• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Cukor George

    Introduction à l’œuvre de l’auteur

     

                Sous ses dehors paisibles d’homme de Culture, habitué aux ambiances feutrées des salons littéraires et des théâtres prestigieux, George Cukor est un cinéaste de combat. Il est plus précisément un théoricien de la guerre des sexes qui nous rappelle, à mi-chemin de Flaubert et de Clausewitz, que l’Humanité n’est qu’une alliance précaire entre deux genres que tout oppose : le Masculin et le Féminin. Pour vivre heureux, vivons séparés, telle pourrait être la devise de ce fin stratège des conflits conjugaux. La formule est aussi abrupte que dérangeante. Elle est cependant étayée par des arguments si convaincants qu’ils méritent, à n’en pas douter, un examen attentif.

     

    Lire la suite de l'article...

    Biographie

    Débuts

     

                Les débuts de George Cukor sont pareils à une droite, rectiligne et verticale, que la main providentielle du Destin aurait tracée de la Terre jusqu’au Ciel. Issu de la communauté Hongroise de New York, ce fils de bourgeois cultivés se tourne d’emblée vers le Théâtre. Son talent, qui s’épanouit dans le bouillonnement artistique que connaît sa ville natale dans les années 1920, lui permet de devenir metteur en scène à Broadway. Il attire rapidement l’attention des producteurs de Hollywood. La cité du Cinéma, récemment sortie du Muet, recherche des dialoguistes et des assistants pour seconder les réalisateurs en délicatesse avec le Parlant. C’est ainsi qu’en 1930, George Cukor cosigne son premier long-métrage avec Cyril Gardner : Grumpy. Un an plus tard, Tarnished Lady marque l’essor de sa carrière en solitaire. Une étoile est née…

     

    Particularités

     

                George Cukor fut assurément l’un des plus grands maîtres dans l’art hautement complexe de diriger des acteurs. Sous sa houlette, vingt et un comédiens ont été nommés aux Oscars. Ce savoir-faire exceptionnel ne lui épargna cependant pas d’être renvoyé du tournage d’Autant en emporte le vent (Gone with the Wind) et du Magicien d’Oz The Wizard of Oz), deux classiques du Cinéma de l’entre-deux guerres. David O. Selznick, producteur autoritaire entre tous, décida en effet de le remplacer par un cinéaste plus docile : Victor Fleming.

                Ces avanies ne portèrent toutefois pas préjudice à sa remarquable carrière. Celle-ci fut marquée au fer rouge par le thème de la guerre des sexes et plus précisément, par la problématique de la condition féminine. Sur les cinquante-six longs-métrages que le réalisateur Américain a signés, vingt-cinq ont ainsi un titre en lien direct avec les femmes. Parmi ces dernières, on retiendra notamment Judy Holliday, Joan Crawford et Katharine Hepburn, qui obtint son premier rôle dans Héritage (A Bill of Divorcement) (1932).

                Notons que George Cukor fut également le metteur en scène du dernier film de Marilyn Monroe : Something’s Got to Give (1962). Cette œuvre demeura inachevée du fait de la mort prématurée de l’actrice.

    Oeuvres

    Filmographie

    · 1930 : Grumpy

    · 1930 : The Virtuous Sin

    · 1930 : The Royal Family of Broadway

    · 1931 : Tarnished Lady

    · 1931 : Girls About Town

    · 1932 : Une heure près de toi (One Hour With You)

    · 1932 : What Price Hollywood?

    · 1932 : Rockabye

    · 1932 : Héritage (A Bill of Divorcement)

    · 1933 : Haute Société (Our Betters)

    · 1933 : Les Invités de huit heures (Dinner at Eight)

    · 1933 : les Quatre Filles du Docteur March (Little Women)

    · 1935 : David Copperfield (The Personal History, Adventures, Experience, and Observation of David Copperfield, the Younger)

    · 1935 : La Femme de sa vie (No more ladies)

    · 1935 : Sylvia Scarlett

    · 1936 : Roméo et Juliette (Romeo and Juliet)

    · 1936 : Le Roman de Marguerite Gautier (Camille)

    · 1938 : Vacances (Holiday)

    · 1939 : Zaza

    · 1939 : Femmes (The Women)

    · 1940 : Suzanne et ses idées (Susan and God)

    · 1940 : Indiscrétions (The Philadelphia Story)

    · 1941 : Il était une fois (A Woman's Face)

    · 1941 : La Femme aux deux visages (Two-Faced Woman)

    · 1942 : Her Cardboard Lover

    · 1942 : La Flamme sacrée (Keeper of the Flame)

    · 1944 : Hantise (Gaslight)

    · 1944 : Winged Victory

    · 1947 : La Femme de l'autre (Desire Me)

    · 1947 : Othello (A Double Life)

    · 1949 : Edouard, mon fils (Edward, My Son)

    · 1949 : Madame porte la culotte (Adam's Rib)

    · 1950 : Ma vie à moi (A Life of Her Own)

    · 1950 : Comment l'esprit vient aux femmes (Born Yesterday)

    · 1951 : Agence Cupidon (The Model and the Marriage Broker)

    · 1952 : Je retourne chez maman (The Marrying Kind)

    · 1952 : Mademoiselle gagne-tout (Pat and Mike)

    · 1953 : The Actress

    · 1953 : Une femme qui s'affiche (It Should Happen to You)

    · 1954 : Une étoile est née (A Star Is Born)

    · 1955 : La Croisée des destins (Bohwani Junction)

    · 1957 : Car sauvage est le vent (Wild is the wind)

    · 1957 : Les Girls

    · 1959 : La Diablesse en collant rose (Heller in Pink Tights)

    · 1959 : Le Bal des adieux (Song Without End)

    · 1960 : Le Milliardaire (Let's Make Love)

    · 1962 : Something's Got to Give

    · 1963 : Les Liaisons coupables (The Chapman report)

    · 1964 : My Fair Lady

    · 1969 : Justine

    · 1972 : Voyages avec ma tante (Travels With My Aunt)

    · 1975 : Il neige au printemps (Love Among the Ruins) (TV)

    · 1976 : L'Oiseau bleu (The Blue Bird)

    · 1979 : Le Blé est vert (The Corn Is Green) (TV)

    · 1981 : Riches et célèbres (Rich and Famous)

    Distinctions

    1965 : Oscar du meilleur réalisateur pour My Fair Lady

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.