Portrait de Jacques Dufresne par l'historien Philippe Ariès

Philippe Ariès

Source : Philippe Ariès, Un historien du dimanche, entretien avec Michel Winock, Éditions du Seuil, Paris, 1980.

Plus récemment, j'ai été introduit au Québec, par un garçon assez étonnant, Jacques Dufresne, qui anime la revue Critères, la seule revue intellectuelle vivante du Québec, faite par des professeurs de collèges, l'équivalent à peu près de nos maîtres-¬assistants. Je suis allé chez lui,, dans la maison de bois qu'il a construite en partie de ses mains, dans les cantons de l'Est, comme les pionniers; un homme de la nature, en même temps qu'un philosophe, auteur d'une thèse sur Simone Weil. Si vous me demandiez aujourd'hui la personne la plus proche de mon modèle familial du traditionaliste français, je vous citerais ce Québécois.

M.W. Pour quelle raison?

PH.A. Parce que, justement, il ne s'agit pas d'une filiation intellectuelle, ou idéologique. Certes, il est aussi catholique de tradition, mais comme souvent, au Québec, maintenant, il a pris ses distances avec l'Église. Il n'a rien non plus à voir avec nos querelles rancies du XIXe siècle, que nous traînons comme des entraves. Il a toutefois, du premier coup, repéré chez nous, en France, ce qu'il y a de plus authentique, de plus vrai dans notre culture traditionnelle : Gustave Thibon. Préparant sa thèse sur Simone Weil, il a fait sa connaissance. Vous vous le rappelez, Gustave Thibon avait abrité Simone Weil pendant l'Occupation : une grande amitié s'était établie entre eux, et c'est lui, Gustave Thibon, qui a fait connaître Simone Weil, en publiant après sa mort, la Pesanteur et la Grâce, une anthologie de ses textes. Il s'est effacé ensuite, avec la discrétion du gentilhomme qu'il est. Dufresne a gardé une amitié filiale pour ce gentilhomme campagnard et humaniste. Il sort toutes ses griffes qu'il a coupantes , chaque fois que Gustave Thibon est si peu que ce soit mis en boîte. Je trouve pleine de sens cette rencontre imprévisible du fils des paysans de la Nouvelle France et du vigneron philosophe méridional.

M.W. Pouvez vous préciser? Car il s'agit tout de même là d'idées.

PH.A. Non, plus de sensibilité que d'idées. Dufresne n'a pas les idées d'un réactionnaire français. Il est trop américain du Nord pour cela. Il tient tête aux taureaux, comme un cow boy dans le Far West! La modernité l'attire. Il y a quelques mois, il m'invitait à dîner à Montréal avec un curieux personnage qui lui avait tapé dans l’œil : un Belge de passage qui se piquait de faire trois cents kilomètres ventre à terre, pour voir ou entendre quelque chose de nouveau. L'enthousiasme a diminué pendant le dîner, auquel participait un jeune sociologue, apparenté au groupe Recherches, qui n'avait rien, mais rien de réactionnaire, et qui était, pourtant, lui aussi, exaspéré. Les lignes de force se dessi¬naient, c'était très amusant. Je garde le souvenir de cette soirée de Montréal où s'établissait une complicité entre un Américain de la Nouvelle France, un réactionnaire maurrassien, et, com¬ment dirais je sans trop le trahir, un voyageur sans bagage,en face de ce charmant et ridicule naïf. Je trouve significatives ces rencontres d'un moment : elles disent plus que bien des discours. J'aime chez Dufresne, et d'autres Québécois que j'ai connus, les épousailles d'une sensibilité archaïque et d'un genre de vie résolument moderne.


«

À lire également du même auteur

Apprivoiser la mort
On a dit de Philippe Ariès qu'il fut le Darwin de la mort. Il a en effet décrit la façon dont ell




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ