• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Caducée

    Définition

    « Attribut de certaines divinités qui, dans la mythologie gréco-romaine, ont pour fonctions de porter les messages et de dispenser les faveurs de l'Olympe, telles que la Paix, Iris et la Victoire et surtout Hermès-Mercure. Il semble à l'origine que le caducée n'ait été autre chose qu'une baguette terminée à l'extrémité supérieure par un renflement, et qui avait pour propriété de changer en or ce qu'elle touchait, c-à-d. une baguette magique. C'est dans ce sens qu’Hermès, dans les Hymnes homériques, porte le titre : à la baguette d'or. Dans l'épisode final de l'Odyssée, il chasse devant lui, vers l'Erèbe, avec cette même baguette, les prétendants tués par Ulysse ; elle a aussi pour propriété d'endormir, et, à ce titre, elle est l'attribut d'Hermes psychopompe.

    Symbole de la prospérité, elle est en même temps l'emblème de la paix. C'est alors un bâton d'olivier à trois branches, dont l'une sert de poignée (V. fig. 1 prise sur un vase peint), tandis que les deux autres se réunissent à l'extrémité. Comment ces deux branches se sont-elles changées en serpents s'enroulant au tour de la baguette et finalement ornés d'ailes qui s'adaptèrent à la tête de chacun d'eux, ainsi qu'on le voit dans la figure ci-contre (fig. 2)Peut-être est-ce en vertu de la légende qui raconta qu'avec sa baguette (première manière) Hermès sépare deux serpents. Plus probablement la légende est née du symbole lequel aurait surtout une raison artistique et décorative. Des archéologues ont voulu voir un attribut de Baal implanté d'Orient, mais rien ne justifie cette opinion. Aux temps historiques, le caducée, sous sa dernière forme, est surtout l'attribut de Mercure, dieu des marchands et des relations pacifiques; on le donne également aux hérauts chargés des négociations, même dans des représentations figurées, d'origine romaine. Cependant les Fétiaux ne sont jamais figurés qu'avec les sagmina traditionnels, quoi que, sur les plus anciennes monnaies de Rome, on voie déjà Mercure muni du caducée, et que le nom désignant ce symbole soit une traduction populaire et non savante du mot grec (krukeion).»


    © J. A. Hild, article «Caducée» de La grande encyclopédie: inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts, réalisée par une société de savants et de gens de lettres sous la dir. de MM. Berthelot, Hartwig Derenbourg, F.-Camille Dreyfus [et al.], Réimpression non datée de l'édition de 1885-1902. Paris, H. Lamirault, [191-?]. Tome septième, p.709

    Essentiel

    Les deux serpent

    «Parfois, le bâton représente l'axe de l'univers et les deux serpents, les forces contraires qui s'y agitent, l'organisation et la paix. Le caducée devient ainsi un symbole de ce qu'il ne faut pas confondre avec l'absence de forces négatives, mais qu'il faut plutôt voir comme un équilibre entre les forces contraires.

    Le caducée d'Hermès, que les émissaires portaient comme un signe d'intention pacifique, et auquel on ajoutait des bandelettes blanches pour qu'il soit vu de loin, est ainsi devenu l'ancêtre de notre drapeau blanc. Il ne signifie pas que la paix est faite mais que les forces sont telles qu'il y aurait matière à négocier, à organiser une entente.»

    Ginette Paris, «Le Caducée», Les Cahiers de l'Agora, no 1, automne 1987, p. 17.

    Documentation

    Le caducé faussement associé à la médecine?
    Voir (en anglais) : Caduceus vs Staff of Asclepius
    Walk Among Gods -The Symbols of Medicine
    ou encore "Friedlander, Walter J. The Golden Wand of Medicine: A History of the Caduceus Symbol in Medicine, New York, Greenwood, 1992
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Linguistique
    Difficultés
    On confond souvent le caducée avec le symbole de la médecine, attribut d'Asclépios: un seul serpent enroulé autour d'un bâton.
    Allemand
    Merkurstab
    Anglais
    Caduceus
    Espagnol
    Caduceo
    Documents Associés
    Ginette Paris
    Harmonie

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.