• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Vachon Lucien

    Lucien Vachon, aumônier des étudiants

    Catherine Labrecque

    Engagé en 1955 comme aumônier général des étudiants, Lucien Vachon quittera ses fonctions cinq ans plus tard, après avoir vécu ce qu'il dit faire partie des plus belles années de sa carrière universitaire. Il aura été complice des étudiants, entendu maintes confidences concernant des histoires d'amour, partagé des questionnements sur l'avenir et marié plusieurs couples d'étudiants dans leurs villes et villages. Ce contact lui aura permis de se rapprocher de cette génération devant laquelle il dit être toujours en adoration.

    Messe à 3 h

    Les tâches d'aumônier de Lucien Vachon incluaient des cours de déontologie professionnelle. «Je tentais de montrer aux étudiants les principes d'éthique auxquels chaque profession doit se conformer. Je faisais la navette entre les facultés de commerce, de droit, de sciences et l'École normale. L'archevêque Georges Cabana m'a permis d'avoir une automobile, ce qui était exceptionnel à cette époque où le défendu l'emportait sur le permis. Mon salaire de 30 $ par mois protégeait, sinon la foi, du moins les mœurs. Situé au Séminaire Saint-Charles-Borromée, mon bureau était ouvert jour et nuit pour les étudiants. La nuit, ils y préparaient leurs mauvais coups! Ils y ont entre autres mijoté leur projet d'arracher la pancarte sur la façade du Petit Séminaire, ce qu'ils ont fait, avant de la jeter dans la rivière Magog.»

    Dans les années 1960, le campus a possédé successivement trois chapelles situées à la Faculté des sciences, au pavillon J-S-Bourque et à la Maison des étudiants. L'aumônier n'avait pas la permission d'effectuer des mariages sur le campus. Par contre, plusieurs messes s'y sont tenues. «Après le bal donné en l'honneur de la nouvelle reine de l'Université, il m'arrivait, à la demande des étudiants, d'animer une messe, devant des étudiants en tenue de soirée!» L'archevêque Cabana étant assez strict, il voulait que des photos soient prises lors de ces soirées dansantes. «Il remettait ces photos au recteur Pinard, qui me demandait, sans aucune conviction, d'identifier les étudiants sur la piste de danse. Même si je les connaissais presque tous, je ne reconnaissais personne sur les photos!»

    Première cohorte

    Après cinq années en tant qu'aumônier complice des étudiants, Lucien Vachon s'est consacré à la fondation de la Faculté canonique de théologie. «Dans le contexte de l'époque, ce projet de fondation relevait de l'utopie. En effet, Sherbrooke possédait un faible bassin de population, les églises se vidaient tranquillement et les étudiants clercs étaient gardés bien au chaud dans leurs grands séminaires.» Tout de même, en 1964-1965, Lucien Vachon a fait le tour du Québec dans une séance de recrutement intensif pour remplir les classes.

    Sa technique de recrutement semblait bien fonctionner. Il la dévoile, mi-blagueur, mi-sérieux : «J'étais bon vendeur! En arrivant dans une communauté religieuse, je m'adressais à la responsable mère générale. Je lui disais que je fondais la Faculté de théologie de l'Université de Sherbrooke et que cette faculté allait devenir rapidement la meilleure. Après un silence, je reprenais la parole : est-ce que je vous ai dit que la Faculté allait devenir rapidement la meilleure? Je revenais toujours à cet élément. Une faculté neuve, c'est toujours attirant! Je demandais à la responsable si elle pensait à quelques religieuses potentiellement intéressées. Si oui, je les rencontrais pour leur répéter ma salade. Ça a fonctionné! À mon grand bonheur, j'ai recruté 27 étudiants.»

    Lucien Vachon a été à la tête de cette faculté de 1964 à 1977, puis de celle d'éducation de 1979 à 1981. «En 1985, alors qu'une fermeture guettait la Faculté de théologie, j'y suis retourné pour deux mandats consécutifs. Dans ma carrière, cela totalise sept mandats de doyen, répartis sur 23 ans.»

    Source

    Catherine Labrecque, « Lucien Vachon, l'aumônier fondateur », Sommets, vol. XVII, no 2, printemps-été 2004

    Date de création : 2017-03-22 | Date de modification : 2017-03-24
    Informations
    L'auteur

    Catherine Labrecque
    Documents associés

    10%
    Dons reçus (2017-2018): 2 396$
    Objectif (2017-2018): 25 000$


    Nous avons reçu près de 22 000$ lors de la campagne 2016-2017. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2017-2018, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.