• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Littérature

    Du classicisme au romantisme, de la primauté de l'idée à celle du mot

    Charles Lecoeur

     

    Extrait de la Pensée religieuse de Victor Hugo, Bordas, Paris 1951

     

    Il n'y a pas à se dissimuler, écrit Ch. Renouvier, que la révolution littéraire en très grande partie commencée, poursuivie et accomplie par Victor Hugo a été une révolution contre la raison ». A la place de révolution contre la raison (car, ainsi que nous le verrons, Hugo n'a jamais été déraisonnable), mettons révolution contre Descartes, et nous aurons la clef à la fois de son génie et de l'opposition passionnée qu'il rencontre.

    En littérature le nœud de-cette révolution est la conception différente que de part et d'autre on se fait du mot. Pour les classiques, le mot n'est que le signe de l'idée. Tout ce qu'ils lui demandent est d'être aussi clair et précis qu'un symbole algébrique et de ne pas surcharger la pensée. C'est pourquoi Boileau subordonnait la rime à la raison, c'est-à-dire à l'idée (« la rime est une esclave et ne doit qu'obéir »), et Buffon conseillait de choisir toujours le terme le plus général. Condillac exprime la pensée profonde des deux siècles de littérature classique, quand il proféra comme une évidence l'aphorisme fameux La science est une langue bien faite », qui signifie par réciproque (une langue bien faite est la science) que les écrivains doivent prendre pour modèle les propositions d'Euclide.

    Hugo au contraire aime les mots. On se rappelle le chapitre des Misérables où, sous un prétexte insignifiant, il s'amuse à faire défiler tous les mots d'argot qu'il connaît. Tandis que le vocabulaire de Racine est étonnamment pauvre, Hugo a déversé dans son œuvre presque tout le dictionnaire de la langue française, et dans ses épigraphes quatre ou cinq langues étrangères. Non seulement il aimait les mots, mais il aimait jongler avec eux, avec les rythmes difficiles comme le célèbre crescendo et decrescendo des « Djinns », avec les rimes rares comme les deux cents rimes en écho-de la « Chasse de Burgrave» :

                                 Daigne protéger notre chasse,

                  Châsse.

    De Monseigneur Saint-Godefroy, [1]

                  Roi !

    Là on ne dira pas que la rime est esclave. Elle est reine au contraire, et elle le reste jusque dans les poèmes les plus-philosophiques de Hugo. Qu'on lise ces vers :

    C'est un prolongement sublime que la tombe,

    On y monte, étonné d'avoir cru qu'on y tombe,

    Ou ceux-ci qui terminent dans 1' « Expiation » le récit de-là bataille de Waterloo : '

    Ce champ sinistre où Dieu mêla tant de néants

    Tremble encor d'avoir vu la fuite des géants.

    « Etonné d'avoir cru qu'on y tombe » et. « Où Dieu mêla tant de néants » ont été évidemment amenés par le 'désir d'une rime riche. Mais il faut remarquer que la pensée n'y perd rien, qu'elle en est au contraire magnifiquement élargie.

    On voit la différence avec la façon de travailler de Boileau. Boileau commençait par fixer ce qu'il voulait dire- (Racine allait jusqu'à prendre la précaution d'écrire à l'avance ses tragédies en prose), puis il cherchait les mots-pour le dire :

                     Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement,

    Et les mots pour le dire arrivent aisément.

    Hugo au contraire trouve d'abord les mots, puis cherche ce qu'ils veulent dire, quitte naturellement à éliminer les-associations de mots qui ne présentent aucun sens ou dont le sens est sans intérêt.

    A première vue cette méthode apparaît paradoxale. Quand on y réfléchit, on s'aperçoit avec surprise qu'elle est la plus-naturelle de toutes. C'est celle même par laquelle l'enfant apprend à parler. Il commence par répéter des sons sans suite et sans aucun sens qui correspondent, si l'on veut aux acrobaties presque purement verbales des Ballades de Hugo. Puis l'enfant sent qu'il faut dans cette musique isoler des mots, et après quelques tâtonnements, où par -exemple il appellera papa tous les messieurs qu'il voit, il finit par appliquer exactement chaque mot à son objet. Ce n'est pas l'idée qui cherche le mot, c'est le mot qui cherche l'idée, de sorte que l'enfant imprègne peu à peu sa pauvre petite pensée personnelle de l'immense expérience collective du langage. Mais on n'a jamais fini d'apprendre à parler, car il y a de ces mots (destin, fatalité, éternité, honneur, âme, Dieu), dont personne ne peut se vanter d'avoir épuisé le sens. Ce sont ceux que toute sa vie Victor Hugo s'est efforcé de placer dans ses vers, en les employant avec une profondeur et une subtilité sans cesse croissantes.

    Très conscient de ce qu'il faisait, il a lui-même exposé sa méthode dans un poème des Contemplations intitulé : « Réponse à un acte d'accusation », où il raconte avec beaucoup de verve sa révolution littéraire. Puis il en montre la base philosophique :

    Car le mot, qu'on le sache, est un être vivant.

    La main du songeur vibre et tremble en l'écrivant ;
    La plume, qui d'une aile allongeait l'envergure, '
    Frémit sur le papier quand sort cette figure,
    Le mot, le terme, type on ne sait d'où venu,
    Face de l'invisible, aspect de l'inconnu ;
    Créé, par qui ? forgé, par qui ? jailli de l'ombre ;
    Montant et descendant dans notre tête sombre,
    Trouvant toujours le sens comme l'eau, le niveau ;
    Formule des lueurs flottantes du cerveau. '

    Plus loin Hugo complète :

    Ce qu'un mot ne dit pas, un autre le révèle.[2]

    Dans un poème de Toute la Lyre (tv. II), Hugo se montre en train de composer* Le titre est : « Je travaille ».

    Amis, je me remets à travailler ; j'ai pris
    Du papier sur ma table, une plume, et j'écris :
    J'écris des vers, j'écris de la prose
    .                    • J'entends

    Bruire en moi le gouffre obscur des mots flottants

     

    Et plus loin :

    Je travaille. A quoi ? Mais... à tout ; car la pensée
    Est une vaste porte incessamment poussée
    Par ces passants qu'on nomme Honneur, Devoir, Raison,
    Deuil, et qui tous ont droit d'entrer dans la maison.

    L'opposition entre cette méthode et celle du Discours de la méthode est frappante. Il ne s'agit plus de mettre en doute le premier mouvement spontané de la pensée, de le corriger et, selon 1'expression de Descartes, de ramener dans «le droit chemin... ceux qui courent et qui s'en éloignent » (« ajoutez quelquefois, plus souvent retranchez »,  disait Boileau). Hugo au contraire fait exprès de se laisser aller à ce mouvement spontané en se fiant pour le conduire au vrai à ce sourd instinct du mot juste qui est, chez lui, non moins infaillible que l'évidence cartésienne des idées claires et distinctes.

     



    [1] L’Année terrible, Mars, : L’Enterrement

    [2] Les Contemplations, I, 8 : Suite.

     

     

     

    Date de création : 2017-04-29 | Date de modification : 2017-04-30
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Charles Lecoeur
    Documents associés
    Denise Lemieux-Michaud
    Croyance, société québécoise, imaginaire religieux, sacré, sécularisation
    Philippe Muray
    Heinz Weinmann
    Langue maternelle, génie, Dante, Kant, esthétique, Lessing, Philippe Aubert de Gaspé, Du Bellay, langage, Nietzsche, lecture.
    Michel Montaigne
    Histoire, poésie, auteurs anciens, imitation, originalité
    Charles-Augustin Sainte-Beuve

    60%
    Dons reçus (2016-2017): 11 937$
    Objectif (2016-2017): 20 000$


    Nous avons reçu 18 600$ lors de la campagne 2015-2016. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2016-2017, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.