• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Gouin Lomer

    Premier ministre et lieutenant-gouverneur du Québec.

    Biographie

    «Né à Grondines, le 19 mars 1861, fils de Joseph-Nérée Gouin, médecin, et de Séraphine Fugère.

    Fit ses études au collège de Sorel, au collège de Lévis et à l'université Laval à Montréal. Fit sa cléricature auprès de Me Toussaint-Antoine-Rodolphe Laflamme, député à la Chambre des communes de 1872 à 1878, et de Me John Joseph Caldwell Abbott. Admis au barreau de la province de Québec le 2 avril 1884. Créé conseil en loi de la reine le 9 juin 1899. Docteur en lettres honoris causa en 1902. Docteur en droit honoris causa du Bishop's College en 1913 et des universités McGill en 1911, Toronto en 1915 et Queen's en 1921.

    Exerça sa profession avec S. Pagnuelo, Louis-Olivier Taillon, Raymond Préfontaine, Joseph-Émery Robidoux, E.N. Saint-Jean, Honoré Mercier (père), E. Brassard, Jérémie-Louis Décarie, D. Murphy, Louis-Philippe Bérard et Rodolphe Lemieux, député à la Chambre des communes de 1896 à 1930, puis sénateur de 1930 à 1937. Comme avocat, il représenta également plusieurs compagnies ferroviaires, notamment le Grand Tronc, Montreal and Champlain Railway, Beauharnois Railway, Chateauguay Northern Railway et Montreal Terminal Railway. Bâtonnier général du barreau de la province de Québec en 1910 et 1911.

    Fut directeur ou administrateur des établissements et compagnies suivantes: Assurance Mont-Royal, Banque d'épargne de la cité et du district de Montréal, Banque de Montréal, Crédit foncier, Royal Trust Co., Shawinigan Water and Power Co., Laurentide Paper Co., Lake of the Woods Milling Co., St. Maurice Power, Royal Exchange Insurance, National City Co., Mutual Life Insurance, Montreal Light, Heat and Power Co., Canada Insurance, Canadian International Paper Co. et Title Guarantee and Trust Corp. Membre du bureau de contrôle de la Banque Provinciale du Canada.

    Directeur politique du journal la Presse d'août à décembre 1920. Nommé membre du Conseil de l'instruction publique de la province de Québec le 10 mai 1898 et président du conseil d'administration de l'université de Montréal en 1920. A publié: Code municipal de la province de Québec (1890), le Remaniement des subsides fédéraux des provinces (1903) et Discours prononcés par l'honorable Lomer Gouin à l'Assemblée législative de Québec (1904).

    Échevin du quartier Est au conseil municipal de Montréal de février à novembre 1900. Candidat libéral défait dans Richelieu aux élections fédérales de 1891. Élu député libéral à l'Assemblée législative dans Montréal no 2 en 1897. Réélu sans opposition en 1900 et 1904. Commissaire des Travaux publics dans le cabinet Parent du 3 octobre 1900 au 2 juillet 1901, date de sa nomination comme ministre de la Colonisation et des Travaux publics. Avec deux de ses collègues, Adélard Turgeon et William Alexander Weir, il démissionna du cabinet Parent le 3 février 1905. Son siège devint vacant à la suite de son accession au Conseil exécutif. Réélu à l'élection partielle du 10 avril 1905. Élu dans la circonscription de Portneuf et défait dans Montréal no 2 aux élections de 1908. Élu simultanément dans Portneuf et Saint-Jean en 1912. Résigna son siège de député de Saint-Jean le 14 novembre 1912. Réélu sans opposition dans Portneuf en 1916 et 1919. Premier ministre de la province de Québec et président du Conseil exécutif du 23 mars 1905 au 8 juillet 1920, date de sa démission comme premier ministre. Procureur général du 23 mars 1905 au 25 août 1919. Ministre de la Colonisation, des Mines et des Pêcheries du 30 septembre au 17 octobre 1907. Son siège devint vacant lors de sa nomination comme conseiller législatif de la division de Salaberry le 22 juillet 1920, il n'a jamais siégé. Démissionna le 20 octobre 1921. Élu député libéral à la Chambre des communes dans Laurier-Outremont aux élections de 1921. Nommé membre du Conseil privé le 29 décembre 1921. Réélu à l'élection partielle du 19 janvier 1922 à la suite de sa nomination comme ministre. Ministre de la Justice dans le cabinet King du 29 décembre 1921 au 3 janvier 1924. Ne s'est pas représenté en 1925. Nommé lieutenant-gouverneur de la province de Québec le 10 janvier 1929. Il occupa cette fonction jusqu'à son décès.

    Président du Club national en 1889 et 1890 et de la North American Fish and Game Protective Association. Membre du Club de la garnison de Québec, du Club Saint-Denis, du Club canadien et du Club de réforme de Montréal. Créé officier de l'Instruction publique de France en 1902, chevalier de la Légion d'honneur de France en 1907, chevalier par le roi Édouard VII en 1908, grand officier de l'ordre de Léopold de Belgique en 1912, commandeur de l'ordre de Saint-Michel et Saint-George en 1913 et commandeur de l'ordre de la Couronne de Belgique en 1920.

    Décédé en fonction à Québec, le 28 mars 1929, à l'âge de 68 ans et 11 mois. Inhumé à Montréal, dans le cimetière Notre-Dame-des-Neiges, le 1er avril 1929.

    Avait épousé à Montréal, dans la paroisse Saint-Jacques, le 24 mai 1888, Éliza Mercier, fille d'Honoré Mercier (père), avocat, et de Léopoldine Boivin; puis, dans la cathédrale de Montréal, le 19 septembre 1911, Alice Amos, fille d'Auguste Amos, industriel, et de Marie-Louise Boyer.

    Père de Paul Gouin et de Léon Mercier Gouin, sénateur de 1940 à 1976. Oncle de Gaspard Fauteux.»

    Source : Lomer Gouin (Les parlementaires depuis 1792, Assemblée nationale du Québec)

    Oeuvres

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Québec; Canada
    Naissance
    19 / 03 / 1861, Grondines, Qc
    Déces
    28 / 03 / 1929
    Documents Associés
    Jacques Lamarche
    Politique québécoise
    Raccourcis
    Brève bibliographie (Commission de la capitale nationale, Québec)
    Fonds Lomer Gouin (Archives nationales du Canada)

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.