Kazan Elia

1909 -2003

Débuts

 

            Issu d’une famille Chrétienne d’Anatolie, Elia Kazan arrive aux Etats-Unis à l’âge de quatre ans. Cet enfant d’une minorité longtemps persécutée dans l’Empire Ottoman est élevé au sein de la communauté Grecque de New York. Diplômé du Williams College en 1930, il étudie l’Art dramatique à l’Université de Yale pendant deux ans. Il intègre ensuite le Groupe Theater de Lee Strasberg et de Harold Clurman, épicentre de la nouvelle scène New-Yorkaise. Il y est successivement accessoiriste, acteur et assistant. Son talent lui permet rapidement de diriger lui-même des pièces, œuvres prolétariennes dont les thématiques sociales entrent en résonance avec ses activités de militant du Parti Communiste. Les années suivantes marquent un tournant dans sa carrière. Le jeune Kazan quitte ainsi le P.C et part à Hollywood, après la fermeture du Groupe Theater. Il joue la comédie dans City for Conquest (1940) et Blues in the Night (1941), deux films d’Anatole Litvak. Au gré d’un bref retour à New York, il s’affirme comme l’un des metteurs en scène les plus brillants de Broadway. Cette renommée grandissante lui vaut de gagner la confiance de la Century Fox et de réaliser, en 1945, son premier long-métrage : Le lys de Brooklyn (A Tree Grows in Brooklyn).

 

Particularités

 

            En dépit de sa formidable réussite, Elia Kazan n’a jamais oublié ses origines modestes. Il a d’ailleurs raconté l’histoire dramatique de sa famille dans America America, bouleversante épopée d’un jeune Grec d’Anatolie en partance pour les rives paradisiaques du Nouveau Monde.

            Kazan, hélas, est resté dans les mémoires pour avoir livré au Comité McCarthy le nom de ses anciens camarades du Parti Communiste. Cet acte, aussi indigne fût-il, ne doit toutefois pas occulter un fait essentiel : l’auteur d’Un tramway nommé Désir (A Streetcar Named Desire), d’A l’Est d’Eden (East of Eden) et de La fièvre dans le sang (Splendor in the Grass) est l’un des artistes les plus talentueux que le théâtre et le Cinéma Américains aient jamais connus.

            Précisons que ce metteur en scène de génie a également laissé une œuvre d’écrivain. Il est ainsi l’auteur de plusieurs romans (Les assassins, Le monstre sacré, Actes d’amour, L’Anatolien) et d’une autobiographie intitulée Une vie. L’arrangement (The Arrangement), film en forme de réquisitoire contre l’American Way of Life, est d’ailleurs l’adaptation de l’un de ses ouvrages.

Articles





Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ