• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Gaufre

    Définition

    Gateau mince, léger, rayonné d’alvéoles comme le gâteau à miel des abeilles. Les gaufres belges sont aujourd’hui particulièrement réputées.

    «On confectionne la gaufre avec une pâte composée de farine, de beurre, d’œufs, de lait, de sel, en diverses proportions; cette pâte, réduite en bouillie claire, est additionnée de quelques cuillerées de vin blanc ou d’eau-de-vie, puis aromatisée avec du citron, de l’eau de fleur d’oranger ou de la vanille. Le gaufrier ou moule nécessaire à la cuisson est un fer carré, à double mâchoires, qui s’ouvre et se ferme à l’aide de deux tiges du même métal […]. Pour être bien réussie, il faut qu’elle soit dorée, croustillante à l’extérieur, moelleuse à l’intérieur; elle doit être mangée chaude.

    C’est une [des pâtisseries françaises] les plus populaires et les plus anciennes. Déjà mentionnée dans le Livre des métiers d’Étienne Boileau, elle est certainement bien antérieure au siècle de saint Louis. Fabriquée par les oublieurs, qui l’appelaient oublie de supplication, elle rentre en effet dans la catégorie des oublies, également frappées au moule, mais plus minces, tout à fait sèches et friables. On la criait dans les rues; les dimanches et les jours de fêtes, les marchands de gaufres installaient leur matériel dans les églises. François Ier avait un faible pour cette friandise, dont la confection et la vente furent réglementées par Charles IX; ainsi la distance minimun entre chaque fourneau fut fixée à 12 pieds.

    Les gaufres se faisaient aussi […] dans les ménages. On ne les oubliait guère dans les ducasses et les kermesses flamandes et hollandaises. Maint tableau, mainte estampe nous montre, au pays des Ostade et des Téniers, la ménagère, armée du gaufrier, au milieu des buveurs en liesse. Voici la légende d’une pièce signée Jerome Bos et datée de 1567 : Masquers entrez laisses ce gras grouleur
    Bien soies venus à notre ducasse.
    Chantez, jouez, la vieille de bon cœur
    Nous faict les gauffres assez bien grasse
    Buvons ceste malvoisi garbe,
    Cependant qu’au sot on fait la barbe. La popularité de la gaufre n’est pas près de finir; [en France, à la fin du XIXe siècle,]des spécialistes, installés en plein air ou abrités sous des auvents, l’offrent, encore toute chaude, aux promeneurs, tandis que d’autres la font circuler sur des plateaux ou dans des corbeilles. Les Tuileries, les Champs-Élysées, le Luxembourg et autres lieux fréquentés par les enfants ont leurs débits de gaufres aussi bien que les champs de foire des fêtes rurales.

    source: article «Gaufre» de La grande encyclopédie: inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts. Réalisée par une société de savants et de gens de lettres sous la direction de MM. Berthelot, Hartwig Derenbourg, F.-Camille Dreyfus [et al.]. Réimpression non datée de l'éd. de 1885-1902. Paris, H. Lamirault, [191-?]. Tome dix-huitième (Franco-Gonon), p. 604-605.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.