• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Cioran Émile

    Émile Michel Cioran est né le 8 avril 1911 à Rasinari (Roumanie).

    Très jeune, il lit les oeuvres de Nietzsche, Dostoievsky et Schopenhauer, trois penseurs qui exerceront sur lui une grande influence. En 1928, il entreprend des études de philosophie à l'Université de Bucarest et obtient sa licence en 1932 après avoir complété une thèse sur Bergson. Son premier livre paraît en 1934 et le titre révèle déjà le programme de toute une vie: Sur les cimes du désespoir.

    Après avoir ressenti le besoin de rompre avec ses racines roumaines, Cioran s'établit en France en 1939. Son premier livre écrit en français paraît chez Gallimard en 1949, Précis de décomposition.

    Signalons au passage deux livres qui peuvent servir d'introduction à une oeuvre portant sur la souffrance d'exister: Syllogismes de l'amertume et De l'inconvénient d'être né.

    Pour Cioran, la philosophie est souvent «produite par des hommes sans tempérament et sans histoire» qui ne veulent surtout pas tenir compte des «misères du moi». Mais, à l'instar du penseur russe Léon Chestov, Cioran pense qu'il faut situer le désespoir au coeur même de toute véritable réflexion philosophique.

    Éviter la souffrance, c'est courir le risque de se perdre dans des abstractions qui n'ont rien à voir avec l'existence humaine.

    Oeuvres

    Précis de décomposition, Paris, Gallimard, 1948
    Syllogisme de l’amertume, Paris, Gallimard, 1952
    La Tentation d’exister, Paris, Gallimard, 1956
    Joseph de Maistre: Introduction et choix de textes, Paris, éd. du Rocher, 1957; introduction rééditée sous le titre: Essai sur la pensée réactionnaire, Fata Morgana, 1977
    Histoire et utopie, Paris, Gallimard, 1960
    Chute dans le temps, Paris, Gallimard, 1964
    Le Mauvais démiurge, Paris, Gallimard, 1969
    De l’lnconvénient d’être né, Paris, Gallimard, 1973
    Écartèlement, Paris, Gallimard, 1979 (collection Arcades)
    Exercices d’admiration. Essais et portraits, Paris, Gallimard, 1986
    Des larmes et des saints, traduit du roumain par Sanda Stolojan, éditions de L’Herne, 1986. Paru en roumain en 1937
    Aveux et anathèmes, Paris, Gallimard, 1987 (collection Arcades)
    "Sissi ou la vulnérabilité", dans Jean Clair (dir.), Vienne 1880-1938. L’Apocalypse joyeuse (catalogue d'exposition), Paris, Centre Pompidou, 1986
    Sur les cimes du désespoir, traduit du roumain par André Vornic, éditions de L’Herne, 1990. Paru en roumain en 1934
    Entretiens avec Sylvie Jaudeau (suivis d')une analyse des oeuvres, Paris, José Corti, 1990
    Le livre des leurres, Paris, Gallimard, 1992 (collection Arcades). Paru en roumain en 1936
    Bréviaire des vaincus, Paris, Gallimard, 1993 (collection Arcades). Écrit au cours des années 1930. Inédit jusqu'en 1993
    Le crépuscule des pensées, Librairie générale française, 1993. Publié en roumain en 1940
    Cahiers 1957-1972, Paris, Gallimard, 1997

    Texte en ligne

    Syllogisme de l'amertume (extraits)
    De l'inconvénient d'être né (extraits)

    Extraits des Cahiers 1957-1972 (Gallimard), publiés dans le magazine Lire, novembre 1997

    Commentaires

    Cioran et Klages

    À quiconque connaît un tant soit peu l'oeuvre de Ludwig Klages, le lien entre sa pensée et celle de Cioran paraîtra manifeste. Le paragraphe qui suit, de Cioran, est une admirable synthèse de la conception klagésienne de la volonté.

    « Vouloir signifie se maintenir à tout prix dans un état d'exaspération et de fièvre. L'effort est épuisant et il n'est pas dit que l'homme puisse le soutenir toujours. Croire qu'il lui appartient de dépasser sa condition et de s'orienter vers celle du surhomme, c'est oublier qu'il a du mal à tenir le coup en tant qu'homme, et qu'il n'y parvient qu'à force de tendre sa volonté, son ressort, au maximum. Or, la volonté, qui contient un principe suspect et même funeste, se retourne contre ceux qui en abusent. Il n'est pas naturel de vouloir ou, plus exactement, il faudrait vouloir juste assez pour vivre ; dès qu'on veut en deçà ou au-delà, on se détraque et on dégringole tôt ou tard. Si le manque de volonté est une maladie, la volonté elle-même en est une autre, pire encore : c'est d'elle, de ses excès, bien plus que de ses défaillances, que dérivent toutes les infortunes de l'homme. Mais s'il veut déjà trop dans l'état où il est, qu'adviendrait-il de lui s'il accédait au rang de surhomme ? Il éclaterait sans doute et s'écroulerait sur lui-même. Et c'est par un détour grandiose qu'il serait amené alors à tomber du temps pour entrer dans l'éternité d'en bas, terme inéluctable où peu importe, en fin de compte, qu'il arrive par dépérissement ou par désastre.» Entretiens

     Aux yeux de Klages, cet héritier du romantisme allemand et de Nietzsche, l'esprit, qu'il assimile à ce que nous appelons aujourd'hui la  raison instrumentale, est une entité négative qui se manifeste par la volonté. Le batteur de records est le type même du porteur de cette volonté. Le sens de l'histoire dans cette perspective est la vampirisation de la vie et de l'âme par l'esprit et la volonté.

    Vérification faite, Cioran a suivi des cours de Klages en 1933. Voici ce qu'écrit Korpa à ce sujet: «À la fin des années 20, il est envoyé à la Faculté de Littérature et de Philosophie de Bucarest puis, grâce à une bourse de la fondation Humboldt, s’inscrit à l’Université de Berlin en 1933 où il suit les cours de Nicolai Hartmann et surtout de Ludwig Klages, philosophe vitaliste pour qui l’histoire de l’humanité se résumait à « un combat de Titans entre l’Esprit et l’Âme. » Source

    Luc Nannens écrit à ce sujet: « Pour Cioran, l'homme a tout de l'animal et rien du divin mais le théologien analyse mieux notre condition que le zoologue. L'homme a échappé à l'équilibre naturel, par le biais de l'esprit, ce trouble-fête. L'homme est donc tiraillé entre deux ordres irréconciliables. Pour Hell, cette vision de la condition humaine se retrouve chez Kleist, dans son "Marionettentheater" et, plus récemment, chez cet héritier de la tradition romantique que fut Ludwig Klages. Pour ce dernier aussi, la conscience, l'esprit, trouble l'harmonie vitale. Klages comme Cioran partagent la nostalgie d'une immersion totale de l'être humain dans un principe vital suprapersonnel. Klages comme Cioran critiquent tous les deux la fébrilité, la vanité et la pretention activiste de l'homme, notamment dans la sphère politique.» Source:Cioran: eu

    Documentation


    La vie est-elle possible après Cioran?, par Marc Sylvestre (L'humaniste combattant, vol. 1, no 1) (Cégep régional de Lanaudière, Joliette, Qc))

    E.M. Cioran:To Infinity and Beyond, par Stephen Mitchelmore (Spike Magazine)

    The Anti-Gnosticism of E. M. Cioran, par David Lavery (tiré de Late for the Sky: The Mentality of the Space Age, Southern Illinois University Press, 1992)

    Cioran, le flâneur aux idées noires, par Didier Sénécal (Lire, mai 1995)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-04-03
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    8 / 4 / 1911, Rasinari (Roumanie)
    Déces
    20 / 6 / 1995
    Documents Associés
    Christian Bouchard
    Émile Cioran, histoire, péché originel, aphorisme, écriture, conscience
    Bella Jalbert
    Raccourcis

    Émile Cioran (1911-1995)
    Vie et oeuvre (Un siècle d'écrivains, France 3) - Internet Archive
    Dossier consacré à Cioran (magazine Lire, mai 1995)
    The E.M. Cioran World Wide Web Site (site de David Lavery, Middle Tennessee State University, É.U.)
    Biobibliographie en allemand
    Biobibliographie en roumain
    Notice biographique (Online Ro. La Roumanie pour les amis)


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.