Dubois Marius

1944

MARIUS DUBOIS
146, Chemin du Bout-de-l’Ile Ste-Pétronille, Qc G0A 4C0
Tél. : (418) 828-9870 Courriel : mariusdubois@hotmail.com

ÉTUDES

1964 - 1968 Diplôme en sculpture
École des Beaux-Arts de Québec

« Le cheminement parcouru par Dubois est assez étrange puisque au cours de ses études, il fut principalement intéressé par les recherches contemporaines en art abstrait et géométrique. Ce fut son séjour à Londres qui déclencha une période surréaliste dont les traces subsistent toujours dans son oeuvre. » Jean des Gagniers, Université Laval, 1978.

968 - 1970 Maîtrise en peinture
Hornsey College of Arts, Londres (Angleterre)

« Au Hornsey, je m'étais adonné à la peinture réaliste mais les professeurs m’avaient dit qu’il était inutile de vouloir encore peindre de la sorte. Ils racontaient que dans vingt ans, tous les gens auraient un rayon laser leur permettant de reproduire à la perfection ce qu’ils voudraient!

Je me rappelle qu’à un certain moment David Hockney, qui était alors en vogue, était venu voir nos travaux à l’École. S’arrêtant devant mes toiles, il n’avait pu émettre de commentaires tant il était perplexe. Pourtant je ne peignais pas encore de grands sujets religieux : mon travail se rapprochait de surréalistes comme Magritte.

Le plus amusant c’est que l’année suivant cette visite de Hoekney, j’ai participé à un concours qui s’appelait Young Comtemporaries et s'adressait à tous les finissants des Écoles d’art de Londres. Ma toile représentait un rideau de scène comme on en voyait auparavant dans les théâtres et les salles de cinéma, avec des dégradés d'éclairage et une perspective en trompe-l'œil. J'ai mérité le premier prix de la catégorie peinture avec cette toile, ce qui démontrait que mon travail suscitait de l'intérêt. Je suis donc revenu au Québec avec la ferme intention de peindre comme il me plairait. » À L'AFFICHE, janvier 1992.

1970 - 1985 Études autodidactes en techniques anciennes de peinture

« Cette phase "surréaliste" habitue Marius Dubois à un traitement d'une extrême précision, volontiers miniaturiste et donc à un dessin d'une grande correction. Il exécute alors quelques paysages d'hiver où des personnages, dont certains sont nus, habitent un espace translucide, cristallin, dans un temps qui paraît suspendu. À la recherche de lumière et d'exactitude, Dubois se tourne vers les peintres du passé. »

BOURSES ET PRIX


1978 Ministère des Affaires culturelles du Québec, Boursier

1977 Fondation Elizabeth Greenshields de Montréal, Boursier


1977 Première Biennale de peinture du Québec au Centre Saidye-Bronfman à Montréal, 1er prix en peinture, pour La Chasse:

« Mais l'œuvre de Dubois a trop d’affinités avec le Nouvel Âge pour qu’on puisse exclure l'hypothèse d’un grand commencement. Aux Hospices de Beaune, on nous invite à prendre une loupe pour mieux admirer les détails du Jugement Dernier de Roger Van der Weyden. C’ètait l'époque où chaque poil d'une fourrure faisait l'objet d'un coup de pinceau particulier. Avec la même loupe on éprouve le même émerveillement devant les tableaux de Dubois. Ce besoin de la perfection dans le détail, ce sens de l'analogie qui amène à traiter l'élément comme s'il était déjà l’ensemble, supposent non seulement un intérêt passionné pour la nature et ses prolongements humains, mais encore une vision nouvelle du monde. Au début de notre ère, le monde a d'abord été comparé à une horloge pour être livré ensuite au hasard. à l'émiettement, à l'abstraction et à la manipulation des ingénieurs. Pour Marius Dubois, il est redevenu un objet de contemplation, un être si vivant et si autonome qu'on éprouve le besoin de s'imprégner de sa forme avant de songer à le transformer. Ce peintre est le représentant du mouvement écologique dans ce qu’il a de meilleur. » Jacques Dufresne, « La renaissance de la Renaissance », Le Devoir, 24 février 1979.

 

Articles





Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ