• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    d'Alembert Jean le Rond

    Physicien, mathématicien et philosophe français, auteur de nombreuses publications, il a été co-directeur avec Denis Diderot de l'Encyclopédie, oeuvre publiée de 1751 à 1780 en France dont l'influence sur l'évolution de la pensée fut considérable.


    *******


    Un jugement de Goethe
    «Les importants travaux de D’Alembert dans les hautes mathématiques lui ont acquis une gloire qui n’a jamais été contestée par personne. Mais lorsque le même auteur a voulu étendre sa sphère, jouir lui-même et faire jouir la société des talents divers dont il était orné, et mêler aux lauriers des sciences les fleurs de la littérature; alors les regards perçants de l’envie, blessés d’un éclat qui menaçait de s’accroître indéfiniment, ont cherché à en découvrir les points les moins lumineux, afin d’en réfléchir les teintes les plus pâles sur les parties à ses yeux trop brillantes, et de diminuer la gloire du mathématicien, en attaquant celle du littérateur.

    Ces ennemis acharnés de tout mérite, ces lâches persécuteurs de talents, sont à la fois les fléaux des auteurs et du public, privés par eux, les uns de leurs succès, l’autre de ses plaisirs. Leur main jalouse abreuve de fiel et d’amertume ces nobles esprits qui nous procurent, à nous lecteurs justes et impartiaux, des jouissances si douces, et dont les pénibles efforts n’ont eu qu’un but, le plus honorable de tous, celui d’instruire et d’éclairer le monde.

    Les critiques dont je parle ont répété avec affectation que D’Alembert pour sa propre gloire et par un intérêt bien entendu d’amour-propre, n’aurait dû travailler que dans tel genre, publier telle partie de ses écrits, etc. : comme si tout était calcul et spéculation d’amour-propre dans l’homme à talent. C’est bien mal connaître sa nature intellectuelle, dans laquelle tout est lié. Le même principe inné en lui et irrésistible, qui lui fait produire ses plus beaux ouvrages, lui fait composer ceux d’un ordre moins élevé, comme la sève d’un arbre fait éclore ses feuilles, avec ses fruits et ses fleurs.

    Parmi nous, de semblables critiques n’auraient fait aucune impression sur le public; nous savons trop bien que tout se tient dans l’esprit, et que les éléments dont se compose un talent supérieur forment un faisceau indivisible. Mais en France où l’on est accoutumé à placer toute son existence en dehors, où l’amour-propre est un despote qui doit commander au talent même, où l’écrivain obéit moins à son inspiration qu’à l’espérance du succès, ces reproches ont été quelquefois accueillis.

    Avouons pourtant que cette impression est bien faible et bien passagère, auprès de l’influence profonde et durable qu’exerce le talent vainement attaqué. Tous les efforts de ses détracteurs l’effleurent à peine; lui, sans effort, il peut les pulvériser : le diamant coupe le verre, mais le verre ne coupe pas le diamant.

    En voilà sans doute assez sur D’Alembert et sur ses critiques. Ceux des lecteurs de ce livre, qui connaissent aussi mes traités de mathématiques, peuvent se rappeler de combien d’excellents morceaux je lui suis redevable; en combien d’endroits j’ai cité son nom, mis à profit ses ouvrages, et fait éclater ma profonde estime pour cet illustre savant.»

    JOHANN WOLFGANG VON GOETHE, « IV. D’Alembert», dans Des Hommes célèbres de France au XVIIIe siècle, et de l'état de la littérature et des arts à la même époque. Traduit de l'allemand par MM. de Saur et de Saint-Geniès. Paris, A.-A. Renouard, 1823, p. 86-88.

    Oeuvres

    Documentation

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    1J / 11 / 1717, Paris
    Déces
    29 / 10 / 1783

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.