• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Décadence

    Définition

    On a l'habitude d'associer la décadence à la dégradation de moeurs. «Aux hommes de la fin du XIXe siècle, écrit Marguerite Yourcenar, la décadence romaine apparaissait sous l'aspect de patriciens couronnés de roses s'appuyant du coude sur des coussins ou de belles filles, ou encore, comme les a rêvés Verlaine, composant des acrostiches indolents en regardant passer les grands barbares blancs. Nous sommes mieux renseignés sur la manière dont une civilisation finit par finir. Ce n'est pas par des abus, des vices ou des crimes qui sont de tous les temps, et rien ne prouve que la cruauté d'Aurélien ait été pire que celle d'Octave, ou que la vénalité dans la Rome de Didius Julianus ait été plus grande que dans celle de Sylla.»

    Marguerite Yourcenar associe plutôt la décadence aux diverses formes de la démesure: gigantisme, gaspillage, enflure. «Les maux dont on meurt sont plus spécifiques, plus complexes, plus lents, parfois plus difficiles à découvrir ou à définir. Mais nous avons appris a découvrir ce gigantisme qui n'est que la contrefaçon malsaine d'une croissance, ce gaspillage qui fait croire a l'existence de richesses qu'on n'a déjà plus, cette pléthore si vite remplacée par la disette à la moindre crise, ces divertissements ménagés d'en haut, cette atmosphère d'inertie et de panique, d'autoritarisme et d'anarchie, ces réaffirmations pompeuses d'un grand passé au milieu de l'actuelle médiocrité et du présent désordre, ces réformes qui ne sont que des palliatifs et ces accès de vertu qui ne se manifestent que par des purges, ce goût du sensationnel qui finit par faire triompher la politique du pire, ces quelques hommes de génie mal secondés, perdus dans la foule des grossiers habiles, des fous violents, des honnêtes gens maladroits et des faibles sages. Le lecteur moderne est chez lui dans l'Histoire Auguste.» Marguerite Yourcenar, Mount Desert Island, 1958
    Source: "Les visages de l'Histoire dans l'Histoire Auguste", Paris, Gallimard, 1962

    Essentiel

    «Le processus de déclin des civilisations est d'une grande complexité et il plonge ses racines dans la plus totale obscurité. Bien entendu, on peut trouver après coup de multiples explications et rationalisations, sans parvenir à dissiper le sentiment d'un irrationnel agissant au coeur même de ce processus. Les acteurs d'une civilisation bien déterminée, des grandes masses aux grands décideurs, même s'ils prennent plus ou moins conscience du processus de déclin, semblent impuissants à arrêter la chute de leur civilisation. Une chose est certaine : un grand décalage entre les mentalités des acteurs et les nécessités internes de développement d'un type de société, accompagne toujours la chute d'une civilisation. Tout se passe comme si les connaissances et les savoirs qu'une civilisation ne cesse d'accumuler ne pouvaient être intégrées dans l'être intérieur de ceux qui composent cette civilisation. Or, après tout, c'est l'être humain qui se trouve ou devrait se trouver au centre de toute civilisation digne de ce nom. »

    Extrait de La transdisciplinarité-Manifeste, par Basarab Nicolescu, Éditions du Rocher, Monaco, 1996.

    Documentation

    Chaunu, Pierre. Histoire et décadence. Paris, Perrin, 1981.

    Freund, Julien. La décadence. Histoire sociologique et philosophique d'une catégorie de l'expérience humaine. Paris, Sirey, 1984.

    Mattéi, Jean-François. La barbarie intérieure. Essai sur l'immonde monderne. 3e éd. augm. Paris, PUF, 2001. Réédité en 2004.

    L'Esprit de décadence. Colloque de Nantes (21-24 avril 1976). 2 vol. Librairie Minard, 1980.

    Gibbon, Edward. The History of the Decline and Fall of the Roman Empire. Edité par Henry Hart Milman (format texte, CCEL) Volume I
    Volume II
    Volume III
    Volume IV
    Volume V
    Volume VI Décadence et capitalisme

    Fins de siècle, terme-évolution-révolution ?, Actes du congrès de la Société française de littérature générale et comparée (22-24 septembre 1987), Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 1989.

    Dubois, Jacques, "Entre nécessité et contingence : le roman décadent", Mimesis et Sémiosis, Littérature et représentation, Miscellanées offertes à Henri Mitterand, Nathan, 1992.

    Jourde, Pierre, L'Alcool du silence, Sur la décadence, Champion, 1994.

    Mitterand, Henri, "De l'écriture artiste au style décadent", dans Antoine, Gérald et Martin, Robert (dir.), Histoire de la langue française 1880-1914, Editions du CNRS, Armand Colin, 1985.

    de Palacio, Jean, Figures et formes de la décadence, Séguier, 1994.

    Peylet, Gérard, Les Evasions manquées ou les illusions de l'artifice dans la littérature "fin de siècle", Champion, 1986.

    Pierrot, Jean, L'Imaginaire décadent (1880-1890), PUF, 1977.

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Références
    Documents Associés
    Georges Bastide
    Morale
    Raccourcis
    Théorie de la décadence, par Paul Bourget

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.