• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Albani Emma Lajeunesse

    Marie-Louise-Cécile-Emma Lajeunesse, dite Albani. Cantatrice québécoise. Elle fut l’une des chanteuses les plus appréciées dans le monde à la fin du XIXe siècle.

    Biographie

    Emma Lajeunesse est née à Chambly (Montérégie, Québec) le 1er novembre 1847, de l’union de Joseph Lajeunesse et Mélina Mignault. Sa grand-mère, Rachel McCutcheson, était arrivée au Canada à un âge tendre, en provenance de New York. Emma eut sa première éducation dans une école anglophone de Plattsburg, N.Y., puis au couvent du Sacré-Cœur du Sault au Récollet (Montréal). C’est son père, musicien talentueux, qui lui donna sa première formation musicale. À sept ans, elle fit une première apparition publique au Mechanics’ Hall, à Montréal, devant un auditoire de la bonne société de la ville. À 15 ans, elle se vit offrir, par le vicaire-général Conroy (qui sera plus tard évêque d’Albany, N.Y.), un poste d’organiste à Saratoga Springs. Elle oeuvra également durant trois ans comme professeur de chant et de piano au couvent du Sacré-Cœur de Kellwood.

    Grâce à des économies durement gagnées, grâce au soutien financier de son père et de l’évêché, aux bénéfices réalisés lors d’un concert et à un don de trois cent dollars de son église pour services rendus, elle put partir pour l’Europe afin de parfaire sa formation vocale et musicale. À Paris, elle étudia avec Duprez. Le prince Poniatowski lui conseilla de se rendre à Milan étudier l’opéra italien avec le célèbre Lamperti. Suivirent plusieurs années de durs labeurs jusqu’au jour où, en 1869, prête, elle fit ses débuts à Messine, sous le nom de scène d’Albani. Elle fut ensuite invitée à chanter à Malte, puis, durant l’hiver 1871-1872, au théâtre de La Pergola de Florence. Sa célébrité fut consacrée par son interprétation de Mignon d’Ambroise Thomas.

    Ayant conquis l’Italie, elle apparu en 1872 sur la scène du Royal Italian Opera de Londres, événement qui marqua le début de sa popularité en Angleterre. Elle chanta par la suite à Saint-Pétersbourg, Paris, Berlin, et dans la plupart des capitales européennes, de même qu’aux États-Unis. Partout, elle fut accueillie avec le même enthousiasme.

    En 1883, elle fit une première tournée au Québec et au Canada (voir le document associé au présent dossier). Elle devait revenir dans son pays d’origine à quelques reprises. «Chaque fois qu’elle venait au Canada, ses compatriotes la recevaient avec mille marques de démonstration. En 1890, Mme Albani parut au Victoria Skating Ring, en trois concerts et devant 7 à 8000 personnes, qui la saluaient avec un tonnerre d’applaudissements prolongés. L’artiste était, à cette époque, en possession de tout son talent. Vers 1893, elle chanta, à l’Académie de Musique, les rôles de Valentine et d’Elsa avec la troupe qui donna les Huguenots, Lohengrin et Faust; elle n’a plus guère reparu sur la scène au Canada. » (Louis Le Jeune, Dictionnaire général de biographie, histoire, littérature, agriculture, commerce, industrie et des arts, sciences, moeurs, coutumes, institutions politiques et religieuses du Canada, Ottawa, Université d'Ottawa, 1931)

    En mai 1886, elle chanta une ode écrite par Tennyson pour l’ouverture de la « Colonial and Ind. Exhibition » de Londres.

    En 1895, elle interpréta le rôle d’Edith dans le nouvel opéra anglais Harold, et, en 1896, elle fut de la distribution du Tristan et Isolde de Wagner.

    Emma Albani chanta à maintes reprises devant la reine Victoria et d’autres têtes couronnées d’Europe. Lors du Jubilée de la reine Victoria en 1887, elle reçut un magnifique présent de la souveraine, soit une figurine représentant la victoire en or pur, dessiné par la comtesse Feodora Gleicheu. Une inscription s’y lisait, en pierres précieuses : Victoria. En octobre 1890, après avoir chanté devant la reine et la famille royale à Balmoral, Victoria lui manifesta à nouveau son appréciation en lui remettant un magnifique tableau comprenant les photographies de tous les membres de la famille royale.

    Elle fut nommé cantatrice de la cour d'Allemagne. L’empereur lui offrit un bracelet en or, orné d’une miniature représentant le Kaiser jeune au centre, et serti de rubis et de joyaux.

    Elle prit sa retraite en 1896. En 1897, elle reçut la médaille d’or Beethoven de la Société philharmonique de Londres. Il s’agissait d’une «mark of appreciation by the Society of her exceptional genius and musical attainments, and of her generous and artistic nature ».

    En plus de chanter l’opéra, elle a étudié l’oratorio et a fait sa marque dans ce genre musical. Et même, comme le souligne Louis Le Jeune, «c’est surtout au concert et à l’oratorio que son talent se fit remarquer; elle n’aimait pas la scène et, après quelques années, n’y reparut que rarement. » (Louis Le Jeune, ibid.)

    En 1878, elle épousa Ernest Gye, directeur de théâtre, dont elle a eu un fils qui deviendra diplomate.

    Son opéra favori était Othello de Verdi; elle a dit en avoir appris la musique en une quinzaine de jours.

    Elle est morte, après une longue maladie, le 3 avril 1930, à Londres.

    Le poète Louis Fréchette lui dédia une oeuvre.

    Une précision concernant le nom Albani: «It may be well to state here that the adoption by her of the stage name of Albani, had nothing to do with the city of Albany. It was the maestro Lamperti who suggested it at Milan: "You must have an Italian name", he said. "Why not take that of Albani? It is the name of an old and almost extinct family, the only surviving member being an aged Cardinal, and he is so pious and so much of a recluse that he will never hear of anything so wordly as grand opera; and beside, if he does hear of it, you will make the name so famous that he will be glad and proud of it." It was in this way that she assumed her well known nom de théâtre

    D'après: Henry J. Morgan, The Canadian Men and Women of the Time : A Handbook of Canadian Biography, Toronto, W. Briggs, 1898, p. 415-416; Maximilien Bibaud, Le panthéon canadien: choix de biographies, Montréal, J.M. Valois, 1891, 328 p.: page 2.

    Documentation


    Napoléon Legendre, Albani (Emma Lajeunesse). Avec autographe et portrait. Québec, Imprimerie A. Coté et cie: en vente chez A. Lavigne, 1874. 72 p., [2] f. de pl. (1 plié) - Bibliothèque nationale du Québec - format PDF (2,5 Meg)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-04-10
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Québec
    Naissance
    01 / 11 / 1847, Chambly, Qc
    Déces
    03 / 04 / 1930
    Documents Associés
    Laurent-Olivier David
    chant, opéra, cantatrice, vedette
    Raccourcis
    Emma Albani, soprano et professeure de chant (1847-1930) - Le Grammophone virtuel (Bibliothèque et Archives Canada)
    Notice de l'Encyclopédie canadienne (auteur: Gilles Potvin)

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.