• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    L’Arche (atelier d’artistes)

    ~ Groupe d’artistes avec modèle à L’Arche vers 1920

    Essentiel

    Qui passe aujourd’hui devant le 26-28 (autrefois le 22), rue Notre-Dame Est, à Montréal, ne peut soupçonner que cette maison a abrité, à partir de 1904 et pour une durée de vingt-cinq ans, un célèbre atelier d’artistes dont le rôle dans la vie culturelle de l’époque se révèle d’une grande importance. Peintres, poètes, musiciens, comédiens, journalistes, romanciers ont fait de ce lieu appelé L’Arche un point de ralliement, un cénacle multidisciplinaire, creuset d’une culture en devenir.

    Émile Vézina et les premiers occupants

    Le peintre et poète Émile Vézina, originaire de Cap Saint-Ignace, inaugure la première époque de L’Arche lorsque, en 1904, il transforme en atelier le grenier qui coiffe le 22, rue Notre-Dame Est. Cet immeuble est entièrement occupé par des artistes : au rez-de-chaussée, on trouve Joseph et Charles Tison, graveurs, à l’étage l’imprimeur, photographe et aquarelliste Louis-Adolphe Morissette et, au-dessus de lui, côte à côte, le poète et dessinateur Albert Ferland, et l’illustrateur Edmond-Joseph Massicotte.

    Dans son vaste atelier, très recherché, Vézina accueille ou laisse la place à des artistes comme Marc-Aurèle Fortin, Adrien et Henri Hébert, Charles Gill, Jobson Paradis. Parfois aussi, des troupes de théâtre viennent y répéter leurs pièces. Sous le pseudonyme de Vir, Émile Vézina devient le populaire caricaturiste du Nationaliste d’Olivar Asselin, tandis que ses portraits de personnages officiels ou de notables font sa réputation de peintre. A l’occasion, il pratique la critique littéraire et artistique. En 1931, lors d’un concours institué par le gouverneur général Lord Willingdon, il remporte le prix de poésie.

    La Tribu des Casoars

    En 1913, lorsque Victor Barbeau, Philippe La Ferrière, Roger Maillet et Ubald Paquin, étudiants de l’Université Laval à Montréal, s’installent dans l’atelier que Vézina a momentanément délaissé, ils inaugurent la seconde époque de L’Arche. Pour faire connaître leurs idées littéraires autant que politiques, ces jeunes avant-gardistes fondent divers périodiques : Le Réveil, L’Escholier, La Bataille. Jean Chauvin, Marcel Dugas, le pianiste Léo-Pol Morin, Philippe Panneton (Ringuet) sont de ceux qui se joignent au noyau initial. Tous pratiquent le journalisme au Canada, au Devoir, à La Patrie et au Nationaliste. Ils prennent le nom exotique de Tribu des Casoars et, de 1915 à 1917, organisent des galas artistiques qui marquent les moments forts de l’activité de L’Arche. Plusieurs d’entre eux s’étant portés volontaires lors de la Première Guerre mondiale en Europe, ceux qui restent au pays s’associent à d’autres intellectuels et participent en 1918 à la fondation de la revue d’art Le Nigog.

    Après un passage marquant à l’École littéraire de Montréal au début des années 1920, les membres de L’Arche se regroupent de nouveau et fondent en 1925 le Casoar-Club, association gastronomique, littéraire et artistique qui accueille de nouveaux venus tels les peintres Edwin Holgate et Robert Pilot, et l’éditeur Louis Carrier. Privilégiant le mode associatif, ils créent en 1933 le Cercle Marco-Polo, dédié aux récits de voyages. Enfin, en 1941, ils fondent l’Académie canadienne-française, aujourd’hui l’Académie des lettres du Québec.

    Les peintres de la Montée Saint-Michel

    Actif depuis 1907, ce groupe informel adopte en 1911 le nom du chemin (la Montée Saint-Michel) qui conduit ses adeptes à leur lieu de prédilection, le boisé du domaine Saint-Sulpice, lequel borde le nord de l’île de Montréal. Ces peintres, qui sont au nombre de huit, ont reçu leur formation aux cours du Conseil des arts et manufactures, dispensés au Monument National où ils se sont lié d’amitié, ainsi qu’à l’école de l’Art Association of Montreal.

    Au début des années 1920, L’Arche est récupérée par Ernest Aubin, chef de file des peintres de la Montée, qui accueille dans cet atelier ses confrères ainsi que des amis artistes, littérateurs et musiciens. C’est la troisième et dernière époque de L’Arche.

    Les peintres de la Montée Saint-Michel exposent en galeries, aux Salons du printemps et d’automne, et ils organisent dans divers lieux publics et à leur domicile des expositions personnelles. S’ils se sont donné pour programme d’exercer leur art en commun et en un lieu choisi (la Montée), c’est sans nuire à leur individualité et en accord avec le goût prononcé des pérégrinations chez plusieurs d’entre eux. Paysagistes, portraitistes, adeptes de la nature morte et du nu, attirés parfois par le symbolisme, quelques-uns d’entre eux sont de hardis coloristes, d’autres sont d’inlassables expérimentateurs. Ils pratiquent aussi la sculpture, la gravure, la photographie, et s’adonnent à la décoration et au graphisme publicitaire.

    L’atelier de L’Arche fermera ses portes en 1929.

    Richard Foisy, L’Arche, profil historique, 2011, doc. é. de 3 pp. (Autorisation accordée par l’auteur de reproduire cette notice.)

    * * *

    Documentation

    « L’Arche ! Quel nom prestigieux à évoquer pour ceux de ma génération ! C’est notre jeunesse exubérante, passionnée de chimères qui revit à ce seul énoncé. L’atmosphère qui y régnait, tenait à la fois de l’atelier, avec ses blagues traditionnelles, du cénacle littéraire, par ses manifestations poétiques et aussi, un peu, de la brasserie, avec ses gauloiseries et ses beuveries. [...] Le grenier, avec son puits de lumière et ses fenêtres regardant vers le port, avait servi d’ateliers à différents peintres, entr’autres Jobson Paradis et Émile Vézina. Des pochades et esquisses en garnissaient encore les murs. »

    Ubald Paquin, « La Tribu des Casoars », La Revue populaire, vol. [?], no [?], (nov. 1942), p. 41.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.