• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Giorgione

    Peintre vénitien (1476/8-1510). Élève de Bellini, condisciple et maître du Titien dont l'oeuvre prolonge la sienne, il est l'auteur d'une oeuvre aussi rare qu'énigmatique. Vasari le classe au rang des «créateurs de l'art moderne» en compagnie de Léonard de Vinci, auquel on le peut le comparer, non seulement par l'usage précurseur qu'il fit du glacis pour conférer à ses toiles leur qualité «atmosphérique», mais aussi par cet univers empreint d'une rêverie philosophique qu'il expose dans des tableaux comme La Tempête ou les Trois Philosophes. Fruit d'un «insaissisable prodige» (Georges Steiner), le mystère entourant son oeuvre demeure encore aujourd'hui tout entier.

    ***
    ****


    «Certaines peintures "temporisent", engendrent leur temps dans le temps, au-delà même des puissances du langage. Voyez Il Tramonto de Giorgione, ou sa Tempête. Observez Le Bal champêtre ou La partie carrée de Watteau. Ces peintures nous attirent dans une grille temporelle qui fait partie intégrante d'elles-mêmes. Affirmer que les paysages, les personnages ou les mouvements dépeints sont "hors du temps» serait inexact. Bien au contraire, dans la composition de Giorgione, dans le regroupement de Watteau, le sentiment de la présence du temps, de son Da-sein (Heidegger), est irrésistible. Mais le temps représenté n'est pas celui du spectateur. Et l'insaissisable prodige de ces toiles vient de l'instabilité qu'elles font naître dans nos perceptions, de la nécessité, jamais comblée, de renégocier à chaque instant la non-correspondance entre le temps de la peinture et celui du musée. Comme de juste, la manière dont cela se fait ne se laisse pas appréhender par les mots ou par une décomposition analytique.»

    GEORGE STEINER, Grammaires de la création, Gallimard, NRF Essais, 2001

    Biographie

    «GIORGIO BARBARELLI, Surnommé Il Giorgione, peintre italien, né à Castelfranco, entre Trévise et Venise, en 1478, mort en 1511. Il est peu d'artistes plus célèbres et plus mal connus. Cependant ce qui nous est rapporté suffit à donner l'impression de cette nature ardente, et de cette vie si courte, mais si pleinement remplie par l'art et par l'amour. Fils naturel, à ce qu'on dit, d'une paysanne et d'un patricien de la famille Barbarelli, il fut élevé au milieu des paysages les plus riches et les plus majestueux, près de la cour élégante et épicurienne de Catarina Cornaro, la reine de Chypre détrônée. Parvenu à l'âge d'homme, il entra dans l'atelier de Giovanni Bellini, où il eut pour condisciple Titien, dont il devait ensuite devenir le second maître. À Venise il fut célèbre, non seulement par son génie précoce, mais par sa beauté, sa force, sa distinction et son élégance, qui lui valurent ce surnom de Giorgione, le beau Giorgio.»

    ÉMILE BERTAUX, La grande encyclopédie (fin XIXe). Voir ce texte.


    ***
    ****



    «Il étudia le dessin avec un vif plaisir, et fut favorisé en cet art par la nature; admirateur des beautés de la nature il ne voulait représenter dans ses oeuvres que ce qu'il pouvait peindre d'après nature. Il imita et reproduisit si bien la nature qu'on dit de lui non seulement qu'il avait surpassé en ce domaine Gentile et Giovanni Bellini, mais aussi qu'il rivalisait avec les peintres toscans, les créateurs de la manière moderne.»

    GIORGIO VASARI, Vie des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes. Voir ce texte.

    Oeuvres

    Peintures
    La Vierge et l'Enfant avec saint Libéral et saint François (dite Madonne de Castelfranco), (San Liberale, Castelfranco)
    Portrait de jeune femme (dite"Laura"), vers 1506 (Kunsthistorisches, Vienne)
    La tempête, vers 1508, (Galleria dell'Accademia, Venise)
    Les trois philosophes, 1508-1509 (Kunsthistorisches, Vienne)
    Portrait d'un jeune homme, vers 1510 (San Diego Museum of Art)
    Vénus endormie (Gemaeldegallerie Alte Meister, Dresden)

    Oeuvres attribuées à Giorgione:
    La Sainte Famille, vers 1500 (National Gallery, Washington)
    L'adoration des Mages, 1506-1507 (National Gallery, Londres)
    L'adoration des bergers (attribuée à Giorgione, mais possiblement Giovanni Bellini ou Titien), 1505-1510 (National Gallery, Washington)
    Le concert champêtre (Giorgione? et Titien), 1505-1510 (Musée du Louvre)
    Il Tramonto (Le coucher de soleil), 1506-1510 (National Gallery, Londres)
    Portrait d'un gentilhomme vénitien (assisté de Titien), 1510, (National Gallery, Washington)
    Judith (Hermitage, Saint-Pétersbourg)

    Documentation

    Références en ligne
    "La renaissance vénitienne et l'Orient: Vénise et l'invention du monde", Jean-Luc Pierre
    "De l'importance du retable de Giorgione à Castelfranco", Jaynie Anderson, Museo Giorgione
    "Il giallo di Giorgione", Manlio Brusatin, Museo Giorgione
    "The school of Giorgione", par Walter Pater, dans Works of Walter Pater, The Renaissance, Studies in art and poetry, Macmillan, 1925-1928, version numérisée sur le site de Gallica
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Références
    Données biographiques
    Nationalité
    Italie
    Naissance
    1476-1478, Castelfranco
    Déces
    1510
    Documents Associés
    Giorgio Vasari
    Peinture, sculpture, peinture vénitienne, Titien, Venise, Renaissance
    Raccourcis
    Notice de l'Encyclopédie Hachette
    Museo Giorgione (en italien)

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.