• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Banque mondiale

    Définition

    La Banque mondiale, qui compte actuellement 182 États membres, a été fondée en 1944 lors de la conférence de Bretton Woods sous le nom officiel de Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD). Le Groupe de la Banque mondiale comprend 5 institutions: la BIRD, l'Association internationale de développement (IDA), la Société financière internationale (SFI), l'Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) et le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI).

    La Banque mondiale est également un centre mondial de recherche sur les questions économiques, en particulier sur le développement dans les pays les plus pauvres. Elle publie plusieurs rapports annuels, y compris le Rapport sur le développement dans le monde, les Indicateurs du développement dans le monde ainsi que des centaines de communications, études et autres documents.

    Elle organise en outre des conférences, des séminaires et autres manifestations consacrées au développement et à l'économie.

    La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD)

    La BIRD accorde des prêts et une aide au développement aux pays en développement solvables à revenu intermédiaire. Elle ne cherche pas à réaliser le maximum de bénéfices, mais a obtenu un revenu net chaque année depuis 1948.

    Durant l'exercice 2000, la BIRD a prêté 10.9186 millions de dollars, la plus grande partie - environ un cinquième du total - étant consacré à la gestion du secteur public. En 2000, le montant de ses prêts a été inférieur de plus de moitié aux sommes qu'elle avait prêtées les deux années précédentes. En effet, ses prêts avaient alors atteint un niveau record en raison de l'aide qu'elle avait accordée aux pays touchés par une crise financière en 1997 et en 1998.

    Le montant de la quote-part d'un pays à la BIRD est fonction du poids de son économie dans l'économie mondiale. Les États-Unis ont la quote-part la plus importante, environ 17%, ce qui leur confère le pouvoir d'opposer leur veto à tout changement de l'assise financière de la banque et de ses statuts, étant donné que 85% des parts sont nécessaires pour opérer de tels changements. Cependant, pratiquement toutes les autres questions, y compris l'approbation des prêts, sont décidées à la majorité des voix exprimées par les représentants de tous les membres de la BIRD.

    L'Association internationale de développement (IDA)

    Créée en 1960, l'IDA est le guichet concessionnel du Groupe de la Banque mondiale. Elle accorde des prêts à long terme sans intérêt aux pays en développement les plus pauvres. Elle ne prête qu'aux pays dont le revenu par habitant était inférieur à 885 dollars en 1999. Actuellement, 78 pays peuvent obtenir des prêts de l'IDA. Ces pays comptent 2,3 milliards d'habitants, soit 53% de la population totale des pays en développement. À l'heure actuelle, 1,5 milliard de ces personnes ne disposent que de 2 dollars ou moins par jour pour vivre.

    Certains pays comme l'Inde et l'Indonésie peuvent prétendre à l'aide de l'IDA en raison de la faiblesse de leur revenu par habitant, mais ils sont suffisamment solvables pour pouvoir emprunter auprès de la BIRD. Au total, 23 pays qui recevaient précédemment une aide de l'IDA sont devenus assez prospères pour ne plus faire partie de cette catégorie. Parmi eux figurent le Chili, la Chine, le Costa Rica et l'Egypte.
    Les crédits de l'IDA sont remboursables sur 35 à 40 ans, avec une période de grâce de 10 ans pour le remboursement du principal. Ils ne portent pas intérêt, mais donnent lieu au paiement d'une modeste commission de service, actuellement de 0,75%, sur les montants décaissés.

    Depuis 1960, l'IDA a prêté 120 milliards de dollars à 106 pays. Elle prête en moyenne de 5 à 6 milliards de dollars par an pour différents types de projets de développement répondant principalement à des besoins fondamentaux tels que l'enseignement primaire, les services de santé de base, l'épuration de l'eau et l'assainissement. L'IDA finance également des projets visant à protéger l'environnement, à améliorer la situation des entreprises privées, à mettre en place l'infrastructure nécessaire et à soutenir les réformes en faveur de la libéralisation de l'économie.

    Une petite partie de l'aide de l'IDA est fournie sous forme de dons.

    L'IDA est financée par la reconstitution régulière de ses ressources. Lors de la douzième reconstitution, qui est la plus récente, la part des États-Unis a représenté 21% de l'ensemble des contributions.

    La Société financière internationale (SFI)

    La SFI a été créée en 1956 pour encourager la croissance du secteur privé dans les pays en développement. Elle le fait principalement en finançant des projets du secteur privé avec des capitaux à long terme sous forme de prises de participation et de prêts, en aidant les sociétés des pays en développement à obtenir des fonds sur les marchés financiers internationaux et en fournissant des conseils et une assistance technique aux entreprises et aux pouvoirs publics de ces pays.

    source: Les institutions financières internationales (La réforme des institutions financières internationales, Perspectives économiques - Revue électronique du département d'État des États-Unis, vol. 6, no 1, février 2001
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    27%
    Dons reçus (2016-2017): 5 355$
    Objectif (2016-2017): 20 000$


    Nous avons reçu 18 600$ lors de la campagne 2015-2016. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2016-2017, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.