• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Assimilation

    Pour une planification en vue de l’assimilation des Canadiens français

    Franklin Delano Roosevelt

    Pièce fascinante tirée d’une correspondance confidentielle entre les deux chefs de gouvernements des États anglo-saxons de l’Amérique du Nord. Cette connivence, qui permet à Roosevelt de livrer le fond de sa pensée, on pourrait presque la désigner par l’expression « solidarité de race ». Ce qui frappe, de prime abord, dans cette lettre, c’est la candeur avec laquelle sont abordées des questions qui sont au fond fort sérieuses. On comprend mal, toutefois, l’urgence qu’il y aurait à assimiler les Canadiens français puisque, selon les mots mêmes du président américain, ceux-ci seront « d’ici deux générations (…) complètement américanisés ». On retrouve aussi là une certaine manière de faire anglo-saxonne, qui privilégie le secret, la discrétion, sans que les choses ne soient jamais écrites ni surtout rendues publiques. C’était aussi, on le notera, la manière de procéder des autorités de l’université McGill, lors de l’instauration des tristement célèbres quotas relatifs aux étudiants juifs. Il semble que le premier ministre canadien n’ait pas répondu à la missive de son homologue américain. 

    Le président Roosevelt (assis), serrant la main au ministre anglais Anthony Eden. A sa droite, debout, le premier ministre canadien Mackenzie King. Photo prise lors de la Conférence de Québec, en août 1943

     

    «Lorsque j’étais enfant pendant les années 1890, je voyais beaucoup de Canadiens français qui avaient assez récemment emménagé dans la région de New Bedford (Massachusetts) et près de l’ancienne résidence Delano à Fair Haven. Ils n’avaient vraiment pas l’air à leur place dans ce qui était encore une vieille communauté de la Nouvelle-Angleterre. Ils se regroupaient eux-mêmes dans les villes ouvrières et se mêlaient très peu à leurs voisins. Je me souviens que la vieille génération secouait la tête en disant: ‘Voilà un nouvel élément qui ne s’assimilera jamais. Nous assimilons les Irlandais mais ces gens du Québec ne veulent même pas parler anglais. Leurs corps sont ici mais leurs coeurs et leurs esprits sont au Québec.’

    Aujourd’hui, quarante ou cinquante ans plus tard, la souche canadienne-française du Maine, du New Hampshire, du Massachusetts et du Rhode Island commence enfin à s’intégrer dans le melting-pot américain. Ils ne votent plus selon les instructions de leurs églises ou de leurs clubs. Ils épousent des gens de la souche d’origine, l’anglo-saxonne; ce sont de bons et paisibles citoyens et la plupart parlent anglais à la maison.

    À vue de nez, je dirais que d’ici deux générations ils seront complètement américanisés et commenceront à essaimer dans les États du Midwest, du Centre et de l’Ouest.

    Tout cela m’amène à me demander si le Canada et les États-Unis, tendant ensemble vers un but commun, ne pourraient pas établir une sorte de planification - qui n’aurait pas besoin d’être écrite, ni même rendue publique - qui nous permettrait d’atteindre plus rapidement notre objectif d’assimiler les Canadiens français de la Nouvelle-Angleterre et les Canadiens français du Canada dans l’ensemble de nos sociétés respectives. On peut, bien sûr, procéder de plusieurs façons, selon les circonstances locales. On pourrait peut-être leur faire miroiter de meilleures chances de réussite dans d’autres régions du Canada et des USA, et, en même temps, offrir plus d’occasions aux non-Canadiens de se mêler davantage à l’autre groupe ethnique dans ses propres communautés.

    Autrement dit, après presque deux cents ans passés avec vous et après soixante-quinze ans avec nous, il n’y a, semble-t-il, aucune raison valable pour que subsistent de grandes différences entre cette population d’origine canadienne-française et celle des autres souches raciales.»

    Extrait d’un lettre du président américain Franklin Delano Roosevelt au premier ministre canadien William L. Mackenzie King, 18 mai 1942. Source : Jean-François Lisée, Dans l’œil de l’aigle. Washington face au Québec, Boréal, 1991, p. 22-23. Traduction proposée par l’auteur. 

    Date de création : 2013-10-08 | Date de modification : 2013-10-09
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Franklin Delano Roosevelt
    Au moment de la rédaction de cette lettre, l'auteur était président des États-Unis. 

    2%
    Dons reçus (2017-2018): 509$
    Objectif (2017-2018): 25 000$


    Nous avons reçu près de 22 000$ lors de la campagne 2016-2017. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2017-2018, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.