• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Livingstone David

    Biographie

    Livingstone: pierre vivante! Rien ne définit mieux cet homme qui a survécu là où aucun autre être vivant, homme ou animal, à moins qu'il ne soit écossais, n'aurait survécu. Il avait la résistance de la pierre, sans toutefois en avoir la dureté comme le prouvent ses nombreuses interventions contre l'esclavagisme en Afrique.
    Dans son pays d'origine on le présente comme le plus grand explorateur écossais. Les Églises protestantes le présentent plutôt comme un missionnaire. Certes il aimait passionnément la nature et il s'est intéressé très tôt à la botanique, mais ce ne fut sûrement pas là le principal mobile qui l'a poussé vers la vie la plus dangereuse qu'on puisse imaginer. Et s'il n'avait été qu'un explorateur au service d'un pays ou d'une entreprise, il aurait sûrement imposé des limites plus visibles à sa détermination. Cet homme du XIXe était animé par un zèle missionnaire comparable à celui des premiers jésuites qui vinrent évangéliser les Indiens du Canada. Henry M. Stanley, celui qui partit à sa recherche et le rencontra près du Lac Tanganika en fut à ce point persuadé qu'il se fit lui-même missionnaire et continua son oeuvre.

    Levingstone commença à gagner sa vie à l'âge de dix ans en travaillant dans une usine de coton. À l'école du soir, de 20h à 22h. il apprit le latin avec une telle application qu'à seize ans il pouvait lire Horace. Il décica de devenir missionnaire à vingt ans. Il commença ensuite des études de médecine et de théologie à Glascow qu'il termina à Londres où il était devenu membre de la London Missionary Society.

    Dès ses premières années en sol africain, l'instinct de l'explorateur sembla reléguer au second plan la vocation missionnaire, si bien que peu avant son premier retour Londres il reçut la plus haute décoration de la Royal Geographical Society, la médaille d'or. Ses conversions n'avaient pas suscité la même admiration à la Missionnary Society. Et aujourd'hui la réputation de Livingstone tient surtout au fait qu'il fut le premier blanc, la premier homme peut-être à traverser l'Afrique d'Ouest en Est et que, chemin faisant, il a découvert les chutes Victoria et le fleuve Zambèse.

    Certains de ses biographes sont d'avis que la lutte contre l'esclavage fut la grande affaire de sa vie et le principe de son unité. Il pensait en effet que le commerce et la civilisation seraient les remèdes les plus efficaces contre l'esclavage, d'où sa volonté d'explorer le coeur du continent, d'en dresser la carte . Il se plaisait à répéter ce credo:«Tout ce que j'ai ou possède n'a de valeur à mes yeux que par rapport au royaume du Christ.»

    La rencontre de Stantey et Livingstone

    « Le docteur Livingstone, je présume?
    - Oui, répondit-il en soulevant sa casquette, et avec un bienveillant sourire.
    Nos têtes furent recouvertes, et nos mains se serrèrent.
    « Je remercie Dieu, repris je, de ce qu'il m'a permis de vous rencontrer.
    - Je suis heureux, dit-il, d'être ici pour vous recevoir. »
    Je me tournai ensuite vers les Arabes, qui m'adressaient leurs yambos, et que le docteur me présenta, chacun par son nom. Puis oubliant la foule, oubliant ceux qui avaient partagé mes périls, je suivis Livingstone.
    Il me fit entrer sous sa véranda - simple prolongation de la toiture - et m'invita de la main à prendre le siège dont son expérience du climat d'Afrique lui avait suggéré l'idée : un paillasson posé sur la banquette de terre qui représentait le divan ; une peau de chèvre sur le paillasson; et pour dossier, une autre peau de chèvre, clouée à la muraille, afin de se préserver du froid contact du pisé. Je protestai contre l'invitation ; mais il ne voulut pas céder ; et il fallut obéir.
    Nous étions assis tous les deux. Les Arabes se placèrent à notre gauche. En face de nous plus de mille indigènes se pressaient pour nous voir, et commentaient ce fait bizarre de deux hommes blancs se rencontrant à Oujiji, l'un arrivant du Manyéma, ou du couchant; l'autre de l'Ounyanyembé, ce qui était venir de l'est.
    L'entretien commença. Quelles furent nos paroles? Je déclare n'en rien savoir. Des questions réciproques, sans aucun doute.
    « Quel chemin avez-vous pris?
    - Où avez-vous été depuis vos dernières lettres? »
    Oui, ce fut notre début, je me le rappelle; mais je ne saurais dire ni mes réponses, ni les siennes; j'étais trop absorbé. Je me surprenais regardant cet homme merveilleux, le regardant fixement, l'étudiant et l'apprenant par coeur. Chacun des poils de sa barbe grise, chacune de ses rides, la pâleur de ses traits, son air fatigué, empreint d'un léger ennui, m'enseignaient ce que j'avais soif de connaître, depuis le jour où l'on m'avait dit de le retrouver. Que de choses dans ces muets témoignages, que d'intérêt dans cette lecture!
    Je l'écoutais en même temps. Ah ! si vous aviez pu le voir et l'entendre! Ses lèvres, qui n'ont jamais menti, me donnaient des détails. Je ne peux pas répéter ses paroles, j'étais trop ému pour les sténographier. Il avait tant de choses à dire qu'il commençait par la fin, oubliant qu'il avait à rendre compte de cinq ou six années. Mais le récit débordait, s'élargissant toujours, et devenait une merveilleuse histoire.
    Les Arabes se levèrent, comprenant, avec une délicatesse dont je leur sus gré, que nous avions besoin d'être seuls. Je leur envoyai Bombay pour leur dire les nouvelles, qui malheureusement les touchaient de trop près. Séid ben Médjid, l'un d'eux, était le père du vaillant Saoud, qui s'était battu à côté de moi à Zimbiso, et que les gens de Mirambo avaient tué le lendemain dans les bois de Vouilyankourou. Tous avaient des intérêts dans l'Ounyanyembé, tous y avaient des amis; ils devaient être impatients d'apprendre ce qui les concernait.»
    Source et suite


    Chronologie

    1813Le 19 mars, naissance à Blantyre, Lanarkshire, Écosse.
    1833Conversion où sa vocation de missionnaire lui est révélée
    1836Études de médecine et de théologie à Glasgow.
    1838En septembre, il est admis à la London Missionary Society.
    1840Le 20 novembre, il est ordonné missionnaire à la Albion St. Chapel.
    Le 8 décembre il s'embarque pour l'Afrique sur le H.M. Ship «George».
    1841Le 31 juillet, arrivée à Kuruman.
    1842Le 10 février: début de l'exploration du pays Bechuana.
    1843Août: arrêt à Mabotsa.
    1844Mariage avec Mary Moffat de Kuruman.
    1846Séjour en Chonuane en compagnie du chef Sechele.
    1847Départ vers Kolobeng.
    1848Le 1er octobre: baptême de Sechele, le premier converti.
    1849Le 1er août: découverte du lac Ngami..
    1850Don de la Royal Geographical Society : 25 guinées.
    1851Le 3 août: découverte du Haut Zambèse.
    1852Le 23 avril: Départ de Mme Livingstone et de ses enfants depuis Cape Town.
    1853Du 11 novembre au 31 mai 1854: voyage depuis Linyanti jusqu'à la côte Ouest.
    1854Médaille d'argent de la Société française de géographie.
    Retour à Linyanti.
    1855Du 3 novembre au 20 mai 1856: de Linyanti à Quilimane sur la côte Est.
    Médaille d'or de la
    Royal Geographical Society.
    1856Le 9 décembre: premier séjour au Royaume Uni.
    1858Le 10 mars: retour en Afrique avec Mme. Livingstone.
    1859Le 16 septembre: exploration de River Shire et découverte du lac Nyassa.
    1862Le 27 avril: Mort de Mme. Livingstone à Shupanga
    Exploration de la rivière Yovuma.
    1864Le 13 juin: arrivée à Bombay, le 23 juillet: arrivée à Londre
    1866Le 28 janvier: arrivée à Zanzibar
    1867avril: découverte du lac Tanganyika.
    186818 juillet: découverte du lac Bangweolo.
    1869Le 14 mars, arrivée à Ujiji.
    1871Le 29 mars, il parvient jusqu'à Nyangwe mais rentre à Ujiji le 23 octobre dans l'état d'un véritable «squelette ambulant».
    Le 28 octobre: rencontre de Henry M. Stanley.
    1872Médaille d'or de la Italian Geographical Society.
    1873Le 1er mai: mort de M. Livingstone, dans sa tente.
    1874Le 18 avril: Funérailles dans l'abbaye de Westminster, Londres.

    Oeuvres

    En anglais

    Missionary Travels and Researches in South Africa (Project Gutenberg)

    A Popular Account of Dr. Livingstone's Expedition to the Zambesi and Its Tributaries, and of the Discovery of Lakes Shirwa and Nyassa, 1858-1864 (Project Gutenberg)


    Traductions françaises

    Explorations à l'intérieur de l'Afrique australe et voyages à travers le continent, de Saint-Paul de Loanda à l'embouchure du Zambèse [sic], de 1840 à 1856. Traduit de l'anglais par Henriette Loreau. Paris, Librairie Hachette, 1859, 759 p.-[1] f. de front.-[27] f. de pl. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    L'Afrique australe, premiers voyages : 1840-1856. Traduction de Henriette Loreau. Paris, Lettres modernes, 1866, p. 33-64 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Explorations du Zambèze et de ses affluents et découverte des lacs Chiroua et Nyassa, 1858-1864, par David et Charles Livingstone. Traduit de l'anglais par Henriette Loreau. Paris, [s.n.], 1866, 580 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Dernier journal du docteur David Livingstone relatant ses explorations et découvertes de 1866 à 1873. Suivi du Récit de ses derniers moments rédigé d'après le rapport de ses fidèles serviteurs Choula et Souzi, par Horace Waller. Ouvrage traduit de l'anglais par Henriette Loreau. Paris, Hachette, 1876 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF) : Tome premier, VIII-394 p.-[1] f. de front.
    Tome second, 476 p. Le dernier journal de Livingstone : 1866-1873. Traduction de Henriette Loreau. Paris, Lettres modernes, 1875, 96 p. (Le Tour du monde. n °756-761, 1875 : [extrait]) - Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF

    Documentation

    Stanley, Henry Morton. Voyage à la recherche de Livingstone au centre de l'Afrique : 1871-1872. Texte abrégé et traduit par Henriette Loreau. Paris, Lettres modernes, 1873, 96 p. (paru auparavant dans Le Tour du monde, n °626-631, 1873) - Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF

    Chotard, Henry (1821-1904). Livingstone, Cameron, Stanley, Paris, P. Mouillot, 1879, 78 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Naissance
    19/03/1813, Blantyre, Lanararkshire
    Déces
    01/05/1873
    Documents Associés
    Henri M. Stanley
    Tanganika, Nil, Afrique, exploration, explorateur, Henri M. Stanley
    Raccourcis

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.