• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Gestion des déchets

    Définition

    Dans la nature, les déchets des uns deviennent la matière première des autres. Recycler consiste donc à intégrer et faire circuler les matières résiduelles dans les grands cycles naturels.

    Enjeux

    On entend souvent dire que dans les pays d'Asie les gens sont généralement trop pauvres pour se préoccuper de recyclage. Deux étudiants français du programme de Gestion et développement durable de l'université de Sherbrooke, Charlotte Mourey et Aurélien Amaz, y ont fait une tournée afin de comparer quelques systèmes asiatiques de gestion des déchets ménagers avec ceux que l'on retrouve en Occident.

    Essentiel

    Etudiants à l’ESCEM -école supérieure de commerce-, nous avons fondé le projet « AsieRecup’». De la Thaïlande jusqu’au Vietnam, en passant par le Laos et le Cambodge, nous sommes partis quatre mois interviewer des entrepreneurs qui agissent pour une meilleure gestion des déchets ménagers dans leur pays. Nos envies étaient doubles : célébrer chacune de nos rencontres tout au long de ce voyage, et être des reporters d’espoir en soulignant ce qui se fait de mieux. Particulièrement étonnés par deux projets à Phitsanulok (Thaïlande) et à Hanoï (Vietnam), nous nous sommes alors questionnés sur notre système de gestion des déchets en France.

    Ce que nous jetons dans la première poubelle venue, d’autres le gardent précieusement et lui attribuent même une valeur monétaire. La notion de « déchet » est donc très relative. Les Français n’ont pas pour habitude de stocker leur canette de soda pour les revendre. Une fois vidées, elles sont tout simplement jetées. A Phitsanulok (Thaïlande), un kilogramme de canette d’aluminium se vend en moyenne 41 baths, l’équivalent d’un euro. Propriétaire de l’entreprise Wongpanit, Monsieur Somthai Wongchaoren rachète les déchets des habitants de la ville et les transforme en or.

    « Waste is gold » est le maître mot de cet entrepreneur. Autour d’un plat de riz sucré et de mangues, Somthaï Wongchaoren nous raconte comment il a créé son entreprise. L’idée est née il y a 30 ans en discutant avec les chiffonniers qui vivaient sur la décharge. Il a constaté que les Thaïlandais produisaient plus de 40 000 tonnes de déchets par jour. La mission économique de Bangkok nous informe aussi dans son rapport sur « La gestion des déchets en Thaïlande » (Missions économiques, 2004) que seulement 5% des déchets sont incinérés, recyclés ou valorisés. Les 95% restant sont mis directement en décharge, brûlés ou jetés dans la nature. Le marché à exploiter est donc énorme. En fondant son entreprise, il a offert des emplois décents aux anciens chiffonniers. Les bénéfices sont non seulement sociaux mais aussi environnementaux puisque les quantités de déchets brûlés ou jetés en décharge sauvage diminuent. La plupart des habitants de la ville apporte leurs déchets directement à l’entrepôt de l’usine mais ils peuvent aussi demander aux salariés de Wongpanit de venir les chercher à leur domicile, contre un prix de rachat plus faible. Les déchets sont ensuite nettoyés puis compressés avant d’être revendus à des entreprises spécialisées dans le recyclage.

    En France, nous n’avons pas à nous préoccuper de nos déchets. C’est une chance considérable qui n’est pas offerte à tous en Asie du sud-est. Cependant, cette collecte nous coûte cher et son coût augmente années après années, avec un taux de croissance annuel de 6,2% de 1995 à 2006 (ADEME). Or, à un taux annuel constant de 6,2%, le coût double tous les onze ans environ (11,3). En outre, c'est 90% de la population française qui paye ce coût par l’intermédiaire de taxes (taxe d’enlèvement des ordures ménagères) dont le montant est totalement indépendant de l’utilisation du service (ADEME). Comme dans la ville de Phitsanulok, il serait intéressant que les Français qui trient puissent bénéficier d’un avantage économique. C’est d’ailleurs l’objectif du Grenelle 2 qui autorise « les collectivités locales à expérimenter, pendant trois ans, la mise en place d’une part variable incitative, calculée en fonction du poids et du volume des déchets, dans la taxe d’enlèvement des ordures ménagères ». L’idée est de pénaliser ceux qui ne font pas d’efforts et d’encourager fortement les autres en augmentant la taxe des premiers pour diminuer celle des seconds du même montant. C’est le principe du pollueur-payeur.

    Certes, vendre ou trier ses déchets représente un gain économique. Mais ce gain restera toujours assez faible. Au-delà de l’aspect économique, c’est aussi pour la bonne santé de l’environnement, et donc des Hommes, qu’il est nécessaire de valoriser nos déchets. A Hanoï (Viêtnam), nous avons rencontré Mlle Le Minh Ngoc, l’une des responsables du projet 3R : Reduce, Reuse and Recycle. En réalisant son projet, elle a constaté que la sensibilisation est essentielle pour un changement durable des comportements des citoyens. Elle nous explique que le système de collecte des déchets est très peu efficace. Les éboueurs parcourent chaque jour les rues de la capitale à pied. Ils poussent un chariot et alertent les habitants de leur passage à l’aide d’une cloche. Quand la cloche retentit, les résidents sortent les uns après les autres, pour jeter tous leurs déchets dans le chariot. Pas de tri préalable, aucune valorisation possible. De ce constat est née l’idée du projet 3R en 2006.

    Dans 4 quartiers-pilotes, l’ambition du projet est d’améliorer le système de collecte et de diminuer le volume des déchets enfouis à la décharge. Pour ce faire, l’équipe de Mlle Le Minh Ngoc a repensé tout le processus. Tous les 200 mètres environ sont disposées deux poubelles, l’une orange et l’autre verte, dans lesquelles les habitants de Hanoï peuvent déposer respectivement les déchets inorganiques et les déchets organiques, à n’importe quelle heure de la journée. Ils n’ont plus à attendre le passage du chariot. Les déchets organiques déposés dans les poubelles vertes sont ensuite transportés à la Cau Dien compost, l’usine qui transforme les déchets organiques en compost.

    Disposer deux poubelles aux couleurs différentes n’est pas suffisant. Selon Mlle Le Minh Ngoc, si ce projet est une réussite, c’est avant tout grâce au travail de sensibilisation effectué en amont. De nombreuses publicités, ainsi que des clips télévisés et des chansons, ont été réalisés pour sensibiliser la population à l’importance du tri de leur déchet. Dans chacun des quatre quartiers concernés par le projet, des personnes sont élues « chef de résidence » et assurent la bonne mise en œuvre du projet 3R. Nous avons rencontré l’un d’entre eux. Au début du projet, il avait l’habitude de se poster devant les poubelles, une heure par jour, pour contrôler les gestes éco-citoyens des habitants de la résidence! L’ambition du Ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer en France est similaire à celle du projet 3R au Vietnam. L’un des axes stratégiques de La politique des déchets 2009- 2012 est de « faire passer de dix à douze millions les foyers pratiquant le compostage domestique, avec l’appui de maîtres composteurs. […] Le compostage maîtrisé de quartier, en pied d’immeuble, et le compostage autonome, en établissement, seront également encouragés » (MEEDM, septembre 2009). Les habitants élus « maître composteur » assurent alors le même rôle de sensibilisation que le « chef de résidence » à Hanoï. Il s’agit de s’assurer que les déchets organiques sont bien séparés des déchets inorganiques, d’abord pour alléger le poids de nos poubelles, ensuite pour transformer nos déchets organiques en compost.

    En conclusion, l’existence d’un gain économique apparait comme un levier intéressant pour une meilleure gestion des déchets. Mais c’est surtout la sensibilisation qui permet à chacun de mieux comprendre les enjeux du développement durable : ainsi les citoyens s’adaptent plus facilement aux nouvelles exigences. En tant qu’étudiants en école de commerce, spécialisés en gestion et développement durable, nous nous questionnons maintenant sur les stratégies à mettre en place au sein des entreprises pour diminuer la quantité de déchets qu’elles produisent. Aujourd’hui, fabriquer un produit c’est créer des déchets. Certaines démarches, comme celles de l'organisme suédois The Natural Step ou du Capitalisme naturel, nous poussent à réfléchir différemment.

    Aurélien AMAZ et Charlotte MOUREY, le 4 novembre 2010

    Pour toutes questions ou informations complémentaires, vous pouvez nous joindre par e-mail aux adresses suivantes : aurelien.amaz@gmail.com et charlotte.mourey@gmail.com

    Bibliographie

    ADEME. (s.d.). Récupéré sur http://www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?sort=- 1&cid=96&m=3&catid=15806

    MEEDM. (septembre 2009). La politique des déchets 2009- 2012. Récupéré sur www.developpement-durable.gouv.fr/.../Brochure_Dechets_cle13b473.pdf

    MEEDM. (Juillet 2010). Le Grenelle de l'Environnement, Loi Grenelle 2. Récupéré sur www.developpement-durable.gouv.fr/.../Grenelle_Envt-2_DEF_web.pdf

    Missions économiques- Ambassade de France en Thaïlande. (2004). La gestion des déchets en Thaïlande. Récupéré sur www.dree.org/documents/98/70622.pdf

    Synthèse

    Ce que nous jetons dans la première poubelle venue, d’autres le gardent précieusement et lui attribuent même une valeur monétaire. La notion de « déchet» est donc très relative. De la Thaïlande jusqu’au Vietnam, en passant par le Laos et le Cambodge, nous sommes partis quatre mois interviewer des entrepreneurs qui agissent pour une meilleure gestion des déchets ménagers dans leur pays.

    Documentation

    http://asierecup.wordpress.com/

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.