Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Mémoires d'un monastère

Hélène Laberge

Chères sœurs augustines, c’est donc seulement maintenant, après plus de trois siècles de vie monastique en Amérique (1639) et au moment où vous devez abandonner un lieu inspiré que des témoins actuels ont choisi de révéler votre passé dans les Mémoires d’un monastère qui comprennent aussi les regards sur votre quotidien.

Denis Robitaille, grâces lui en soient rendues, a pu vous connaître en vivant dans votre entourage pendant plusieurs années. Et il en est résulté ce livre où votre spiritualité et vos œuvres sont magnifiquement présentées dans des photographies de Pierre Bernier et Claire Dufour qu’on contemple et des présentations de Denis Robitaille qu’on médite. Ce dernier ayant choisi et ordonné des photos d’une lumière et d’un cadre souvent dignes de tableaux d’un Rembrandt ou d’un Vermeer.

Un livre d’art dont les regards des auteurs sont à la hauteur des êtres et des choses vus; car il ne s’agit pas ici d’un reportage mais d’une œuvre qui transcende constamment la réalité observée; on reçoit comme un éclair miraculeux certaines photos. Je pense en particulier à celle d’une Augustine en prière reflet de « la beauté de la présence de l’âme» (p. 159), ou à cette autre (p. 156) illustrée par la pensée d’Augustin : «Cherchons comme cherchent ceux qui doivent trouver et trouvons comme trouvent ceux qui doivent chercher encore », ou encore à tel regard (p. 142) au-delà de tout commentaire. Vermeer  n’aurait-il pas peint cette femme voilée penchée sur des fleurs printanières dans l’éclat de son voile blanc (p.126)? Mais quel peintre pourrait rendre les dentelles de givre entrevues sur une fenêtre des combles du monastère? (p.100)

Les auteurs de ce chef-d’œuvre (au sens premier de ce mot), on ne peut s’empêcher de penser que ce sont les religieuses elles-mêmes. Leur vie contemplative, depuis les origines, greffée sur leur travail d’hospitalières, ce livre ne la décrit  pas, il la révèle.

Note
1.Les Éditions GID. 2015. 7460 boulevard Wilfrid-Hamel, Québec, (Québec) Canada G2G 1C1 Distribution Filigrane inc. (même adresse) Tél. :418 877-3666 Sans frais : 1 855 822-3666

Distribution filigrane@leseditionsgid.com

Cette publication a été rendue possible grâce à l’entente financière de l’Entente de développement culturel de Québec et des Augustines du monastère de l’Hôtel-Dieu de Québec.

À lire également du même auteur

Vin
Extrait d'un article sur l'histoire de la nourriture cité ailleurs sur ce site.

L'art naïf ou les couleurs de la vie
« En matière d'art, l'érudition est une sorte de défaite : elle &

Jean-Pierre Parra, médecin poète
Dans cet «état de veille permanent», qui devrait être la définition

«L'art presque perdu de ne rien faire» de Dany Laferrière. Commentaire d'Hélène Laberge
De la recherche du temps perdu à l’art presque perdu de ne rien faire, un abîme?

Jean-Paul Desbiens, penseur incarné
Comme le thème de cette Lettre de l'Agora nous invitait à le faire nous avons voulu évoquer la vi