• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Coopérative

    La loi 27 provoque l'indignation de Claude Béland

    Claude Béland réclame des mesures de protection contre de nouvelles dispositions fédérales

    2. P.L. 27 sur l'économie sociale

     

    Le Courrier parlementaire©, le jeudi 23 mai 2013

    C’est un véritable cri du cœur que l’ex-président du Mouvement Desjardins a lancé hier en fin d’avant-midi, devant la Commission de l’aménagement du territoire. Claude Béland s’est insurgé contre des dispositions nouvellement adoptées par le parlement d’Ottawa sur les coopératives fédérales et qui, une fois en vigueur, vont «changer les lois coopératives canadiennes», explique-t-il.

    «On renie la caractéristique des propriétaires usagers. On peut être investisseur dans une coopérative sans être membre, et on crée une classe d’actions ou les investisseurs votent selon le capital investi», dit-il. «Moi je crains que même au Québec pour les coopératives de services financiers, dans l’ouest de Montréal, il y a bien des caisses qui vont être tentées de passer sous juridiction fédérale».

    Au député caquiste, André Spénard, qui cherchait plus d’explications, M. Béland, a raconté qu’il suffira aux gestionnaires de n’importe quelle coopérative de service financier opérant au Québec de «remplir un formulaire» et «faire une assemblée générale» pour passer sous juridiction fédérale et profiter de la nouvelle loi des «coopératives fédérales». Elle «permet de créer une section où quelqu’un n’a pas besoin d’être un usager, un client, mais il est un investisseur et pour ça on lui donne des actions».

    Le loup dans la bergerie

    Et cette catégorie d’investisseurs dispose du «pouvoir d’élire 20 % des administrateurs». Il explique que cette démarche comporte des «péchés coopératifs». C’est d’inclure des propriétaires investisseurs dans les coopératives à propriétaires usagers. Dans les coopératives, ce ne devrait pas être le capital qui devrait voter, maintient M. Béland. «On vient de faire entrer le loup dans la bergerie. La cupidité va jouer. Et là, on est dans une pente dangereuse», prévient-il.

    «Votre dernière intervention me préoccupe vivement», a répliqué la députée de Québec solidaire, Françoise David, qui ne targuait pas d’admiration pour son interlocuteur. «Moi j’ignorais tout de cette volonté fédérale d’agir ainsi dans le monde coopératif», a-t-elle reconnu.

    Un gardien des valeurs

    Pour contrer cette initiative, M. Béland réclame que la loi-cadre du ministre Sylvain Gaudreault, le P.L. 27 sur l’économie sociale, «soit une espèce de gardien des valeurs de la coopération, qu’elle identifie ce qu’est une entreprise d’économie sociale». Les députés avaient déroulé le tapis rouge pour accueillir le vétéran du mouvement coopératif qu’ils ont qualifié de «sage». «Vous avez beaucoup à nous apprendre», a constaté le ministre Sylvain Gaudreault, auteur du projet de loi.

    L’homme de 81 ans, toujours aussi passionné, dit oui au projet de loi actuel du gouvernement Marois, «en autant qu’on puisse savoir par cette loi que l’économie sociale, c’est les entreprises d’une économie du bien-être collectif». En d’autres mots, il souhaite la mise sur pied d’une «appellation contrôlée» de la coopération. Ce ne sont pas toutes les entreprises qui devraient pouvoir se revendiquer du mouvement coopératif. Dans une entreprise de l’économie libérale, «c’est une piastre un vote», dans une entreprise coopérative, «c’est une personne un vote», rappelle-t-il.

    Il demande aux parlementaires de se méfier du «corporatisme» de ceux qui veulent se protéger contre la formation de nouvelles coopératives qu’ils voient comme des concurrents. «Moi ce qui m’intéresse c’est la démocratie. Puis, laisser les gens innover un peu!», lance-t-il.

    Date de création : 2013-05-27 | Date de modification : 2013-05-27
    Loading
    Informations
    Extrait
    «On renie la caractéristique des propriétaires usagers. On peut être investisseur dans une coopérative sans être membre, et on crée une classe d’actions ou les investisseurs votent selon le capital investi», dit-il. «Moi je crains que même au Québec pour les coopératives de services financiers, dans l’ouest de Montréal, il y a bien des caisses qui vont être tentées de passer sous juridiction fédérale».
    Documents associés
    Josette Lanteigne
    Histoire du mouvement coopératif et questions actuelles
    Michel Lafleur
    Coopération, principes coopératifs, capital social, gestion, développement durable
    Jacques Dufresne
    Michel Lafleur
    Coopération, modèle économique coopératif, développement durable
    Jacques Dufresne
    Alphonse Desjardins, Coopératives, Année internationales des coopératives, Raiffeisen, Luigui Luzatti. coopération, évolution, Claude Béland

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.