• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Reproduction

    Le commerce des enfants

    Christian Rioux

    Cet article a d'abord paru le 6 avril 2018 dans Le Devoir. Nous le reproduisons ici avec l'autorisation de l'auteur.

    Gagner la bataille des mots, c’est déjà gagner la guerre. Ainsi, certaines expressions s’immiscent-elles insidieusement dans notre vocabulaire, par mimétisme, sans qu’on en ait conscience. Et voilà qu’un beau matin, on découvre qu’elles n’étaient qu’un cheval de Troie.
    Il en va ainsi de ce qu’on nomme avec l’apparente froideur d’un entomologiste la « gestation pour autrui » (GPA). Remarquez d’abord le mot « gestation » qui, nous dit l’encyclopédie, s’applique indifféremment à toutes les femelles vivipares, mammifères et reptiles compris. Tout cela pour désigner l’acte suprême et mystérieux qui consiste à faire un enfant.

    Remarquez ensuite ce « pour autrui » qui, malgré ses reflets altruistes, laisse penser que cette vie, jusqu’ici considérée comme le plus grand des dons, pourrait avoir un autre destinataire que l’enfant lui-même. Comme si cette vie ne lui appartenait déjà plus en propre.

    Cette déshumanisation de la mère et de l’enfant n’est pas un hasard. Le philosophe Victor Klemperer comparait la novlangue du IIIe Reich à de « minuscules doses d’arsenic » dont l’effet toxique ne se faisait sentir qu’avec le temps. Avant de s’en prendre à un plus faible, mieux vaut dissimuler son humanité. À plus forte raison s’il s’agit de s’attaquer à ce qui fut jusque-là considéré comme la plus sacrée des activités humaines, donner la vie.

    À Ottawa, où la GPA a été autorisée en 2004 en promettant qu’elle ne serait pas rémunérée, on songe maintenant à permettre la rémunération des « mères porteuses » (autre euphémisme). Comme aux États-Unis, où faire un enfant est devenu une activité commerciale comme une autre. C’est ce que le généticien Jacques Testart appelle la stratégie « des petits pas ». N’ayez crainte, on y viendra !
    En France, où toute GPA est interdite, la controverse fait rage à l’occasion des États généraux de la bioéthique. Si sa légalisation n’est pas formellement proposée, elle est sous-jacente à la plupart des débats en cours. En janvier, 110 personnalités exigeaient la reconnaissance de la filiation des enfants nés par GPA à l’étranger et l’ouverture d’un débat sur sa légalisation. À l’opposé, un collectif mené par la philosophe Sylviane Agacinski réclamait l’interdiction de ce « marché procréatif mondialisé en pleine expansion ». La lettre était notamment signée par Diane Guilbault, présidente du groupe Pour les droits des femmes du Québec.

    Les signataires s’étonnent avec raison qu’à une époque où l’on s’insurge contre toutes les violences faites aux femmes, on songe à légaliser une activité qui consiste ni plus ni moins qu’à « louer la vie d’une femme, jour et nuit, pendant neuf mois ». Pour eux, la GPA (rémunérée ou pas) n’est qu’une façon de mettre le doigt dans l’engrenage d’un gigantesque marché procréatif qui va de la vente de sperme à celle des ovocytes en passant par l’exploitation des plus démunies. Et ce n’est pas parce que certaines acceptent leur propre marchandisation, disent-ils, que celle-ci devrait être permise.

    Mais ne faut-il pas aussi s’étonner qu’à un moment où l’enfant n’a jamais été aussi idolâtré et où l’on découvre toute la complexité de la vie intra-utérine, on accepte de fabriquer des orphelins en série ? Car c’est bien de cela qu’il s’agit. En Occident, la perte d’un père ou d’une mère a toujours été un accident lié aux aléas de la vie. Elle pourrait dorénavant être organisée à l’échelle industrielle.

    Ce qui étonne toujours le plus, c’est la légèreté avec laquelle on discute de ces questions. Comme si le principe de précaution ne s’appliquait qu’à l’environnement. On voit déjà des milliers d’enfants conçus à l’aide des banques de sperme tenter désespérément de retrouver leur géniteur. On connaît des vieillards de 70 ans à la recherche de la sépulture d’un père qu’ils n’ont jamais connu. Verra-t-on demain des millions d’enfants chercher leur mère biologique ? L’enracinement est « le besoin le plus important et le plus méconnu de l’âme humaine », disait la philosophe Simone Veil. Mais on préfère ne pas l’entendre.

    Comment imaginer de plus ce que seront les rapports au sein de ces familles pour qui la vie n’aura pas été le fruit d’un don mais d’une transaction ? Verra-t-on des enfants demander à quel prix on les a marchandés ? Exigeront-ils de lire le contrat ? Seront-ils quittes de leurs devoirs filiaux sur simple remboursement des parents ? « Familles je vous hais. » La formule d’André Gide a de l’avenir.
    Les enfants de naguère qui étaient rejetés par leur mère pouvaient au moins compter sur l’État. Les voilà livrés sans défense au marché. On croyait qu’en démocratie la liberté des uns s’arrêtait là où commençait l’oppression des autres. La liberté étant devenue folle, le « droit à l’enfant » devrait dorénavant primer l’exploitation du corps des femmes et la marchandisation de l’enfant.

    Peu de sujets illustrent avec autant d’évidence la barbarie dont est capable la modernité. Car, contrairement à ce que l’on se plaît à croire, la barbarie est loin d’être une histoire ancienne.

    Date de création : 2018-04-15 | Date de modification : 2018-05-12
    Informations
    L'auteur

    Christian Rioux
    Christian Rioux s’intéresse depuis 30 ans aux questions politiques et culturelles qui déchirent l’Europe, l’Amérique et la francophonie. Correspondant du Devoir à Paris depuis 1995, il a aussi écrit pour L’actualité, Le Monde, Libération, La Croix, Courrier international et le journal espagnol La Vanguardia. Lauréat des prix Olivar-Asselin, Judith-Jasmin, Jules-Fournier et d’une Plume d’or (Paris), il a été boursier Nieman à l’Université Harvard et a publié Voyage à l'intérieur des petites nations (2000), Carnets d’Amérique (2005) et Les années temporaires (2002). Membre associé de la Chaire Raoul-Dandurand de l’UQAM, il a également été président de l’Académie des lumières à Paris.
    Mots-clés
    Novlangue,barbarie, gestation, reproduction, mère porteuse
    Extrait
    (Usage de l'expression gestation pour autrui, GPA. )Cette déshumanisation  de la mère et de l’enfant n’est pas un hasard. Le philosophe Victor Klemperer comparait la novlangue du IIIe Reich à de « minuscules doses d’arsenic » dont l’effet toxique ne se faisait sentir qu’avec le temps. Avant de s’en prendre à un plus faible, mieux vaut dissimuler son humanité. À plus forte raison s’il s’agit de s’attaquer à ce qui fut jusque-là considéré comme la plus sacrée des activités humaines, donner la vie.
    Documents associés
    Josette Lanteigne
    Banques de sperme, biotechnologie, eugénisme, clonage
    Louise Vandelac
    Hélène Laberge
    Eugénisme négatif, eugénisme positif, Indignation, DPI, Diagnosnostic préimplantatoire
    Jacques Dufresne
    Désir de l'enfant
    Stéphane Mallarmé
    Les hasards du lit
    Jacques Dufresne
    Reproduction humaine
    Jacques Dufresne

    2%
    Dons reçus (2018-2019):609$
    Objectif (2018-2019): 20 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.