• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Sirk Douglas

    Introduction à l’œuvre de l’auteur

     

                Depuis sa naissance, à la fin du XVIIIè siècle, le « mélo » fait figure de parent pauvre du Drame. Douglas Sirk administre néanmoins la preuve que cette réputation est largement infondée. Le Mélodrame, explique-t-il dans une série de films admirables, est plus que pathos et violons déchirants. C’est avant tout un verre grossissant, qui fait apparaître les infamies que la Société s’ingénie à dissimuler. De All I Desire à Imitation of Life, l’Amérique fait les frais de cette éclatante réhabilitation. Sous la loupe implacable du plus mésestimé des genres cinématographiques, la première puissance de la planète montre ainsi son véritable visage. Elle se réduit soudain à une Nation égarée qui, à force de négliger les ressources prophétiques de la Nature, s’est condamnée à subir un long et douloureux déclin.

     

    Lire la suite de l'article...

    Biographie

    Débuts

     

                Né Hans Detlef Sierk dans l’Allemagne impériale de la fin du XIXè siècle, Douglas Sirk se consacre en premier lieu à ses études universitaires. Eclectique et brillant, il suit des cours de Droit, de Philosophie et enfin, d’Histoire de l’Art, sous la direction du grand Professeur Erwin Panofsky. Il s’oriente ensuite vers le Théâtre. A Brême, de 1923 à 1929 puis à Leipzig, de 1929 à 1933, il monte de nombreuses pièces. Ses préférences vont à Shakespeare, Schiller, Ibsen ou encore, Shaw. Son talent de metteur en scène lui permet de gagner Berlin et d’être engagé par la UFA. C’est avec le soutien de cette prestigieuse société de production qu’il réalise un premier court-métrage, en 1934 : Der Eingelbildete Kranke. Ses débuts dans le long-métrage ont lieu dès l’année suivante, avec April April, Das Mädchen Von Moorhof et Stützen Der Gesselschaft.

     

    Particularités

     

                Marié en secondes noces à une Juive, Douglas Sirk décida de quitter l’Allemagne Nazie en 1937. Il laissa derrière lui sa première femme, une fervente admiratrice du Führer et un fils, baptisé Klaus, qu’il ne revit jamais. Ce dernier devint une étoile du Cinéma Hitlérien. Malgré son jeune âge et sa notoriété, il fut envoyé sur le front de l’Est et mourut sous les balles de l’Armée Rouge en 1943. Sirk s’inspira de cette tragédie pour mettre en scène Le temps d’aimer et le temps de mourir (A Time to love and a Time to Die), récit poignant d’un amour brisé par la seconde guerre mondiale.

                Le réalisateur, Danois d’origine mais Allemand de culture, fit l’essentiel de sa carrière en exil. Après de brefs séjours en Afrique du Sud et aux Pays-Bas, où il signa Wilton’s Zoo (1938) et Boeffe (1939), il s’installa aux Etats-Unis. Hitler’s Madman (1943), son premier film Américain, a ceci de singulier qu’il relate la même histoire que Les bourreaux meurent aussi (Hangmen Also Die), chef d’œuvre que Fritz Lang consacra aux derniers jours du tyran de la Tchécoslovaquie occupée : Reinhard Heydrich. Ce travail, initié par un producteur qui ignorait que l’un de ses confrères finançait un projet identique, fut l’une des grandes réussites du Cinéma anti-Nazi. Il permit à Douglas Sirk de s’enraciner à Hollywood et de concevoir des longs-métrages dans les registres les plus divers (Western, Film historique, Comédie musicale…). Néanmoins, ce fut grâce au Mélodrame, genre dédaigné auquel il donna ses lettres de noblesse, que le cinéaste atteignit l’excellence et grava son nom dans les annales du Septième Art.

    Oeuvres

    Filmographie

    - Réalisateur

    - 1934 : Der Eingelbildete Kranke (court-métrage)

    - 1935: April, April

    - 1935: Das Mädchen Von Moorhof

    - 1935: Stützen Der Gesellschaft

    - 1936: La chanson du souvenir (Das Hofkonzert)

    - 1936 : La neuvième symphonie (Schluss-Akkord)

    - 1937 : Liebling Der Matrosen

    - 1937 : Die Heimat Ruft

    - 1937 : Paramatta, bagne de femmes (Zu Neuen Ufern)

    - 1937 : La Habanera

    - 1938 : Wilton’s Zoo

    - 1939 : Boeffe

    - 1943 : Hitler’s Madman

    - 1944 : L’aveu (Summer Storm)

    - 1946 : Scandale à Paris (A Scandal in Paris)

    - 1947 : Des filles disparaissent (Lured)

    - 1948 : L’homme aux lunettes d’écaille (Sleep, My Love)

    - 1949 : Slightly French

    - 1949 : Jenny, femme marquée (Shockproof)

    - 1950 : Le sous-marin mystérieux (Mystery Submarine)

    - 1951 : Tempête sur la colline (Thunder on the Hill)

    - 1951 : La première légion (The First Legion)

    - 1951 : The Lady Pays Off

    - 1951 : Week-end With Father

    - 1952 : No Room for the Groom

    - 1952 : Qui donc a vu ma belle ? (Has Anybody Seen My Gal ?)

    - 1952: Meet Me at the Fair

    - 1953: Take Me to Town

    - 1953: All I Desire

    - 1954: Taza, fils de Cochise (Taza, Son of Cochise)

    - 1954 : Le secret magnifique (Magnificent Obsession)

    - 1954 : Le signe du païen (Sign of the Pagan)

    - 1955 : Capitaine Mystère (Captain Lightfoot)

    - 1956 : Demain est un autre jour (There’s Always Tomorrow)

    - 1956 : Tout ce que le Ciel permet (All That Heaven Allows)

    - 1957 : Les ailes de l’espérance (Battle Hymn)

    - 1957 : Ecrit sur du vent (Written on the Wind)

    - 1957: Les amants de Salzbourg (Interlude)

    - 1958 : La ronde de l’aube (The Tarnished Angels)

    - 1958 : Le temps d’aimer et le temps de mourir (A Time to Love and a Time to Die)

    - 1959 : Mirage de la vie (Imitation of Life)

    - 1975 : Sprich Zu Mir Wie Der Regen (court-métrage)

    - 1977 : Sylvesternacht (court-métrage)

    - 1978 : Bourbon Street Blues (court-métrage)

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.