• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Poésie

    Yves Allaire, le poète qui chemine

    Hélène Laberge

    Le poète nous fait pénétrer en nous-même tout en semblant se révéler lui-même. Non pas qu’il fasse semblant mais il ne révèle son âme qu’à travers l’ombre des mots sous la lumière de son inspiration.

    Yves Allaire a intitulé un récent recueil de poèmes : Égarer les ombres. Le titre intrigue. Sur la page couverture une sombre masse tombe en s’amenuisant et se bleuissant sur un fond mi rose, mi crème d’une grande douceur.
    Symbole des vers dans lesquels Yves enveloppe ses pensées, « ses alliances accrochées à un clou » ses souffrances, ses bénédictions:

    Prière
    Remous
    bénédiction
    le cœur meurtri
    d’ombres et d’angoisses
    aput nitu tshikutpatshitenimiuak
    j’entends l’appel des sous-bois.
    Les traces de l’animal noble
    orientent ma voie
    En paix
    Tamtam totem terre
    Tamtam totem terre
    Tamtam totem terre


    La poésie, je l’ai d’abord connue à travers la musique mise sur des mots.
    Aragon chanté par Brassens :

    Rien n’est jamais acquis à l’homme ni sa faiblesse, ni sa force
    Et quand il croit ouvrir ses bras son ombre est celle d’une croix
    Et quand il croit serrer son bonheur il le broie
    Sa vie est un étrange et douloureux divorce
    Il n’y a pas d’amour heureux.

    Au fil des lectures et surtout de notre siècle (et j’inclus le vingtième) j’ai dû quitter la musique des rimes et des rythmes pour la trépidation des vers actuels. Des poèmes courts et en apparence dénués de fil conducteur.

    Ce n’est pas le cas dans les écrits d’Yves Allaire chaque regroupement de mots mérite notre attention. Aucun n’est le fruit d’un caprice, d’un jeu. Il ne s’amuse jamais à provoquer notre étonnement ou notre sourire par des accouplements de mots discordants. Immergé dans la nature qui est sa mère, sa sœur, son père, (au fait n’a-t-il pas comme tant de nous du sang amérindien?) il évoque ses grands mouvements, - ses vents, ses forêts, ses vagues, toutes ces images de nos propres émotions :

    Guerrier de la onzième heure
    De croyances entêté
    Bardé de bravoure
    Dans le droit chemin
    Je me rends aveugle
    Au cortège des oiseaux noirs
    j’arpente
    mes mémoires
    risque la descente
    de grands rapides
    où naissent et meurent
    mes odyssées.


    Le poète, le vrai, peut évoquer toute la misère humaine. Condamné à mort, François Villon nous a suppliés de partager sa propre misère :

    « Frères humains qui après nous vivez
    n’ayez les cœurs contre nous endurcis
    car, si pitié de nous pauvres avez,
    Dieu en aura plus tôt de vous merci
    Dieu en aura plus tost de vous merci».


    Le malheur, Dieu merci, n’imprègne pas chaque moment de notre existence, laquelle est entrelacée d’éclats de vie heureuse, joyeuse, de projets, de désirs exaucés, «amour, amour quand tu nous tiens on peut bien dire adieu tristesse».

     

    … plonger en un fleuve érotique
    Et rejoindre l’autre rive
    appétence au même lit
    portés par un courant de fond
    à vaincre tous les océans
    l’homme sillonne le jour
    la femme la nuit
    elle sait mourir
    il sait braver


    Maisil supporte héla aussi des cassures plus douloureuses que des ruptures :

    Femme
    De douleur prisonnière
    Dans ton palais de janvier
    Tu t’aventures sur une glace mince
    Téméraire immortelle
    Devant la mort
    Un manque infini
    d’écho
    pour dire l’absence
    Tu n’as jamais compris
    Tes cassures


    On me pardonnera de terminer cette trop courte recension par ce poème de Marcel Dubé par quoi Yves Allaire nous ouvre son premier horizon poétique : le poète est un penseur et le penseur un sceptique… et peut-être un croyant qui doute.
    J’écris pour que mon amour

    Ressemble à un conte
    Et mon existence à un doute
    Et qu’on ne sache plus
    Si vraiment j’ai vécu
    Et si t m’as aimé
    Ou si tu n’es que le profil
    Intouchable
    De ma propre fiction




     

     

    Date de création : 2017-12-20 | Date de modification : 2017-12-20
    Informations
    L'auteur

    Hélène Laberge
    Documents associés
    Bernard Courteau
    Culture, francité, poème, Nelligan, Beauchemin, St-Denys Garneau, écriture, rythme
    Aristote
    Poésie, imitation, comédie, origines de la tragédie et de la comédie, Homère, Eschyle, Sophocle
    Hélène Laberge
    Heinz Weinmann
    Aristote
    Poésie, imitation, comédie, origines de la tragédie et de la comédie, Homère, Eschyle, Sophocle
    Jacques Dufresne
    Hélène Laberge
    Verlaine, Lamartine, Valéry
    Jacques Dufresne
    Poésie, Italie, Immigrants, lumière, mort, présent
    Aristote
    Poésie, imitation, tragédie, épopée, Homère, Eschyle, Sophocle

    0%
    Dons reçus (2018-2019):0$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.