Dernières modifications

    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Verchères Madeleine Jarret de

    "En 1692, cette brave et débrouillarde jeune fille, âgée de quatorze ans, défendit l'établissement où elle vivait près de Montréal. Des guerriers iroquois avaient surpris les colons qui travaillaient aux champs et en avaient capturé un grand nombre. Après avoir réussi de justesse à se réfugier derrière la palissade en rondins, Madeleine arma les femmes et les enfants de mousquets et fit feu avec l’unique canon du fort pour repousser les Amérindiens et alerter les établissements voisins situés le long du Saint-Laurent. Le lendemain, un fort détachement de la milice française, parti de Montréal et vint à leur rescousse. Le gouverneur de la Nouvelle-France rendit plus tard hommage à son héroïsme."

    Source : Musée canadien de la guerre

    Biographie

    À partir d’une anecdote, la légende de Madeleine de Verchères est née.
    L’aventure des débuts de la Nouvelle-France en terre d’Amérique est remplie de péripéties de ce genre. Mais sont-elles vraies? Sont-elles fausses? Historiens et chroniqueurs contestent certains détails. Il est utile de rappeler qu’en l’absence de registres de l’époque, les seuls documents qui nous restent sont les récits de voyages des explorateurs et des missionnaires. Et ils ont tendance à être parfois un peu fantaisistes.

    Marcel Trudel, professeur émérite de l'Université d'Ottawa, va jusqu'à affirmer que Madeleine de Verchères est la «créatrice de sa propre légende». En effet, à 40 ans d'intervalle, l'héroïne de Verchères fait deux récits de son aventure: dans le premier, elle relate un événement qui n'est pas en soi une action extraordinaire, même si elle est très représentative des périls coutumiers du temps; dans la seconde version (autour de 1732), devenue seigneuresse du fief de La Pérade, elle raconte «ce qu'elle est censée avoir vécu 40 ans plus tôt, mais elle ne peut s'empêcher de se voir à 14 ans comme elle est à 54 ans». Sans compter que «de ceux qui ont connu l'affaire de près, il n'y en a plus un seul, à part Madeleine elle-même, qui puisse la contredire.» (Marcel Trudel, «Madeleine de Verchères, créatrice de la propre légende», dans Mythes et réalités dans l'histoire du Québec, chap. VII)

    Oeuvres

    Documentation

    Marcel Trudel, «Madeleine de Verchères, créatrice de la propre légende», dans Mythes et réalités dans l'histoire du Québec, chap. VII, Cahiers du Québec, Collection Histoire, Éditions Hurtubise HMH, 2001

    Diane Gervais et Serge Lusignan, De Jeanne d'Arc à Madeleine de Verchères: la femme guerrière dans la société d'Ancien Régime, Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 53, no 2, automne 1999 (format PDF)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Canada
    Naissance
    3 mars 1678, Verchères
    Déces
    8 août 1747
    Raccourcis


    Dons reçus (2019-2020):6100$
    Objectif: 25 000$


    Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2019-2020, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.




    TEST C