• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Stowe Harriet Beecher

    Romancière américaine (1812-1872).

    Romancière américaine, née à Litchfield (Connecticut) le 15 juin 1812, morte en mars 1872; fille du pasteur Lyman Beecher. Elle reçut une solide instruction et, dès l’âge de quinze ans, s’associait à une sœur aînée dans la direction d’un pensionnat de jeunes filles que celle-ci avait fondé, en 1822, à Hartford. À vingt et un ans, elle épousa le révérend Calvin Ellis Stowe, écrivain religieux, alors professeur de littérature biblique à Cincinnati. Pendant sa longue résidence dans l’Ohio, elle s’intéressa vivement à la question de l’esclavage et écrivit l’ouvrage qui lui acquit du premier coup une célébrité universelle : La Case de l’oncle Tom, publié d’abord dans le National Era, organe antiesclavagiste de Washington et paru en un volume à Boston en 1852. Il fut immédiatement traduit dans presque toutes les langues, mis en drame sous vingt formes différentes et joué dans toutes les grandes villes de l’Europe. Ce roman où les misères des esclaves sont étalées avec une simplicité qui fait le charme du livre, mais où se montrent trop constamment les préoccupations de la propagande évangélique, fut suivi par un second, La Clef de la Case de l’oncle Tom, très inférieur au premier. Précédée par sa réputation, elle fut chaudement accueillie dans la Grande-Bretagne qu’elle visita en compagnie de son mari et de l’un de ses frères, Charles Beecher, également pasteur et écrivain religieux. Notons en passant que, sur les dix enfants du révérend Lyman Beecher, huit s’adonnèrent à la littérature avec plus ou moins de succès. Avant La Case de l’oncle Tom, Harriet Stowe avait déjà publié un recueil d’histoires morales : The Mayflower ou Sketches of the Descendants of the Pilgrims (1849); à son retour d’Angleterre, elle fit un récit de son voyage : Sunny Memories of Foreign Lands; puis vint en 1860 : The Minister’s wooing, paru d’abord dans The Atlantic Monthly. C’est dans ce même journal qu’elle écrivit : True Story of Lady Byron’s Life (1869) et Lady Byron vindicated (1870), où elle essaie d’excuser la conduite de la femme du grand poète, en expliquant que celui-ci était l’amant de sa propre sœur. L’accusation [...] causa un immense scandale en Angleterre [...]. Le bagage littéraire d’Harriet Beecher Stowe est considérable et lui valut une fortune de 30 000 livres de rente; mais de tous ces ouvrages, La Case de l’oncle Tom est le seul qui ait une haute valeur. Voici la liste des autres : The Chimney Corner (1855-56), où elle plaide l’égalité des sexes; Dred, a Tale of the Dismal Swamp (1856); Agnes of Sorrento (1862); The Pearl of Orr’s Island (1862), traduit en français par Cucheval-Clarigny; House and Home Papers (1864); Little Foxes (1865) fort intéressant; Queer Little People (1867); Men of our Time (1868); Oldtown Folks (1869); Pink and White Tyranny (1871); My Wife and I (1872). En 1868, elle devint la collaboratrice de D.-G. Mitchell dans une revue littéraire : Hearth and Home.

    source: Hector France, article «Harriet Beecher-Stowe» de La grande encyclopédie: inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts. Tome cinquième (Baillière-Belgiojoso). Réalisée par une société de savants et de gens de lettres sous la direction de MM. Berthelot, Hartwig Derenbourg, F.-Camille Dreyfus [et al.]. Réimpression non datée de l'édition de 1885-1902. Paris, H. Lamirault, [191-?], p. 1133.

    Oeuvres

    Uncle Tom's Cabin (La case de l'oncle Tom)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    États-Unis
    Naissance
    1812, Lichfield, Connecticut
    Déces
    1872
    Raccourcis
    Uncle Tom's Cabin And American Culture: A Multi-Media Archive (University of Virginia, É.-U.): un site remarquable

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.