• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Sauvé Jeanne Mathilde

    Journaliste et femme politique canadienne.

    «La longue et distinguée carrière de la très honorable Jeanne Sauvé est jalonnée de "premières" assez remarquables. À la Chambre des communes, elle est la première membre du Cabinet qui soit du Québec; elle est également la première femme élue Président de la Chambre des communes; elle ouvre la première garderie sur la Colline du Parlement; et elle est la première femme à servir comme Gouverneur général

    Source: biographie (site du gouverneur général du Canada; reproduction pour utilisation non commerciale autorisée)

    Biographie

    "Jeanne Mathilde Benoit fait ses études au couvent Notre-Dame du Rosaire à Ottawa, puis à l'Université d'Ottawa. Participant activement aux affaires étudiantes et politiques, elle devient la présidente nationale de la Jeunesse étudiante catholique à l'âge de 20 ans. Elle épouse l'honorable Maurice Sauvé le 24 septembre 1948 à l'église St-Jean Baptiste, à Ottawa. Un peu plus tard la même année, ils déménagent en Europe, où Madame Sauvé obtiendra un diplôme en civilisation française de l'Université de Paris. Le couple a un enfant.

    Madame Sauvé est membre fondateur de l'Institut de recherche en sciences politiques, et sa carrière distinguée comme journaliste à la Société Radio-Canada s'étalera sur une vingtaine d'années. Elle est élue députée libérale du comté d'Ahunstic (Montréal) en 1972 et est nommée par la suite ministre d'État aux Sciences et à la technologie. Elle est réélue en juillet 1974, où elle se voit confier le portefeuille de l'environnement. Puis en 1975, elle est nommée ministre des Communications responsable des pays francophones au ministère des Affaires extérieures.

    Jeanne Sauvé est nommée gouverneur général du Canada le 28 janvier 1984 et assermentée le 14 mai de la même année, à Ottawa. Elle succédait au très honorable Edward Schreyer.

    Durant son mandat comme Gouverneur général, Madame Sauvé effectue des visites d'État en Italie, au Vatican, en République populaire de Chine, en Thaïlande, où elle reçoit un doctorat honorifique en sciences politiques de l'Université de Chulalongkorn à Bangkok, et en France, où elle se voit décerner la Médaille de la Chancellerie des universités de Paris, La Sorbonne, Paris. Elle se rend également en Uruguay et au Brésil en visite d'État. En commémoration de sa visite au Brésil, la «Bourse commémorative du Gouverneur général Jeanne Sauvé» sera établie pour récompenser, chaque année, un étudiant diplômé brésilien en Études canadiennes.

    Madame Sauvé reçoit également un certain nombre de visiteurs distingués tels que la reine et le duc d'Édimbourg, la reine mère Elizabeth, le prince Andrew, le duc et la duchesse d'York, le roi Carl Gustaf de Suède, la reine Beatrix des Pays-Bas, le roi Hussein de Jordanie, le pape Jean-Paul II, le secrétaire général des N.-U. Javier Perez de Cuéllar, le président américain Ronald Reagan, le président français François Mitterrand, le président chinois Il Xiannian, le président roumain Nicolae Ceaucescu ainsi que les présidents d'Israël, de la Tanzanie, de l'Italie, de la République démocratique du Congo, de la République du Cameroun, de l'Islande et des Philippines. Également, en 1988, Madame Sauvé a rencontré Mère Térésa de Calcutta à la Citadelle.

    Elle reçoit également le prince Édouard, venu présenter les lettres patentes royales signées par Sa Majesté autorisant le rapatriement de l'autorité héraldique au Canada, ce qui permettra l'établissement de l'Autorité héraldique du Canada. En tant que chef de l'Autorité héraldique du Canada, le Gouverneur général détient la prérogative de la Souveraine et autorise la création de nouvelles distinctions héraldiques sous forme d'armoiries, de drapeaux, d'insignes et autres emblèmes.

    Après avoir terminé son mandat comme Gouverneur général en 1990, Madame Sauvé et son conjoint prennent leur retraite et s'installent à Montréal, où elle s'emploie à faire valoir les intérêts de la Fondation Jeanne Sauvé. Trois ans plus tard, elle meurt à la suite d'une longue maladie, un an après la mort de son époux."

    Extraits tirés de sa biographie (site du gouverneur général du Canada; reproduction pour utilisation non commerciale autorisée)

    Documentation

    * Bombardier, Denise. «Jeanne Sauvé : une sereine ascension», Châtelaine, vol. 26, no 6 (juin 1985), p. 64-71
    * Deschênes, Jules. «Jeanne Sauvé, 1922-1993», Proceedings of the Royal Society of Canada = Délibérations de la Société royale du Canada, vol. IV, 6e série, 1993, p. 120-122
    * Greenwood, Barbara. Jeanne Sauvé, Markham, Ont., Fitzhenry & Whiteside, 1988, 48 p. «Vies canadiennes, littérature de jeunesse»
    * Woods, Shirley E. Une femme au sommet, son excellence Jeanne Sauvé, Montréal, Éditions de l'Homme, 1986, 269 p. Traduction de: Her Excellency Jeanne Sauvé, Halifax, N.-É., Goodread Biographies, 1987. «Vie canadiennes» no 49, 242 p. Traduit de l'anglais par Jacques Constantin.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Canada; Québec
    Naissance
    26 / 04 / 1922, Prud'homme, Saskatchewan, Canada
    Déces
    26 / 01 / 1993
    Raccourcis
    Notice de l'Encyclopédie canadienne (auteur: Jean-Noël Tremblay)
    Notice biographique (Parlement du Canada)
    Présentation de sa vie et de sa carrière (Hier et aujourd'hui: la place des femmes dans les législatures du Canada, Bibliothèque nationale du Canada)
    Notice (Les grands personnages de la Francophonie canadienne)
    Brève biographie (The Macmillan Dictionary of Women's Biography; reproduite sur le site Xrefer)
    On peut voir sur cette page les armoiries de Jeanne Sauvé à titre de gouverneur général (Société héraldique du Canada)
    Membre de l'Ordre patriarcal de la Sainte Croix de Jérusalem

      Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.