Le Japon est cependant en train de mettre en oeuvre une stratégie pour combler son écart, de sorte que son effort relatif (par rapport au pib) sera supérieur à celui des États-Unis au cours des années à venir. Quant à l'Europe, les fonds qu'on y consacrera dans le 6e Programme cadre connaissent une augmentation modérée, de l'ordre de 13 %.

    Les domaines de recherche sont très diversifiés tant en Europe qu'au Japon, alors que la qualité de la recherche y est souvent égale, voire parfois supérieure à celle aux États-Unis. Tous les centres de recherche disposent d'un équipement à la fine pointe. De plus, ils sont bien pourvus en ressources humaines (p. ex. : en techniciens spécialisés) pour soutenir les chercheurs.

    * Aussi bien en Europe qu'au Japon, il n'existe encore aucun centre de recherche voué exclusivement aux nanotechnologies. La plupart des recherches sont menées dans des centres spécialisés, soit dans les matériaux, soit en électronique, en raison de la nécessaire complémentarité entre les expertises requises et entre les besoins d'équipement. Même aux États-Unis, la création de centres voués exclusivement aux nanotechnologies demeure rare.

    * Alors que les États-Unis, la plupart des pays d'Europe et le Japon ont fait des nanotechnologies un domaine de recherche prioritaire, le Canada et le Québec accusent un sérieux retard.

    Au Canada, seuls deux instituts de recherche du Conseil national de recherches du Canada (CNRC) sont actuellement actifs en nanotechnologies.

    Il semble toutefois que le CNRC s'apprête à implanter un institut spécialisé en nanotechnologies en Alberta. Les universités québécoises doivent accélérer leurs recherches au cours des années qui viennent si on veut éviter que le Québec prenne un retard trop important. La création de Nano-Québec, annoncée dans le cadre du projet soumis à VRQ, constitue un moment charnière susceptible d'appuyer à court terme les universités afin d'intensifier la recherche en nanotechnologies. Nano-Québec offrira également l'avantage de favoriser la concertation et la mise en réseau des principaux chercheurs québécois. Cependant, le Québec demeure vulnérable et requiert que les deux paliers de gouvernement consentent à investir des ressources financières importantes.

    Les enjeux pour le Québec sont cruciaux et consistent surtout à assurer sa participation à l'essor du corpus scientifique, à constituer une masse critique de chercheurs de haut calibre dans toutes les disciplines touchées par les nanotechnologies, à maximiser les synergies entre les chercheurs et centres de recherche concernés, à procurer à ces chercheurs l'équipement dont ils ont besoin pour mener à bien leurs travaux et, enfin, à attirer des étudiants et à former une main-d'oeuvre de calibre international pour alimenter le bassin de chercheurs, et atteindre la masse critique recherchée.»

    Source : Conseil de la Science et de la Technologie du Québec, Les nanotechnologies - La maîtrise de l'infiniment petit. Avis. Juin 2001, vi, 79 p. (format PDF)

    Documentation

    Nanotechnology (The Science Show, 24 février 2001 - Radio National, Australian Broadcasting Corporation) : "How much more can we continue to shrink the existing microelectronics? In the future the question may not how many angels can dance on the top of a pin, but how many computers can we fit on the top of a pin."

    Nanoscience : Underlying Physical Concepts and Phenomena (Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 99, supplément n° 2, 30 avril 2002). Sommaire et articles en ligne - Textes spécialisés

    P. M. Ajayan, J.-C. Charlier et A. G. Rinzler, Carbon nanotubes : From macromolecules to nanotechnology, Proceedings of the National Academy of. Sciences of the United States of America, vol. 96, n° 25, 7 décembre 1999, p. 14199-14200 - Article spécialisé.

    Document sonore : Les nanotechnologies tissent leur nid. Vous pouvez écouter en Real Audio le reportage; invités : Mohamed Chaker, INRS-Énergie et matériaux, Philippe Poulin, Centre de recherche Paul Pascal, Bordeaux, Fr. (émission «Les Années lumière», Radio-Canada, 4 février 2001)

    Document vidéo : Les nano-objets individuels. Conférence de Christian Joachim (L'Université de tous les savoirs) (Canal U)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-03-20
    Loading
    Informations
    Documents Associés
    Conseil de la science et de la technologie du Québ
    recherche, biomatériau
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.