Dernières modifications

    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Max Scheler

    Le pseudo «bien universel»

    Max Scheler
    Remplaçons le mot Angleterre par États-Unis et les termes «beatus possidens» par «pax americana» et on verra le parallèle à faire avec la politique américaine de nos jours!
    Cette idée du «bien universel», nous l'entendons souvent émise, non pas chez les hommes d'État allemands, français et italiens, mais chez les hommes d'État et les théoriciens anglais. Trois raisons à cela: premièrement, c'est un principe séculaire de la politique anglaise d'affirmer que l'intérêt de l'Angleterre se confond avec l'intérêt du monde entier; deuxièmement, cette attitude est commandée par le caractère international de l'Empire, par le pacifisme du «beatus possidens» [notre traduction: le possédant heureux]; et troisièmement, c'est là la théorie du libéralisme et des libre-échangistes. Cette idée du bien universel est fausse en soi; elle n'est que l'idéologie politique propre à l'Angleterre.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    Max Scheler
    Philosophe allemand (1874-1928), disciple de Husserl.
    Mots-clés
    Impérialisme, libre-échange, néo-libéralisme
    Extrait
    «C'est un principe séculaire de la politique anglaise d'affirmer que l'intérêt de l'Angleterre se confond avec l'intérêt du monde entier.»


    Dons reçus (2019-2020):6100$
    Objectif: 25 000$


    Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2019-2020, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.




    TEST C