• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Fête

    Définition

    «Ensemble de réjouissances collectives destinées à commémorer périodiquement sinon un désordre, du moins des dérogations à l'ordre, pour obtenir ou réactualiser dans la conscience collective l'assentiment à l'ordre préconisé. C'est donc essentiellement un jeu symbolique qui resitue la praxis par rapport au mythe qui lui donne sens. La fête vaut ce que valent effectivement pour le groupe la symbolique utilisée et le mythe évoqué. De ceci découlent de notables différences entre la fête en milieu archaïque et traditionnel, et la fête dans les sociétés modernes.» (Trésor de la langue française informatisé — article «Fête», d'une grande richesse pour ce qui est des sens et de l'histoire de ce mot.) À noter que les dictionnaires plus anciens mettent en premier lieu en évidence le sens religieux de ce mot: «Solennité religieuse commémorative»; «Jour consacré à la mémoire d'un saint considéré comme la patron d'un pays, d'une association, ou des personnes qui ont reçu son nom comme nom de baptême; réjouissances auxquelles on se livre à l'occasion de ce jour.» (Larousse du XXe siècle en six volumes, éd. 1932)

    En la plaçant sous l'inspiration de Dyonisos et d'Apollon, Platon avait déjà dit l'essentiel de la fête: «Mais les Dieux, prenant en pitié la condition laborieuse qui est naturelle à l'espèce humaine, ont institué pour elle, en vue de la reposer de son labeur, l'alternance des fêtes en leur honneur et, pour l'accompagner dans ces festivités, ils lui ont donné les Muses, avec Apollon qui mène le choeur, et Dionysos; afin que ces Divinités en maintinssent la rectitude, ainsi que la façon de vivre au cours de fêtes célébrées en compagnie de Divinités.» (Platon, Les Lois, II 653 d.)

    Les débordements du corps, symbolisés par Dyonisos et la présence de l’esprit, symbolisée par Apollon, sont les deux principales caractéristiques de la fête, telle qu’elle était à l’origine. Un mythe est en cause, un mythe comme celui de Dyonisos-Zagreus, relatif à l’immortatilité de l’âme, assimilée à la semence et à l’apparition de la nouvelle plante. Il y a bien des façons de revivre un tel mythe. La cérémonie, qu’il faut bien se garder de confondre avec la fête, en est une. «Elle est un acte limité, un rappel de ce qu’il faut faire non pour immortaliser son âme mais pour obtenir une bonne récolte. Elle est une réitération du mode d’emploi qui a permis aux dieux d’accomplir le geste.» La fête n’est pas une utilisation parcellaire et utilitaire du mythe mais une «reconversion totale au mythe de la part de toute la collectivité. Il s’agit d’utiliser cette possession par le mythe non pour mettre le sacré au service du profane, mais pour mettre entre parenthèses le profane, pour le laisser irradier dans le sacré. […] Cette possession par le mythe a pour but de convertir l’être, de métamorphoser un court moment corps et âme pour les replonger dans un état radicalement autre, pour permettre l’identification au dieu même.»
    La fête se dégrade dès qu’il y a rupture entre les deux pôles. «Ce qui fonde l’expérience de la fête, un vécu total du sacré, corporel autant que spirituel, risque à tout moment de faire basculer le centre de gravité de l’institution. Au lieu d’être un désordre qui anticipe sur un ordre supérieur, au lieu d’être une démesure facilitant la rencontre et la possession de la mesure absolue, la fête peut alors changer de sens et devenir, individuellement d’abord, collectivement ensuite, une occasion pour l’homme de se déifier lui-même et confondre démesure et désordre au profit d’un sacré à son image
    (Les passages entre guillemets sont tirés de La fête, le jeu et le sacré, par Jean-Jacques Wunenburger, Éditions Universitaires, Jean-Pierre Delarge, éditeur, Paris 1977.)

    Enjeux

    Ville en fête! Écho collectif de l’âme en fête! Nous qui avons tous les droits… et tous les choix, avons-nous encore accès à la fête? La fête n’est pas l’objet d’un choix. Elle a sa place, immuable dans le temps comme l’étoile dans l’espace. Elle n’est pas non plus l’objet d’un droit. L’expression droit à la fête enferme une contradiction. Il y a incompatibilité entre le sentiment du droit et le sens de la fête. C’est le bienfait gratuit et perçu comme tel qui met l’âme en fête. Rien ne m’est dû, j’aurais pu mourir cette nuit et voici que je m’éveille et que je m’émerveille devant le soleil du matin. Rien ne m’est dû et pourtant voyez cette récolte… On ne fête pas une récolte que l’on a planifiée et qui de toute façon est assurée par l’État.

    Nos fêtes les plus authentiques sont ces moments choisis de l’amitié où un même souci de la perfection traverse les conversations, le repas pris en commun et le lieu où l’on se trouve.

    Fête purement, exclusivement humaine? En apparence, mais d’où vient ce souci de la perfection, qui est un triomphe contre l’entropie, contre le désordre du moment? Et la fête serait-elle complète si les convives avaient le sentiment que tout leur est dû? Même nos fêtes les plus naturelles portent la marque du surnaturel, sous la forme d’une perfection gratuite et de l’émerveillement reconnaissant devant cette perfection. Le souci vivant de la perfection est-il, dans le contexte mécaniste actuel, une transgression de l'ordre établi comparable à celui des fêtes traditionnelles, un retour vers l'archétype, à partir du prototype?

    Cette fête traditionnelle, caractérisée par son rapport manifeste à la transcendance, est en voie de disparition. Mais alors que certains, tel Jean Proulx, estiment qu'elle se dilue dans le quotidien, d'autres soutiennent que le quotidien s'inscrit dans une hyperfestivité envahissante. Trente ans séparent les deux analyses. Le passage à l'hyperfête se serait-il opéré pendant cette période?

    Au début de la décennie 1970, Jean Proulx écrit, citant J. Dumazedier puis H. Lefebvre:
    «"La fête se dilue dans la vie quotidienne". L'homme d'aujourd'hui semble envahi par le mouvement insignifiant de la quotidienneté. Il ne vit plus que des débris de la fête. Au lieu de la plénitude de la fête, il rencontre souvent le vide de l'ennui. La nostalgie du style accompagne celle de fête. Car le style (comme la fête) peut réunir et organiser (forme) les éléments du quotidien (matière) et leur donner un sens. Le style et la fête apparaissent ainsi comme le langage propre à l'homme: "Notre vie quotidienne se caractérise par la nostalgie du style, par son absence et sa poursuite obstinée. Elle n'a pas de style. Il y a dégénérescence simultanée du style et de la fête dans la société où le quotidien s'établit.
    Le style conférait un sens aux moindres objets, aux actes, aux gestes: un sens sensible et non pas abstrait, saisi directement dans un symbolisme."» (Jean Proulx, Le jeu, le rite, la fête, Revue Critère, no 3, janvier 1971)

    Trente ans plus tard, Philippe Murray écrit:
    «Hyperfestive (…) peut être appelée cette civilisation, parce que la festivisation globalisée semble le travail même de notre époque et sa plus grande nouveauté. Cette festivisation intensive n’a plus que de lointains rapports avec le festif d’autrefois, et même avec la déjà vieille "civilisation des loisirs". Le festif "classique" et localisé (les kermesses de jadis, le carnaval, etc.), comme le festif domestique assuré plus récemment par la télévision, sont désormais noyés dans le festif total, ou hyperfestif, dont l’activité infatigable modifie et transforme sans cesse les comportements et l’environnement. Dans le monde hyperfestif, la fête n’est plus en opposition, ou en contradiction, avec la vie quotidienne; elle devient le quotidien même, tout le quotidien et rien que le quotidien. Elle ne peut plus en être distinguée (et tout le travail des vivants, à partir de là, consiste à entretenir indéfiniment une illusion de distinction). Les fêtes de plus en plus gigantesques de l’ère hyperfestive, la Gay Pride, la Fête de la musique, la Love Parade de Berlin, ne sont que des symptômes de cette vaste évolution.» (Philippe Muray, Après l’histoire, Paris, Les Belles Lettres, 1999, p. 10-11)

    Hyperfestivité, panludisme, pour aboutir à la promesse d'une nouvelle déception:
    «Cette époque qui se montre à elle-même son temps comme étant essentiellement le retour précipité de multiples festivités, est également une époque sans fête. Quand ses pseudo fêtes vulgarisées, parodies du dialogue et du don, incitent à un surplus de dépense économique, elles ne ramènent que la déception toujours compensée par la promesse dune déception nouvelle.» (Guy Debord, Société du spectacle.)

    Essentiel

    On remarque souvent que le sens traditionnel de la Fête s'est perdu dans nos sociétés modernes; les Fêtes religieuses et patriotiques sont écartées du calendrier, quand elles ne sont pas réduites à autant de jours fériés et chômés.
    Paradoxalement, la multiplication des Festivals et festivités de toute sorte envahit l'ensemble de ces mêmes sociétés et contribue souvent à rééquilibrer les fiscalités des villes et des villages qui organisent et exploitent les Fêtes dites populaires. On pourrait remarquer que plusieurs de ces manifestations de masse se réduisent trop souvent à des spectacles d'artistes professionnels devant des foules de badauds dont la participation se limite à la consommation des produits vendus sur place.
    Où est passé l'essentiel de la Fête, dont le sens reposait avant tout sur l'évocation par la mémoire de faits passés ayant contribué à définir la collectivité d'appartenance? Fête-t-on encore quand on a oublié ce qu'on fête? Plus que le boire et le manger, la fête doit nourrir la mémoire et la vaillance de ceux qui, à certaines dates fixées par la coutume, s'arrêtent de travailler pour s'amuser. Sans finalité clairement formulée, la fête se dissout rapidement dans la consommation passive d'un plaisir trop court qui ne vaut pas le prix du congé et encore moins la fatigue du lendemain.

    Documentation

    «La nostalgie contemporaine de la fête ne se réduit pas à un phénomène sociologique de crise d'une société industrielle, c'est aussi l'indice de la permanence d'un pouvoir extatique et festif chez l'homme.

    La fête archaïque était le modèle par excellence de l'insertion de l'homme traditionnel, grâce au jeu et au symbole, dans une continuité spatio-temporelle sacrée. Son scénario témoignait de son aptitude à satisfaire les exigences contradictoires d'un ordre répressif du quotidien et d'une subversion dionysiaque, inscrite dans les puissances du corps et de l'imaginaire.

    Mais, sous la pression du judéo-christianisme, l'occultation de la symbolique du corps, la désacralisation du cosmos, la valorisation d'un temps linéaire, la mutation des structures socio-politiques ont entraîné une décadence de l'institution de la fête. La festivité sécularisée devient le terrain expérimental de resacralisations, souvent masquées, du temps et de la société, ou de pratiques utopiques.

    Aujourd'hui, les résidus du folklore, l'esthétisme du spectacle, l'idéologie des fêtes civiques et révolutionnaires, le panludisme de la société d'abondance, sont autant de formes éclatées d'une quête faustienne, d'une ivresse de l'immanence, qui apparaissent de plus en plus comme des symptôrnes d'une paradoxale asthénie de l'imaginaire, voire d'une dramatique névrose ludique.»

    JEAN-JACQUES WUNENBURGER, La fête, le jeu et le sacré, présentation,
    Éditions Universitaires, Jean-Pierre Delarge, éditeur, Paris 1977.


    *******


    Anne Morelli, La réinterprétation chrétienne des fêtes antérieures au christianisme, Religiologiques, no 8 (format PDF).
    Annie Olivier (éd.), La fête (textes choisis et analysés), Cideb, 1998.
    Cités en fête, catalogue d'exposition, Éd. de la Réunion des musées régionaux, 1992.
    Jean-Marie Pelt, Variations sur les fêtes et saisons, Paris, Fayard, 2000.
    Jean Duvignaud, Fêtes et civilisations, Actes Sud, 1991.
    Daniel Fabre, Carnaval ou La fête à l'envers, Paris, Gallimard, coll. Découvertes, 1992.
    Pier Giovanni d'Ayala et Martine Boiteux (dir.), Carnavals et mascarades, Paris, Bordas, 1988.
    Allessandro Fallassi, Festival: Definition and Morphology, University of Mexico, 1987.
    La fête, cette hantise, Revue Autrement, 1984.
    Jacques Heers, Fêtes des fous et carnaval, Paris, Hachette, coll. Pluriel, 1983.
    Joseph Pieper, In Tune With the World. A Theory of Festivity. Traduction anglaise de Richard et Clara Winston. St. Augustine’s Press, 128 p.
    Laurent Laplante, Réflexion sur une fête nationale, Dixit Laurent Laplante, 26 juin 2000.
    André Comte-Sponville, Vivement l'après-réveillon, Psychologies Magazine, décembre 2000.
    Leigh Eric Schmidt, Consumer Rites: The Buying and Selling of American Holidays, Princeton University Press, 1995. Vous pouvez lire en ligne le sommaire et le premier chapitre: Time Is Money.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Références
    Linguistique
    Antonymes
    corvée
    Allemand
    Fest
    Anglais
    feast, celebration
    Espagnol
    celebración
    Documents Associés
    Pierre Boglioni
    Hélène Laberge
    Fête et musique
    Sylvie Escande
    Carnaval,
    Raccourcis
    Célébrations: exposition virtuelle conçue par le Musée national des arts et des traditions populaires (Rome, Italie). Sur le site Musées et millénaire.
    Le sens de la fête (exposition, Musée des religions, Nicolet, Qc)
    Le sens de la fête: rencontre avec l'historien Pierre Boglioni (émission «Chasseurs d’idées, Télé-Québec, 17 décembre 2000)
    The Worlwide Holyday and Festival Site
    Fêtes, saints patrons et dictons du monde rural (INRA, Fr.)
    Images de fêtes et de carnavals (Montréal, 19e siècle)
    Le temps des fêtes au Québec
    Collectif Non à Halloween (Fr.)
    Fêtes (article du Dictionnaire philosophique de Voltaire): critique la prolifération des fêtes dans la société traditionnelle au nom de la nécessité du travail
    Fêtes et jours fériés
    Voir aussi le dossier Carnaval

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.