• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Hippocrate

    Considéré comme le plus grand médecin de l’Antiquité, il enseigna sa conception de la maladie à l’époque de Périclès. Il dégagea la médecine de son lourd manteau de traditions plus ou moins fantaisistes en pratiquant l’observation clinique systématique. L’essentiel de sa théorie, c’est que la maladie est engendrée par les altérations des humeurs.

    Biographie

    Considéré comme le plus grand médecin de l’Antiquité, il enseigna sa conception de la maladie à l’époque de Périclès. Il dégagea la médecine de son lourd manteau de traditions plus ou moins fantaisistes en pratiquant l’observation clinique systématique. Il est écrit dans le Corpus Hippocratique que «le médecin qui se double d’un sage est l’égal des dieux». Cette pensée, beaucoup l’ont appliquée à Hippocrate lui-même. Aristote le cite comme exemple de la grandeur humaine. Dans son histoire de la médecine, Charles Lichtenhaeler lui consacre deux chapitres sur vingt.

    De nombreux disciples l’accompagnaient lors de ses fréquents voyages, au cours desquels il soignait sans distinction les esclaves et les citoyens. Le serment d’Hippocrate est encore aujourd’hui le fondement de l’éthique de la profession médicale. L’essentiel de sa théorie, c’est que la maladie est engendrée par les altérations des humeurs.

    Pour expliquer une fièvre désormais, plutôt que de prescrire un examen de conscience, on fera d’abord porter la recherche sur le climat, l’alimentation ou les autres facteurs soupçonnés d’altérer l’équilibre des humeurs dans l’organisme. Les Grecs auraient pu pousser cette façon de voir tellement loin que plus personne parmi eux n’aurait vu de liens entre la conduite et la maladie. Ce qui aurait eu pour conséquence de faire disparaître le sentiment de responsabilité face à la santé. La chose ne s’est pas produite. Les Grecs se défiaient des excès de ce genre. Hippocrate lui-même donne l’exemple de la mesure dans de nombreux textes où le malade apparaît comme l’agent principal de sa propre guérison.

    De nos jours, en mettant l’accent sur l’alimentation et l’exercice, sur l’art de vivre en général, on incite les gens à assumer la responsabilité de leur santé. Cette forme de prévention est dans la plus pure tradition hippocratique. Qu’on en juge: «Aliments et exercices ont des vertus opposées, mais qui collaborent à la santé. Par nature, les exercices dépensent l’énergie disponible, les aliments et les boissons, eux compensent les pertes. Il importe, à ce qu’il semble, de discerner la vertu des exercices naturels ou violents; il importe à ce qu’il semble de discerner lesquels d’entre eux développent les chairs, lesquels les diminuent et non seulement cela, mais encore la proportion des exercices à l’égard de la quantité d’aliments, de la nature du patient, de son âge, des saisons de l’année, des changements de vents, de la situation des lieux où il vit, de la constitution de l’année. Il faut connaître le lever et le coucher des astres, pour savoir prendre garde aux changements et excès des aliments, des boissons, des vents de l’univers entier: c’est de tout cela que proviennent les maladies».

    Le message d’Hippocrate est clair: à chacun de trouver pour son propre compte la juste proportion entre l’exercice et l’alimentation.

    Ce sens de la mesure apparaît encore plus manifestement dans la façon dont les Grecs se comparent à leurs dieux pour ce qui est de leur santé. Nous serons comme des dieux! Ils auraient pu se donner une telle maxime, eux qui attribuaient à leurs dieux une santé insolente. Même le boiteux Héphaïstos pouvait exercer son métier de forgeron en dépit de son infirmité! Les Grecs ont préféré la fragilité des humains, craignant même l’état de santé parfaite. On ne peut qu’en déchoir, disaient-ils!

    La santé est à leurs yeux un équilibre fragile, sans cesse à reconquérir, entre des humeurs changeantes: le sang, le flegme, la bile et l’eau; entre l’âme et le corps; entre l’exercice et l’alimentation. Cette idée d’équilibre* a elle-même ses racines dans l’idée plus englobante d’harmonie, laquelle, selon la façon dont elle pénètre le réel, s’appelle tantôt santé, tantôt beauté, tantôt sagesse.

    Oeuvres

    Émile Littré, Oeuvres complètes d’Hippocrate. Amsterdam, Hakkert, 10 vol. (réimpression de l’édition de Paris, 1839-1861).
    On peut accéder en ligne (mode image), sur le site de la Bibliothèque intermédicale de Paris, à l'intégralité du Corpus hippocratique édité par Littré. Cette édition est précédée d'une introduction de Marie-Laure Monfort (CNRS-Université de Paris IV Sorbonne).On trouve aussi, sur ce site, les éditions suivantes: l'édition princeps de F.M. Calvus (Rome, 1525), les éditions d'Alde Manuce (Venise, 1526), de Froben (Bâle, 1546) et d'A. Wechel (Francfort, 1595).

    Connaître, soigner, aimer. Le Serment et autres textes, choisis dans le Corpus hippocratique. Présentation et notes de Jean Salem. Paris, Éd. du Seuil (coll. “Points”), 1999, 286 p.

    Traduction en langue anglaise:

    Works (Francis Adams, traducteur; Adelaide University Library, Australie)
    Aphorisms -- Instruments Of Reduction -- Of The Epidemics -- On Airs, Waters, And Places -- On Ancient Medicine -- On Fistulae -- On Fractures -- On Hemorrhoids -- On Injuries Of The Head -- On Regimen In Acute Diseases -- On The Articulations -- On The Sacred Disease -- On The Surgery -- On Ulcers -- The Book Of Prognostics -- The Law -- The Oath.

    Documentation


    BOURGEY, Luis, et Jean IRIGOIN. Hippocrate, Paris, Les Belles Lettres, tome 1.

    GRMEK, Mirko D. Hippocratica. Paris, C.N.R.S., 1980.

    JOLY, Robert. Corpus hippocraticum. Mons, Éditions universitaires, 1977.

    JOLY, Robert. Hippocrate. Paris. Les Belles Lettres, tome VI, 1 et 2; XI; XIII, 1966-1978.

    JOLY, Robert. Le niveau de la science hippocratique. Paris, Les Belles Lettres, 1966.

    JOUANNA, Jacques. Hippocrate. Paris, Les Belles Lettres, tome X, 2, 1982.

    La collection hippocratique et son rôle dans l'histoire de la médecin. Leiden, Brill, 1973.

    LASSERRE, François, Philippe MUDRY, et al. Médecine antique. Lausanne, Faculté des lettres, 1981.

    MALONEY, Gilles, et Raymond SAVOIE. Cinq cents ans de bibliographie hippocratique. St-Jean Chrysostome, Éditions du Sphinx, 1982.

    MALONEY, Gilles, et Winnie FROHN. Aux sources de la tradition: Hippocrate, Traité d'anthropologie médicale, Jacques Dufresne, Fernand Dumont, Yves Martin, Institut québécois de recherche sur la culture, Presses de l'Université du Québec, Presses Universitaires de Lyon, 1985.

    ROY, Louise. Le concept de cholè, la bile loris le corpus hippocratique. Québec, Laboratoire de recherches hippocratiques, 1981.

    SENDRAIL, Marcel. Histoire culturelle de la maladie. «Cos ou les mirages de la raison» , Toulouse, Privat, 1980.

    Textes en ligne:

    Le serment d'Hippocrate

    Hippocrate ou l'ébauche d'une médecine scientifique, par Jacques Dufresne

    Les leçons d'Hippocrate, par Claude Mossé (L'Histoire)

    Hippocrate dans les documents ecclésiaux et les oeuvres théologiques, par Gottfried Roth (Vatican, Conseil pontifical pour la pastorale des services de santé)

    Le sens d'un parcours historique. «Va, et toi aussi, fais de même: D'Hippocrate au bon Samaritain», par Fiorenzo Angelini (Vatican, Conseil pontifical pour la pastorale des services de santé)

    Mahieu, Eduardo Luis. Hippocrate : maladie sacrée, maladie unique, mars 2005 : "Depuis des siècles dans le champ de la médecine on a considéré que le traité hippocratique La Maladie Sacrée traite exclusivement de l'épilepsie.Il existe à cet égard un large consensus, entretenu peut être par des effets de traduction, mais aussi par un oubli du texte par les médecins. Cependant, une lecture neuropsychiatrique, éclairée par les considérations des philosophes grecs anciens sur le sujet, rend possible l'hypothèse selon laquelle l'objet de son étude seraient les maladies de l'encéphale : l'épilepsie et la folie. Le traité d'Hippocrate recouvrerait ainsi le même champ que l'expression Péri ieres nousos avait depuis ses origines chez Héraclite, en passant par Platon, jusqu'à Aristote. Il ressortit alors une préoccupation prépondérante pour l'abord de ce qu'aujourd'hui sont les maladies mentales. Cette lecture des paragraphes XIV et XV du traité permet d'isoler deux formes de folie qui resteront stables à travers les temps. La Maladie Sacrée serait ainsi un texte fondateur de la neuropsychiatrie, traitant d'une maladie unique de l'encéphale avec trois formes : épilepsie, folie tranquille et folie agitée (la triade de J. Jouanna: épilepsie, manie, mélancolie). Cette conception de maladie unique traverserait des siècles, d'Hippocrate jusqu'à Henri Ey ou Enrique Pichon Rivière, en passant par Philippe Pinel."

     

    Hippocrate et l'environnement

    Une œuvre hippocratique intitulée par la tradition « Des airs, des eaux et des lieux » 
    est un exposé destiné à des médecins contemporains de l’auteur, comme celui-ci l’affirme dès le départ.
    Il nous présente la façon dont un médecin grec explique le monde à d’autres médecins. Avant toute chose, l’auteur hippocratique expose ce qu’il souhaite quant à la nature de la relation du médecin grec envers sa clientèle, qu’elle soit européenne ou asiatique, puis les facteurs environnementaux dont il faut tenir compte, tels que les eaux, le sol, les coutumes, le climat, en y incluant aussi les habitudes de vie des patients. Sur un plan encore plus général, l’originalité de la pensée hippocratique repose sur un raisonnement qui amène à établir un lien nouveau dans l’histoire de la médecine : la relation de cause à effet de l’environnement sur la santé. Hippocrate décrit très clairement les facteurs environnementaux dont il faut tenir compte : les vents, chauds ou froids, les nombreuses sortes d’eaux potables ou non, les climats des saisons, la région. Le médecin passe à une comparaison des climats de l’Asie, de l’Europe, de l’Égypte et de la Scythie, qui est la région nordique de la terre habitée.
    Un homme de son époque ne pouvait guère aller plus loin.
    Ce traité a tout d’un écrit fondateur par la qualité de l’exposé, de l’enthousiasme qu’il suscita chez les Anciens, de ses grandes visées géographiques et ethnographiques et de sa pertinence encore actuelle.

    Isabelle Demars et Gilles Maloney
    Une leçon d’Hippocrate : La santé dans un environnement nordique
    Québec, Les Éditions du Sphinx, 2009

    Paul Potter, Short Handbook of Hippocratic Medicine
    Québec, Les Éditions du Sphinx, 1988

    La maladie et les maladies dans la collection hippocratique
    24 communications Actes du VIe Colloque International Hippocratique (du 28 septembre au 3 octobre 1987, Québec). 24 communications
    Québec, Les Éditions du Sphinx, 1990

     

     

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Grèce
    Naissance
    vers 460 av. J.-C., Île de Cos
    Déces
    vers 375 av. J.-C.
    Documents Associés
    Jacques Dufresne
    Gilles Maloney
    Médecine, santé
    Hippocrate
    Médecin, médecine
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.