• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Borzage Frank

    Introduction à l’œuvre de l’auteur

     

                « Heureux les affligés car ils seront consolés ». « Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes et donne-le aux pauvres ». « Il est plus facile à un chameau de passer par un trou d’aiguille qu’à un riche d’entrer au Royaume des Cieux ». « Beaucoup de premiers seront derniers et de derniers seront premiers ». Il n’est guère que dans le chœur des églises que ces sentences bibliques résonnent comme des certitudes. Au-delà, elles ne sont que de beaux discours ou de vains réconforts offerts aux victimes de l’iniquité du monde. Des siècles de sermons et de prêches ont été impuissants à vaincre deux convictions ancestrales : seul le Nanti est enviable ; l’Impécunieux est toujours à plaindre parce qu’il porte, sur son front, le sceau infamant de la Misère. La principale qualité du Cinéma de Frank Borzage est d’avoir contesté, avec talent, constance et rigueur, ces idées reçues que les faiblesses de l’esprit humain ont changées en paroles d’évangiles. De même que la Richesse ne se réduit pas à la possession de biens, explique le réalisateur Américain de film en film, la Misère dépasse largement les frontières de la Pauvreté. Elle est avant toute chose un tourment moral, qui tend à s’aggraver avec l’augmentation des ressources.

     

    Lire la suite de l'article...

    Biographie

    Débuts

     

                Frank Borzage naît à Salt Lake City, la capitale spirituelle des Mormons, d’un père Italien et d’une mère d’origine Suisse Alémanique. La pauvreté des siens le contraint à travailler à la mine dès l’âge de douze ans. Las de cette vie harassante et désespérée, il fuit le foyer familial et exerce toutes sortes de métiers pour subvenir à ses besoins. Il se rend à Hollywood en 1914. Le jeune homme, passionné de théâtre, se fait embaucher comme accessoiriste. Il interprète incidemment de petits rôles pour Thomas Ince, l’un des pionniers du Cinéma Américain. Ces premiers pas sur les planches lui permettent de s’essayer à la mise en scène. C’est ainsi qu’en 1916, il réalise le film inaugural de sa longue et prolifique carrière : That Gal of Burke’s.

     

     

    Particularités

     

                La première particularité de Frank Borzage est de nature patronymique. Son nom ne se prononce pas « Borzedge » mais « Borzègui ». Le réalisateur Américain doit cette singularité à un père Italien qui s’appelait Borzaga.

                D’abord acteur, Frank Borzage est devenu, avec John Ford et Raoul Walsh, le pilier de la prestigieuse Century Fox. Il est considéré comme un précurseur de la caractérisation psychologique des personnages. Son premier succès public est Humoresque, adaptation d’un roman de Fanny Hurst qu’il signe en 1920. Sa filmographie est riche de plusieurs dizaines de titres. Certains, à l’image de L’heure suprême (Seventh Heaven), de L’adieu aux armes (A Farewell to Arms) ou encore, de Ceux de la zone (Man’s Castle), constituent des chefs d’œuvre du Septième Art. Tous proposent une réflexion pénétrante sur la Richesse, la Misère et la Pauvreté. Cette vaste méditation, profondément influencée par la tradition Judéo-Chrétienne, traverse l’ensemble des genres cinématographiques. Elle s’exerce aussi bien dans le Film noir, le Mélodrame et la Fable que dans la Comédie, le Western et l’Aventure. Elle se double fréquemment d’une vision romantique de l’Amour et du Couple.

                Notons que Frank Borzage tourna, dans les années 1930, une « trilogie germanique ». Ce triptyque se compose d’Et demain (Little Man, What Now ?), de Trois camarades (Three Comrades) et de The Mortal Storm.

                Précisons enfin que la carrière du cinéaste connut un coup d’arrêt de dix ans, entre le remarquable Fils du pendu (Moonrise) (1948) et China Doll (1958). A ce jour, cette interruption demeure inexpliquée.

     

    Oeuvres

    Filmographie

    - Films muets

    • 1916 : That Gal of Burke's
    • 1916 : Mammy’s Rose (coréalisé avec James Douglas)
    • 1916 : Life’s Harmony (coréalisé avec Lorimer Johnston)
    • 1916 : The Silken Spider
    • 1916 : The Code of Honor
    • 1916 : The Courtin' of Calliope Clew
    • 1916 : Nell Dale's Men Folks
    • 1916 : The Forgotten Prayer
    • 1916 : Matchin' Jim
    • 1916 : The Demon of Fear
    • 1916 : Land o' Lizards
    • 1916 : Immediate Lee
    • 1916 : Enchantment
    • 1916 : The Pride and the Man
    • 1916 : Dollars of Dross
    • 1917 : La petite châtelaine (Wee Lady Betty) (coréalisé avec Charles Miller)
    • 1917 : Flying Colors
    • 1917 : Until They Get Me
    • 1918 : The Gun Woman
    • 1918 : The Curse of Iku
    • 1918 : The Shoes That Danced
    • 1918 : Innocent's Progress
    • 1918 : Society for Sale
    • 1918 : A Honest Man
    • 1918 : Who Is to Blame?
    • 1918 : The Ghost Flower
    • 1918 : The Atom
    • 1919 : Toton the Apache
    • 1919 : Whom the Gods Would Destroy
    • 1919: La roturière (Ashes of Desire)
    • 1919 : Prudence on Broadway
    • 1920 : Humoresque
    • 1921 : Get-Rich-Quick Wallingford
    • 1921 : The Duke of Chimney Butte
    • 1922 : Back Pay
    • 1922 : Billy Jim
    • 1922 : The Good Provider
    • 1922 : The Valley of Silent Men
    • 1922 : The Pride of Palomar
    • 1923 : The Nth Commandment
    • 1923 : Children of the Dust
    • 1923 : The Age of Desire
    • 1924 : Secrets
    • 1925 : The Lady
    • 1925 : Daddy's Gone A-Hunting
    • 1925 : The Circle
    • 1925 : Lazybones
    • 1925 : Wages for Wives
    • 1926 : The First Year
    • 1926 : The Dixie Merchant
    • 1926 : Early to Wed
    • 1926 : Marriage License?
    • 1927 : L'Heure suprême (Seventh Heaven)
    • 1928 : L'Ange de la rue (Street Angel)
    • 1929 : L’idole (Lucky Star)
    • 1929 : They Had to See Paris
    • 1929 : La Femme au corbeau (The River)
    • - Films parlants

      • 1930 : Song o' My Heart
      • 1930 : Liliom
      • 1931 : Doctors' Wives
      • 1931 : Young as You Feel
      • 1931 : Bad Girl
      • 1932 : After Tomorrow
      • 1932 : Jeune Amérique (Young America)
      • 1932 : L'adieu aux armes (A Farewell to Arms)
      • 1933 : Secrets
      • 1933 : Ceux de la zone (Man's Castle)
      • 1933 : Comme les grands (No Greater Glory)
      • 1934 : Et demain? (Little Man, What Now?)
      • 1934 : Mademoiselle Général (Flirtation Walk)
      • 1935 : Sur le velours (Living on velvet)
      • 1935 : Bureau des épaves (Stranded)
      • 1935 : Shipmates Forever
      • 1936 : Désir (Desire)
      • 1936 : Betsy (Hearts Divided)
      • 1937 : La Lumière verte (Green Light)
      • 1937 : Le destin se joue la nuit (History Is Made at Night)
      • 1937 : La grande ville (The Big City)
      • 1937 : Mannequin
      • 1938 : Trois Camarades (Three Comrades)
      • 1938 : L'Ensorceleuse (The Shining Hour)
      • 1939 : Chirurgiens (Disputed Passage)
      • 1940 : Le cargo maudit (Strange Cargo)
      • 1940 : La Tempête qui tue (The Mortal Storm)
      • 1940 : Flight Command
      • 1941 : Billy the Kid le réfractaire (Billy the Kid)
      • 1941 : Chagrins d'amour (Smilin' Through)
      • 1942 : Au temps des tulipes (The Vanishing Virginian)
      • 1942 : Sept amoureuses (Seven Sweethearts)
      • 1943 : Le Cabaret des étoiles (Stage Door Canteen)
      • 1943 : La Sœur de son valet (His Butler's Sister)
      • 1944 : Ce n'est qu'un au revoir (Till We Meet Again)
      • 1945 : Pavillon noir (The Spanish Main)
      • 1946 : Je vous ai toujours aimé (I've Always Loved You)
      • 1946 : L'Impératrice magnifique (Magnificent Doll)
      • 1947 : Le Bébé de mon mari (That's My Man)
      • 1948 : Le Fils du pendu (Moonrise)
      • 1958 : China Doll
      • 1959 : Simon le pêcheur (The Big Fisherman)
      • 1961 : L'Atlantide
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.