• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Hyperlien

    Définition

    Voici la définition du forum des droits sur Internet

    Autre définition :

    «Hyperlien ou lien : connexion reliant des ressources accessibles par des réseaux de communication (par exemple le réseau internet). Il est composé notamment des éléments suivants, visibles ou non pour l’utilisateur : élément actif ou activable (le pointeur), adresse de destination, conditions de présentation de la ressource liée.

    La définition du lien doit par ailleurs être distinguée de celle de l’adresse qui lui sert de référence.

    Adresse : chaîne de caractères désignant les coordonnées d’une ressource sur un réseau de communication (par exemple : adresse URL d’un site web).»

    «Présentation des ancrages

    Les ancrages (liens hypertexte) sont les endroits de la page (généralement en bleu et soulignés) qui emmènent dans un autre endroit lorsqu'on clique dessus.

    C'est ce qui permet de lier les pages Web entre elles.


    Ils permettent de naviguer:

    • vers un autre endroit du document
    • vers un autre fichier HTML situé sur le même disque
    • vers une autre machine
      L'attribut principal des ancrages est HREF

      Il s'écrit sous la forme:
      <a href="Adresse ou URL"> .. </a>

      Lien externe

      Il crée un lien vers une page dont on spécifie l'URL

      Par exemple:

      <a href="http://perso.club-internet.fr/jefkil../index.html"> Comment ça marche? </a>

      Lien local

      On peut créer un lien vers une page située sur le même ordinateur en remplaçant l'URL par le fichier cible.

      Ce lien peut être fait de façon relative, en repérant le fichier cible par rapport au fichier source. Si le fichier cible est "index.html" situé dans le répertoire parent, son lien s'écrira:

      <a href="../index.php3"> ... </a>

      Ce lien peut aussi être fait de façon absolue, en écrivant l'adresse du fichier cible de façon locale:

      <a href="file:///lecteur:/répertoire/fichier.php3"> ... </a>

      Les signets

      On peut créer un signet dans une page c'est-à-dire marquer un endroit précis d'une page pour s'y rendre par hypertexte. Cela se fait grâce à l'attribut NAME ou ID (pour les browsers plus récents)
      Par exemple:

      <p id="signet"> ... </p>

      On l'apellera grâce au lien suivant:

      <a href="#signet"> ... </p>

      On peut ainsi se déplacer à un endroit précis sur une autre page:

      <a href="url/nom_du_fichier.html#signet"> ... </p>

      Source en ligne: http://www.commentcamarche.net/html/hypertxt.php3


      © Copyright 2000 Jean-François Pillou
      Ce document issu de
      CommentCaMarche.net est soumis à la licence GNU FDL. Permission vous est donnée de distribuer, modifier des copies de cette page tant que cette note apparaît clairement

      Enjeux

      L'hyperlien: statut juridique

      Dans cette recommandation du Forum des droits sur Internet, un organisme officiel français, tous les aspects de la question des hyperliens sont abordés.

      En voici l'essentiel:

      «Les conclusions du groupe de travail sont fondées d’une part sur le mode de fonctionnement du web – indissociable de l’établissement de liens hypertextes –, la culture de partage sur lequel il a été conçu, la nécessité de ne pas nuire à la circulation de l’information, mais aussi sur la défense d’intérêts économiques légitimes.
      Celles-ci consistent à déclarer que l’acte d’établissement d’un lien est libre, sous réserve du respect du droit des tiers. Ceci a notamment pour conséquence de dire que l’établissement de liens simples ou profonds vers des pages web peut être librement accompli, sauf dans certains cas particuliers évoqués dans la
      Recommandation

      La Recommandation du Forum des droits sur Internet comporte aussi un aperçu à jour de l'histoire de l'hyperlien :

      «Dans leur conception originelle, les liens étaient un moyen d’indexer et d’organiser l’information. Leur nature a changé quand on a pu le mécaniser. La première tentative de mécanisation du lien remonte à l’année 1945 avec le projet Memex (memory extander) de Vannevar Bush, alors conseiller scientifique du président américain Roosevelt. L’objectif de ce projet était de permettre aux chercheurs d'accéder plus facilement à une documentation scientifique surabondante. Il s'agit, selon les termes de son auteur, d'un « dispositif dans lequel un individu stocke ses livres, ses archives et ses communications, et qui est mécanisé pour être consulté d'une façon rapide et souple. » [12] Le support de stockage imaginé par Vannevar Bush était le microfilm. Bien que le projet n’ait jamais été mené à son terme, il présentait de nombreuses fonctionnalités proches de celles de l’hypertexte moderne. Il permettait les opérations suivantes :

      1) projeter plusieurs documents simultanément pour les comparer ;
      2) scanner de nouveaux documents ou se les procurer sous forme de microfilms ;
      3) ajouter ses propres notes et commentaires ;
      4) établir des liens entre divers documents au moyen de références codées.

      Le principe premier de l’hypertextualisation est donc de relier un document à un autre.

      Encore fallait-il inventer le mot « hypertexte ». En voulant réaliser le projet de Vannevar Bush sur ordinateur, Ted Nelson formalise en 1965 un mode « d'écriture non séquentielle » qu’il désigne sous le terme « hypertexte », ce qui lui a d’ailleurs valu l'appellation de « père de l'hypertexte ». Ted Nelson poursuit aujourd'hui l'élaboration du système Xanadu, un projet de bibliothèque hypertextuelle universelle fondé sur les concepts de « transclusion » et de « transcopyright » permettant de relier toute la littérature du monde entier dans un « réseau de publication hypertextué universel et instantané ». Il mène également une recherche sur la « Philosophie de l'hypertexte » à l'Université de Keio (Japon) [13].

      Ce n’est qu’à partir des années 80, avec le développement de l’informatique, que l’hypertextualisation peut véritablement s’automatiser. Celle-ci ne connaît alors plus de limites. Douglas Engelbart a fourni les premiers outils de l'hypertexte en proposant des environnements facilitant le travail en collaboration au sein desquels tous les intervenants étaient reliés en réseau à l'ordinateur de travail collaboratif [14].

      L’hypertexte a ensuite été utilisé dans le système hypercard du Macintosh, inventé par Bill Atkinson, pour atteindre l’information « directement là où elle est produite » et, donc, éviter de rapatrier et recopier des documents d’une machine à l’autre.»

      Notes
      [12] Vannevar Bush, « As we may think », Atlantic Monthly, 176, juillet 1945, p. 101-108; disponible sur le site du département hypermédias de l’Université Paris VIII: http://hypermedia.univ-paris8.fr/jean/fiction/bush/as_we_may.htm
      [13] Audition de Ted Nelson au Forum des droits sur l’internet, 15 février 2002.
      [14] Douglas Englebart, “Authorship provisions in Augment”, Ieee Comp- Con Proceedings, été 1984.

      Voir aussi : Les liens hypertextes dans le collimateur des juges?, par Edgar Pansu (Transfert.net, 2 février 2001): «Peut-on faire des liens renvoyant vers d'autres pages que la "home" d'un site? Une récente décision de justice aborde cette pratique des "liens profonds". Décryptage avec Lionel Thoumyre, chercheur en droit spécialiste de l’Internet.»

      Essentiel

      Selon Fulvio Caccia, «la compréhension que l'internaute a du Web doit beaucoup à l'oeuvre spéculaire, labyrinthique du grand Argentin [i.e. Borges]. C'est lui qui inspira la notion d'"hyperlien", clef de l'interconnexion.» (liens Jorge Luis Borges, site de LIRE, juin 1999). Voir aussi Borges, inventeur de l'hypertexte (KaFkaïens, no 4)

      Documentation

      P. Eve Athanasekou, Internet and Copyright. An introduction to Caching, Linking and Framing, Journal of Information, Law and Technology, 1998, 2
      Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Références
    Raccourcis
    The Link Controversy Page
    Les liens hypertextes (La veille du Cybersite): aspects juridiques de la question
    Les liens hypertextes: dossier (Actualités du droit de l'information, no 3, mai 2000)
    Freedom for Links (allem.)
    Indigeste; voir en particulier «Les adversaires des hyperliens en profondeurs (deep linking) perdent leurs batailles les unes après les autres»...
    Hypertextes et hypermedias, site personnel

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.