• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Pasteur Louis



    Biographie


    Pasteur n'était pas médecin, ni même biologiste. Il avait reçu une formation de chimiste et de physicien. Sa carrière en zigzag, qui le conduit de la cristallographie à la fermentation de la bière, puis de là à la maladie du charbon et au vaccin contre la rage suscite encore aujourd'hui des débats passionnés, les uns voyant dans cette trajectoire un signe d'opportunisme, les autres la marque d'un génie qui se portait d'instinct sur les fronts où se livraient les batailles décisives.

    Quand en préparant son doctorat en 1847, Pasteur avait travaillé sur les cristaux en tant que chimiste, il avait remarqué que les substances vivantes avaient des propriétés optiques bien déterminées. Appelé en 1854 à étudier la fermentation pour venir en aide aux fabricants d'alcool de son pays, il retrouva ces propriétés dans certaines substances présentes dans les produits en fermentation. À partir de ce mince indice, il fit alors l'hypothèse que ces substances étaient des êtres vivants minuscules, ébranlant ainsi la science officielle de l'époque pour laquelle il allait de soi que la fermentation était un phénomène purement et exclusivement chimique.

    En 1865, Pasteur fut invité à se pencher sur la maladie du ver à soie qui menaçait une industrie encore très importante dans le sud de la France et le nord de l'Italie. Il retrouvait ses micro-organismes, mais en tant qu'agents infectieux cette fois.

    Il était déjà célèbre à ce moment. La découverte du vaccin contre la rage allait bientôt l'élever au rang des demi-dieux. Du moins inspira-t-il une reconnaissance héroïque à certains de ses patients. Le paysan alsacien Joseph Meister, qu'il guérit en 1885, devint par la suite le portier de l'Institut Pasteur à Paris. En 1940, il se suicida plutôt que d'ouvrir aux envahisseurs allemands la porte de la crypte où reposait la dépouille de Pasteur.

    L'idée de recourir à un vaccin après la transmission d'une bactérie ou d'un virus soulevait des problèmes complexes. On ne sut jamais vraiment si le petit paysan alsacien ne s'en serait pas sorti aussi bien sans le traitement de Pasteur.

    Dans la lutte contre la maladie du charbon, le succès de Pasteur en matière de vaccination paraît plus fondé. La vaccination contre la variole, qu'on pratiquait en Chine depuis le IIe siècle apr. J.-C., avait été redécouverte par le médecin anglais Édouard Jenner en 1796. Jenner avait reçu cette réponse d'une paysanne chez qui il avait diagnostiqué une variole: "Impossible, docteur, puisque j'ai déjà eu la cowpox". La cowpox était une légère infection cutanée apparentée à la variole à ses débuts. Jenner voulut aller jusqu'aux fondements de cette connaissance empirique. Pour prévenir la variole, il eut l'idée de provoquer artificiellement une cowpox infinitésimale. A cette fin, il injectait dans la peau de ses patients volontaires une substance venue des lésions cutanées de vaches atteintes de cowpox. D'où notre mot vaccin, qui vient de vacca, vache en latin.

    Le vaccin de Jenner, comme celui pratiqué par les Chinois, n'était qu'un cas particulier. Pasteur eut l'intuition de la règle générale, du principe même du vaccin en étudiant le choléra des poules. Il avait injecté à des poules saines une solution contenant des bactéries du choléra. La virulence des bactéries en question s'étant atténuée par accident, les poules n'eurent aucun symptôme de la maladie. Mais quand, quelques jours plus tard, Pasteur injecta des bactéries, vraiment virulentes cette fois, aux mêmes poules, elles résistèrent à l'infection. D'autres poules qui n'avaient pas reçu la première injection devaient mourir peu après du choléra. Pasteur fit tout de suite l'hypothèse qu'au contact de doses atténuées de substances infectieuses, l'organisme apprend à se défendre contre une éventuelle attaque violente. La vaccination venait ainsi de passer du stade de l'empirisme à celui de la science. Pasteur eut ensuite l'idée d'étendre le même principe aux virus, ce qui le conduisit au vaccin contre la rage.

    Pasteur a-t-il été influencé par les travaux de Semmelweis? La continuité entre les découvertes de l'un et de l'autre montre tout au moins que le triomphe contre l'infection fut plus l'affaire d'un siècle que celle d'un homme, Pasteur.

    Oeuvres


    Textes en ligne:

    Dissymétrie moléculaire; études réunies par Pasteur Vallery-Radot. Paris, Masson, 1922. VIII-480 p.-[1] f. de pl. portr. (Oeuvres de Pasteur; 1) - Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF

    Fermentations et générations dites spontanées; études réunies par Pasteur Vallery-Radot. Paris, Masson, 1922. VIII-664 p. (Oeuvres de Pasteur; 2) - Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF

    Études sur le vinaigre et sur le vin; réunies par Pasteur Vallery-Radot. Paris, Masson, 1924. VII-519 p. (Oeuvres de Pasteur; 3) - Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF

    Études sur la maladie des vers à soie; réunies par Pasteur Vallery-Radot. Paris, Masson, 1926. VIII-761 p.-[1] f. de front. 1 ill. (Oeuvres de Pasteur; 4) - Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF

    Études sur la bière; réunies par Pasteur Vallery-Radot. Paris, Masson, 1928. VII-361 p.-XII f. de pl. ill. (Oeuvres de Pasteur; 5) - Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF

    Maladies virulentes, virus-vaccins et prophylaxie de la rage; études réunies par Pasteur Vallery-Radot. Paris, Masson, 1933. XII-550 p. (Oeuvres de Pasteur; 6) - Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF

    Correspondance de Pasteur 1840-1895. IV. L'étape des maladies virulentes. Vaccination de l'homme contre la rage. Dernières années, 1885-1895. Réunie et annotée par Pasteur Vallery-Radot. Reproduction de l'édition de Paris, Flammarion, 1951, 464 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Documentation


    Publications anciennes

    Joly, Nicolas (1812-1885). Examen critique du mémoire de M. Pasteur, relatif aux générations spontanées. Toulouse, C. Douladoure, 1863, 27 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Duclaux, Émile. Pasteur, histoire d'un esprit, Sceaux, Impr. Charaire, 1896, VII-400 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)


    Publications contemporaines


    Pierre-Yves Laurioz, Louis Pasteur. La réalité après la légende, Paris, Éditions de Paris, 2003.

    Pierre-Yves Laurioz. Site sur son livre: Louis Pasteur. La réalité après la légende.

    Catta, Hervé-Marie. Pasteur le croyant, Il est vivant!, no 142, mars 1998.

    Oudar, Nathalie. Pasteur ou le triomphe médical d'un non-médecin, Journal de l'Institut Curie - Comprendre & Agir -, no 33, 1er trimestre 1995.

    Raynal, Florence. 1995: l'année Pasteur, Label France, no 19, mars 1995.

    Lemaire, Jean-François. Napoléon III et Pasteur, Souvenir napoléonien, no 407, mai 1996.

    Saint-Romain, Anne de. Pasteur. Les vrais raisons d'une gloire, (article du magazine L'Histoire reproduit sur le site Epidaure.com).

    Debré, Patrice. Louis Pasteur. Traduit par Elborg Forster. Johns Hopkins University Press, 1998: Chapter 1. My Father is a Hero.

    Document sonore

    Vous pouvez écouter à l'aide de Windows Media Player une émission de la série "Rencontres spirituelles" consacrée à Louis Pasteur. Animateur: Raymond Beaugrand-Champagne (Radio Ville-Marie, 28 novembre 2000; sur le site de "Dieu parmi nous")
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-04-19
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    27 / 12 / 1822, Dole, France
    Déces
    28 / 09 / 1895
    Documents Associés
    Florent Bouvier
    Jacques Dufresne
    René Dubos
    Logique, microbe, infection, vaccin, rage, immunologie, résistance, cortisone, vers à soie, fermentation, virus, méningite.
    Jacques Dufresne
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.