• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Bauman Zygmunt

    La société est devenue liquide

    Simon Langlois

     

    Le sociologue d’origine polonaise Zygmunt Bauman a eu une sorte de trait de génie en soutenant que les sociétés avancées étaient devenues «liquides». À première vue, cette notion de liquidité ne fait pas très scientifique et détonne dans le paysage de la sociologie, puisqu’elle fait partie du vocabulaire de la physique et paraît bien éloignée des sciences sociales. Pourtant, le sociologue a mis le doigt sur une réalité typique de notre temps.

    La société liquide
    Zygmunt Bauman propose le concept de société liquide pour nommer ce que d’autres appellent «société postmoderne». Nos sociétés sont en effet caractérisées par la diversité des populations, la précarité des statuts sociaux d’une partie de la population, la mouvance des unions conjugales, la mobilité sociale et la mobilité géographique, autant de caractéristiques que M. Bauman associe à la société liquide. «Une société « moderne liquide » est celle où les conditions dans lesquelles ses membres agissent changent en moins de temps qu’il n’en faut aux modes d’action pour se figer en habitudes et routines», avance-t-il dans son livre La vie liquide1.

    Il poursuit: «La vie liquide est une succession de nouveaux départs» liés à la vie amoureuse, aux études, à la carrière, au milieu de vie, au type de logement, sans oublier à la consommation marchande.

    Consommation éphémère
    La société de consommation est la sphère par excellence de la société liquide au sens de Bauman: «La vie liquide est une vie de consommation. Elle traite le monde et tous ses fragments animés et inanimés comme autant d’objets de consommation, c’est-à-dire des objets qui perdent leur utilité (…) pendant qu’on les utilise.»

    Plusieurs éléments expliquent le rôle central joué par la consommation marchande. Celle-ci est omniprésente dans nos vies quotidiennes: voitures, équipements électroniques, maisons confortables (sauf pour les plus démunis), voyages et vacances à l’étranger à bas prix, nourriture industrielle et transformée, etc. La variété des possibles en consommation favorise l’éclatement des modes de vie en types différenciés.

    L’attrait de la nouveauté emporte l’adhésion dans la consommation des objets. Le design ou les injonctions de la mode contribuent au renouvellement de l’offre. Le marketing et la publicité, sans oublier les stratégies agressives de mise en marché, en sont les mécanismes bien connus.

    Ce n’est pas seulement la mode ou le design qui incitent au changement et au renouvellement, mais aussi de réelles améliorations techniques qui nous amènent à reléguer aux oubliettes une multitude de produits électroniques après quelques années d’usage. Les progrès techniques et les performances améliorées des objets rendent par ailleurs obsolètes ceux d’hier, pourtant encore fonctionnels. Tout est fait pour nous convaincre que les dernières innovations sont essentielles, même si ce n’est pas toujours le cas. J’ai un appareil Iphone 4 qui satisfait amplement mes besoins de communication et je ne sens pas la nécessité d’acheter les versions améliorées 5 ou même 6, bien qu’elles offrent de nouvelles fonctionnalités sophistiquées dont je ne vois pas encore l’utilité.

    La société des individus
    La société liquide d’aujourd’hui s’oppose à la société solide d’autrefois, celle des systèmes de classes sociales rigides et relativement étanches, celle de l’autorité de l’homme, celle du pouvoir du patron ou du propriétaire, celle de l’autorité étatique difficilement contestée. Les relations de pouvoir existent encore, mais elles sont davantage encadrées, avec des contre-pouvoirs plus étendus tels que les chartes des droits de la personne, le recours aux ombudsmans, les enquêtes des médias, etc.

    L’individu est devenu la principale référence, dans la société liquide, ce qui implique la valorisation de l’autonomie et de la liberté: liberté de mœurs, liberté de mettre fin aux relations sociales contraignantes, liberté d’affirmer des valeurs différentes et nouvelles, remise en question des relations jugées trop autoritaires. Le contrôle social n’est pas disparu, loin de là, mais il a pris des formes différentes, plus atténuées, mais bien réelles.

    Malaise existentiel
    Zygmunt Bauman est très critique de cette société liquide, qui est loin d’avoir conduit à une authentique émancipation et à une vraie liberté. Le sociologue avance que la dérégulation élargie, la relativité des normes et la privatisation ont créé chez l’individu un grand malaise existentiel. Il s’inquiète des effets sur l’équilibre psychique de ces nouveaux espaces de liberté. Il questionne le changement dans le rôle de l’État, qui «hésite à façonner le social» comme autrefois et se veut davantage facilitateur d’initiatives individuelles.

    Dans la société liquide, il y a lieu de redouter une nouvelle forme d’anomie, notion classique de la sociologie: l’émergence d’une nouvelle liberté ne s’est pas accompagnée, pour plusieurs individus, de véritables moyens leur permettant d’atteindre leur plein épanouissement.

    1- Bauman, Zygmunt. La vie liquide, Paris, Fayard, 2013

     Source: Les blogues de Contact, Université Laval.

    Date de création : 2017-02-11 | Date de modification : 2017-02-15
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Simon Langlois
    Simon Langlois est professeur au Département de sociologie de l'université Laval où il a mené toute sa carrière. Sociologue de formation et détenteur d’un doctorat de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV), il travaille sur la stratification sociale (classes sociales, inégalités), sur la sociologie de la consommation et sur le changement social en cours dans les sociétés développées.

    0%
    Dons reçus (2017-2018): 0$
    Objectif (2017-2018): 25 000$


    Nous avons reçu près de 22 000$ lors de la campagne 2016-2017. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2017-2018, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.