Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Île

Essentiel

"Ma vie durant, je me suis plu à vérifier un certain nombre de lois concernant les îles. Leur pouvoir d'attraction est extraordinaire et leur envoûtement subtil. Ces navires de rocs, de forêts vierges flottant sur les eaux des océans ou des mers, plongent dans la léthargie ceux qui savent y vivre ou exaspèrent ceux qui ne savent pas s'y adapter. (...) Le titre d'insulaire ne s'obtient pas sans une longue ascèse. Je vois bien ce qui pousse à quitter les continents pour vivre dans les îles: elles sont pauvres, on y vit donc sans besoins, elles sont riches en beautés, on y vit donc dans l'illusion. De loin, elles paraissent magiques, et les agences de voyages popularisent cette magie, mais envoient des intouchables que les insulaires traitent avec un dédain tempéré par la cupidité, ignorent par paresse ou flattent pour masquer une réalité décevante. L'exotisme est une pacotille comme les autres. On vous promet des cocotiers inclinés sur une plage de sable blanc, et ce sable est semé d'aoûtats dont l'infection sous-cutanée est odieuse, des rochers nus où la peau des citadins se consume au soleil. Personne ne vous promet des êtres humains différents, la seule véritable richesse des îles. Des années suffisent à peine à la découverte d'un type d'homme secret: - visage fermé des pêchers de Sein, silence écrasé des vignerons de Madère, folie des hommes de Leros, ou dégénérescence vertigineuse des derniers blances des Caraïbes. Une humanité en réduction s'y révèle sans masques (...) comme si la morale et sa soeur, la dissimulation, n'avaient cours que sur les continents. La découverte de ces visages nus est un choc. Il n'y a donc pas de paradis? Allons donc, qui a jamais cru qu'il y en avait sinon dans l'aveuglement? Mais il y a, mieux que des paradis, une sorte de griserie à se retrouver comme Noé dans une arche pendant que le reste du monde se noie."

Michel Déon, Mes arches de Noé, La Table ronde, 1978 (Gallimard, Folio; 1211), p. 19-21

Articles