• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Maître Eckhart

    « La prose allemande avait pris, dans la bouche des orateurs franciscains, de l’aisance et de la vivacité: des théologiens mystiques, appartenant à un ordre rival, lui donnèrent plus de vigueur et d’éclat, en l’appliquant aux recherches métaphysiques. C’étaient des esprits sincères, qui se sentaient repoussés par la sécheresse de l’enseignement scolastique, et qui voulaient y substituer une doctrine plus large et plus féconde. Le principe fondamental de leur philosophie était l’union de l’âme avec Dieu. Leurs nombreux disciples étaient répandus dans les maisons dominicaines le long du Rhin; leur centre était à Cologne. Ils avaient des rapports avec la secte des Amis de Dieu, fondée par Nicolas de Bâle. Nous n’avons point ici à considérer leur influence sur la philosophie du moyen âge: ce furent eux surtout qui amenèrent la ruine de la scolastique allemande. Mais ils mirent aussi leur empreinte sur la langue. Ils remplacèrent les formules latines, où la pensée philosophique avait été emprisonnée jusqu’alors, par des vocables allemands, que l’usage admit peu à peu, et qui furent définitivement consacrés par les écrivains de la Réforme.

    Le fondateur de l’école, Henri Eckhart, que l’admiration de ses contemporains a fait nommer maître Eckhart, vécut dans la seconde moitié du XIIIe siècle et au commencement du XIVe; il était sans doute originaire de l’Alsace. Il fit de longs voyages en France, en Italie, en Allemagne, et s’éleva aux plus hautes dignités de son ordre. Il enseigna avec un grand succès à Strasbourg et à Cologne. Tandis que ses disciples rédigeaient ses sermons et recueillaient ses Maximes, l’Église le surveillait avec un soin jaloux. L’archevêque de Cologne l’accusa d’hétérodoxie, et le pape Jean XXII condamna quelques-unes de ses propositions. Mais Eckhart mourut avant que la bulle papale ne fût connue en Allemagne. Il avait déclaré, dans un de ses derniers sermons, qu’il n’avait jamais eu le dessein de publier des doctrines nouvelles, et qu’il rétractait tout ce qui, dans ses discours ou dans ses écrits, pouvait être contraire aux enseignements de l’Église. »

    source: Adolphe Bossert, Histoire de la littérature allemande, Paris, Hachette, 1904, p. 164-165

    Oeuvres

    "Le Commentaire de Maître Eckhart sur le Livre de la Sagesse". Texte présenté par G. Théry, Archives d'histoire doctrinale et littéraire du Moyen âge : première partie, année 3, 1928, p. 321-443; deuxième partie, année 4, 1929, p. 233-394 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Documentation

    Ressources de nos partenaires de l'enseignement supérieur

    Jean-François Malherbe, Université de Sherbrooke L’expérience de Dieu avec Maître Eckhart. Introduction et textes choisis par Jean-François Malherbe, Fides, Montréal, 1999, 143 p.

    Souffrir Dieu. La prédication de Maitre Eckhart, Cerf, Paris, 1992, 116 p., traduction polonaise. 2e édition sous presse.

    Théry, G. "Édition critique des pièces relatives au procès d'Eckhart contenues dans le manuscrit 33 b de la bibliothèque de Soest", Archives d'histoire doctrinale et littéraire du Moyen âge, année 1, 1926, p. 129-268 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Libera, Alain de. La mystique rhénane d'Albert le Grand à Maître Eckhart. Paris, Seuil, 1994. Coll. «Points Sagesses».

    Nicolas Beaufils. Philosophie et théologie chez Maître Eckhart, mémoire de DEA.

    Site Philosophiques Textes de philosophes et de maîtres spirituels

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Naissance
    1260
    Déces
    1328
    Raccourcis
    Notice de l'Internet Encyclopedia of Philosophy
    Notice de la Catholic Encyclopedia
    Équipe de recherches sur les Mystiques rhénans (Maître Eckhart, etc.)
    Eckhart Society

      Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.