• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Alighieri Dante

    Dante sous le regard de la philosophe Lise Bouchard

    Hélène Laberge

    Dante. Tous ceux qui ont souhaité percer les secrets de sa poésie mystique, et l’ont jugée difficile à comprendre, trouveront dans ce livre une remarquable et vaste initiation à Dante, à son époque (XIIIe et XIVe siècle) à ses œuvres et aux amoureux de la sagesse qui l’ont influencé. Je précise que ceux qui sont familiers avec la Divine Comédie, son œuvre principale, seront passionnés par les références de Lise Bouchard sur cette époque mouvementée, mais si vivante où s’épousèrent, en dépit des Croisades, les cultures de l’Occident et de l’Orient. C’est à travers Dante que cette philosophe spécialiste de l’histoire médiévale nous fait revivre le rayonnement de ce Moyen Age accusé constamment et injustement de période sombre et inculte!

    Le titre est intrigant, Dante OU Béatrice, Pèlerinage vers le Soi. et non pas Dante ET Béatrice, car depuis toujours on ne peut évoquer l’un sans le jumeler à l’autre. Mais Lise Bouchard a voulu mettre l’accent sur Béatrice car « dans la vie (de Dante) et dans son œuvre qui en est inséparable, ce fil conducteur, cette force intérieure qui dynamise tout son être, c’est Béatrice[1]. » On la retrouve dans la Vita Nova, la première grande œuvre de Dante » nous y reviendrons et plus tard dans la Commedia, son titre original, auquel on adjoindra dans une édition du XVe siècle le terme de Divina, en français la Divine Comédie[2].

    Lise Bouchard, docteur en philosophie médiévale, a longtemps enseigné la philosophe à Montréal. Elle a déjà publié aux Éditions Trois une étude symbolique du tarot : Le Tarit cartes de la route initiatique. Aujourd’hui de sa retraite en Charlevoix, elle nous livre ici le fruit de ses recherches et réflexions sur l’œuvé de Dante. Une initiation remarquable par l’érudition et la profondeur d’analyse de la philosophe !

     

    Béatrice

    Dante a neuf ans lorsqu’il rencontre celle qu’il appellera «la glorieuse dame de sa pensée ». « Quand il la voit pour la première fois, elle porte une robe de couleur rouge vermeille et une ceinture et des bijoux très simples. Elle est si éblouissante, si ineffable qu’elle le bouleverse à un point tel que tout son être s’en trouve renouvelé. L’amour s’installe à tout jamais au plus profond de son cœur. Une ferveur passionnée et insoupçonnée s’éveille en lui. (…) Dante lui attribue cette parole d’Homère : ‘’Elle ne paraissait pas fille d’homme mortel, mais de dieu[3]‘’ ». On sait que les rencontres subséquentes ont été rares (deux ou trois), et le fruit du hasard. Devenu un jeune adulte, « il la croise sur la rue. Elle est vêtue de blanc.(…)  Elle le salue. … Il entend sa voix, il en est ébloui à un point tel qu’il se réfugie loin de la foule, dans une chambre (…) Il sombre alors dans un ‘’doux sommeil’ ’et il expérimente ‘’à la première heure des neuf dernières heures de la nuit’’ ce qu’il appelle une ‘’merveilleuse vision[4]’’ ».

     Dante entreverra aussi Béatrice à l’église mais fera tout pour que personne ne sache qu’elle est la dame de ses pensées. Il la retrouvera lors d’une noce où ne sont invitées que des dames (un ami et lui faisant exception) et il les servira sans s’approcher de Béatrice, toujours pour cacher son secret amour. « Et c’est alors qu’il vit une expérience d’extase. Il présente un nouveau visage, un visage transfiguré à tel point que les dames s’en étonnent et s’en moquent gentiment (…) même son ami en est stupéfait[5] »

    Cette passion secrète vécue comme une vision illuminatrice est-elle incompréhensible aux lecteurs de notre époque où la psychiatrie marquée par le freudisme a réduit l’enchantement de l’amour à une dissection objective de la sexualité humaine? Pour un connaisseur de Dante, cet enchantement est plus fréquent qu’on ne croit, il le voit même comme « inhérent à la nature de l’homme » : 

    .[6]« Ce phénomène intellectuel  n'est pas rare et peut même passer pour assez commun. Si nous prenons la plupart des hommes, nous pouvons presque dire qu'il n'en est pas un, si peu platonicien qu'il soit habituellement dans ses amours, qui n'ait eu sa Béatrice, et qui n'en garde en secret l'image dans son souvenir.

    «Cette fiction, cette imagination dont tout le monde a l'air de se moquer hautement, mais que chacun nourrit et caresse avec amour au plus profond de son cœur, est inhérente à la nature de l'homme»

    La Vita Nova

    Il est question dans cette première œuvre des « Fidèles d’amour » à qui Dante envoie des poèmes et de qui aussi il reçoit réponse et commentaire. Dante retrouve en eux sa propre expérience de son éblouissant amour pour Béatrice. Qui sont-ils? Des auteurs qui privilégient la forme poétique… par leurs poèmes ils veulent atteindre les régions supérieures de l’âme. À leurs yeux, et c’est là une de leur grande originalité, la femme n’est si un piège dangereux ni une suggestion diabolique.  …. En aimant une femme particulière, le Fidèle comprend que l’amour humain et l’amour divin sont en réalité les deux facettes d’un seul et même amour. De plus en contemplant la beauté de cette femme aimée, il perçoit qu’elle est une manifestation sacrée de la Beauté divine. Et il découvre que la Beauté s’enracine à la même source que l’amour Il en conclut que la Beauté et l’amour sont inséparables[7]. »

    Beauté et amour

    Un jour où Ruzbehan de Shiraz, (un mystique musulman que vous retrouverez dans ce texte) assumait pour la première fois ses fonctions de prédicateur à la mosquée de Shiraz, en traversant la foule pour monter en chaire, il entendit une mère donner ce conseil à sa fille :’’Ma fille, garde ton voile ne montre ta beauté à personne de peur qu’ensuite elle soit méprisée.’’ Alors R de s’arrêter et de dire : ‘’O femme! La beauté ne peut souffrir d’être séquestrée dans la solitude; tout son désir est que l’amour se conjoigne à elle, car dès la prééternité beauté et amour ont échangé la promesse de ne jamais se séparer[8]. »  

    Pour mieux pénétrer le mysticisme amoureux de Dante, Lise Bouchard s’est penchée sur cette époque du Moyen Age, qui était celle des Croisades, où les deux principales cultures religieuses, musulmane et chrétienne qui auraient dû s’affronter «se côtoyaient et s’étudiaient avec respect. »

     Elle  nous présente trois mystiques musulmans dont le mysticisme religieux fut inspiré par l’enseignement des penseurs occidentaux répandu dans diverses universités européennes, depuis Socrate, Platon, Augustin, Thomas d’Aquin jusqu’aux soufistes de l’Inde. « La recherche du sens secret des textes de Dante, m’a amenée à consulter plusieurs sources. C’est alors que j’ai fait la découverte de l’œuvre magistrale d’Henry Corbin, l’un des plus grands philosophes du XXe siècle. Ses travaux sur l’Islam, en particulier sur l’Islam iranien, m’ont révélé (…) des penseurs d’un Moyen Âge oriental trop souvent méconnus des médiévistes occidentaux[9]. »

    Convergence des visions mystiques

    Lise Bouchard pallie cette méconnaissance en précisant « les points essentiels de leur doctrine en les appliquant à l’œuvre de Dante[10]. »

    Le premier de ces penseurs est Sohravardi, « maître incontesté de la philosophie illuminative ou orientale dans laquelle le terme Orient a une signification métaphysique et non géographique car il signifie le ciel spirituel de l’âme humaine, l’Origine cachée, la Lumière des lumières. » Dans cette perspective sont associées «la tradition de Zoroastre à la philosophie de Platon. Il donne ainsi une nouvelle orientation à la philosophie issue d’Avicenne. Suit une présentation détaillée de la pensée de Sohravardi qui « enseigne que la démarche philosophique est inséparable de l’expérience spirituelle » (…) il précise que l’être humain peut, malgré l’inaccessibilité de Dieu, accéder à ses émanations, à ses manifestations. Il affirme de plus qu’il est appelé à recevoir personnellement une lumière de la Lumière des lumières[11]. »

    Le mystique Sohravardi est accusé de trahison et d’infidélité envers l’Islam par les docteurs orthodoxes « pour qui Mahomet est le sceau final de la prophétie, c’est-à-dire le dernier des prophètes ’ ». Et il connaîtra le même sort que Socrate. Comme lui, il refusera de fuir ses accusateurs malgré les supplications de ses disciples car «il a la certitude que (ses positions spirituelles) sont véridiques et plus signifiantes que sa personne ». Il mourra «de façon mystérieuse dans la citadelle d’Alep en 1191, à l’âge de 36 ans. Ses disciples connus en Islam sous le nom de Platoniciens de Perse, le considéreront comme un martyr[12]. »   

     En partie semblable à celui de V Sohravardi fut le destin de Ibn ‘Arabï, ¨ le deuxième auteur que Lise Bouchard lie à l’œuvre de Dante… Il est né à Murcie dans l’Andalousie envahie par les musulmans au XIIe siècle. Il étudie les penseurs grecs. Sa connaissance de Platon lui vaut le surnom de «fils de Platon» et de Docteur Maximus, comme l’appellent ses disciples. « Son ouverture au monde, à l’universel l’amène à admirer Jésus au point qu’il le considère comme son premier maître surnaturel, comme le Sceau de la prophétie universelle. »  Dans son cas comme dans celui de Sohravardi, cette croyance suscitera l’opposition des théologiens légalitaires, ce qui l’oblige à quitter l’Andalousie. … «Pendant vingt ans il parcourt le Proche et le Moyen Orient, enseignant le savoir spirituel, dissimulé dans les textes prophétiques, y compris le soufisme. Et comme Dante, il fera la rencontre d’une jeune femme d’une grande érudition, d’une beauté remarquable et d’une piété exemplaire. Elle embrase son cœur  et devient d’une certaine manière sa Béatrice. Il compose pour elle un des plus beaux textes soufis sur l’amour : L’interprète des désirs ardents. Il se fixe à Damas ou il mourra[13]. »

    Quant à Rûzbehân,c’est l’un  des plus grands soufis sunnite de l’Iran du 12e s. Sa vie de soufi et de Fidèle d’amour couvre tout ce siècle. Né près de Shiraz dans une province d’Iran qui serait la terre d’origine des Persans Tout jeune il se consacre à la prière, à l’étude et à la méditation. Il visite la Perse, la Syrie et l’Ir, … il perfectionne sa formation théologique auprès de maîtres renommés pour leur savoir et leur sagesse. « Il aurait ainsi rencontré Khezr ce mystérieux prophète initiateur qui aurait joué un rôle capital dans le soufisme… Il guidera Rûzbehân dans sa quête de sa véritable identité[14]

    « Dante était d’une stature moyenne et quand il parvint à l’âge mûr il cheminait un peu courbé. Il avait la démarche empreinte de gravité et de mansuétude.; toujours il était vêtu de draps assez fins ajustés comme il convient à son âge. Il avait le visage long, le nez aquilin, les yeux plus grands que petits, le menton allongé, sa lèvre inférieure débordait la lèvre supérieure. Il avait le teint brun, la barbe et les cheveux épais noirs et crépus; la figure était mélancolique et pensive. Dans ses habitudes publiques et domestiques, il était admirablement retenu et modeste plus que tout autre courtois et civil. Il buvait et mangeait peu et constamment aux heures réglées; il louait les mets délicats et s’alimentait de mets communs. Il parlait rarement à moins qu’on ne l’interrogeât, néanmoins quand il le fallait il était très éloquent, avec une prononciation excellente et prompte[15]

     

     

    « Pour une cohabitation pacifique et autonome de l’autorité impériale et de la papauté. »

    Une importante partie du livre, on s’en doute, est consacrée à la Divina Commedia, l’œuvre qui a fait connaître Dante dans le monde entier. Mais Lise Bouchard s’arrête aussi à d’autres écrits moins connus de Dante, dont celui sur la Monarchie. Ce mystique de l’amour était aussi très enraciné dans la vie publique de Florence, entre autres dans la querelle des Guelfes, défenseurs du pouvoir spirituel de l’Église et les Gibelins, qui prônaient le pouvoir temporel de l’Empire. Dante adhéra à un mouvement guelfe le plus modéré, celui des Blancs, contre les Noirs sans compromis. La querelle entre ces deux tendances lui vaudra d’être exilé à vie de sa Florence natale. Là encore, on trouvera sous la plume de la philosophe une synthèse historique de ces conflits. Je ne mets ici l’accent que sur une des positions politiques les plus importantes de Dante; « l’un des partisans les plus engagés (du) mouvement de séparation de l’Église et de l’État…». Dans son livre Monarchie et dans les lettres qu’il envoie « à tous et chacun des rois d’Italie et des sénateurs de la ville sainte et mêmement, aux duc, marquis comtes et peuples », Dante fait un vibrant plaidoyer pour la cohabitation pacifique et autonome de l’autorité impériale et de la papauté[16]

     «Un chef d’œuvre de philosophie politique et de philosophie de l’histoire»…

    « Il est aussi le premier à affirmer que l’être humain est citoyen d’un même monde Il propose ainsi ce que personne avant lui n’avait pensé : une société civile, temporelle du genre humain une société qui inclut toutes les nations, tous les peuples de la terre, même ceux qui ne se connaissent pas, une société unique ou l’empereur jouerait un rôle analogue à celui exercé par le Pape dans l’Église. Ce chef d’œuvre de philosophie politique et de philosophie de l’histoire…fait de Dante un prophète de la paix universelle[17]»

     Hélas! une prophétie, qui comme tant de prophéties, sera une projection dans un Monde idéal.

    La Commedia

    Mais l’œuvre qui vient à l’esprit quand on prononce le nom de Dante, c’est la Commedia écrite dans les circonstances tragiques de son exil de Florence.  Un exils qui se poursuivra jusqu’à sa mort, malgré ses démarches entreprises auprès des Guelfes noirs (les responsables de son expulsion) pour revenir y vivre, ce qui lui fut refusé. Séparé de sa femme et de ses quatre enfants, il errera d’une ville à l’autre, d’u ami à l’autre et connaîtra le goût amer du « sel du pain », car il vivra pauvrement jusqu’à ce qu’il soit reçu et soutenu par un ami mécène jusqu’ à sa mort survenue en 1321. Soulignons un trait important de ce génial poète, le fait qu’il ait utilisé, au lieu du latin, la chantante langue italienne telle que la parlait le peuple et que ses vers ont immortalisée. On ne peut écouter Verdi sans entendre des résonances de Dante dans le bel canto.

    Étonnament, cette utilisation de l’italien a été célébrée par un autre poète, anglais celui-là, Shelley, l’étrange mais talentueux révolté: « Dante fut le premier éveilleur d’une Europe tombée en extase; d’un chaos de barbarismes sans harmonie, il créa un langage avec sa musique et sa conviction personnelles. Il fut le rassembleur de ces grands esprits qui présidèrent à la résurrection du savoir.».

     Mais pourquoi a-t-il baptisé son poème Commedia?, Le mot comédie évoque à nos oreilles contemporaines une représentation qui provoque le rire ou la dérision. Au Moyen Âge, nous explique Lise Bouchard, tout autre était la notion de comédie. « Pour certains, comparée à la tragédie qui commence dans la joie et s’achève dans la détresse, la comédie commence dans la détresse et s’achève dans la joie. Pour d’autres, la tragédie prend ses héros parmi les puissants de ce monde alors que la comédie met en scène des gens de condition modeste, ordinaire[18]. »

    « Ces définitions s’appliquent assez bien à l’ensemble du poème. Il commence fort mal par l’accumulation des périls de ‘la forêt obscure’’ et se termine dans une allégresse indescriptible : la contemplation du divin mystère. Sans négliger les grands de ce monde, il s’étend jusqu’aux plus bas degrés de l’échelle sociale. » Des commentateurs se sont attachés à reconnaître une transposition symbolique des ennemis politiques de Dante dans certains personnages qu’il précipite en Enfer!

    Les lecteurs de Dante (et même ceux qui ne l’ont pas lu mais l’ont appris par ouï-dire) savent qu’il a décrit l’enfer dans diverses visions sinistres, ou les damnés sont enfermés dans les noires profondeurs de la Terre, et par contraste, le purgatoire et le paradis terrestre dans des paysages de forêts d’une végétation exubérante ou de points d’eau, de sources d’une transparence de cristal. Et le Paradis céleste dans une splendeur lumineuse incarnée par Béatrice. Lise Bouchard fait une rétrospective des diverses religions et sectes qui, au cours des âges, dès le début du christianisme notamment, « ont vu l’enfer comme un lieu de douleurs ou les pécheurs sont punis éternellement selon la gravité de leurs fautes[19]. » Mais elle souligne aussi une tout autre interprétation qui s’accorde davantage avec notre connaissance de la psychologie des profondeurs :

    « Mais pour les initiés, l’enfer existe aussi dans l’être humain sous forme de jalousie, de haine, d’égoïsme, de violence, d’insensibilité, etc. Il symbolise ainsi tous les aspects négatifs, sombres de la vie humaine, le mal sous toutes ses formes. Ces forces destructrices sont puissantes, rusées et aveuglantes. Elles apportent avec elles la peur, la honte et la mort. Et l’être humain n’atteint le ciel, la Lumière qu’après avoir reconnu en lui l’existence de tous ces aspects ténébreux et qu’après les avoir maîtrisés[20]. »

     Je terminerai cette recension passionnante par les retrouvailles de Dante avec Béatrice, dans le Paradis terrestre. « Au milieu d’un nuage de fleurs (des lys) lancées par des anges, une dame apparaît. Elle est couronnée d’oliviers sur un voile blanc. 199 Elle porte un manteau vert et est vêtue d’une robe couleur de flamme ardente. On la distingue à peine mais Dante envahi par une émotion débordante, reconnaît celle qu’il a tant aimée. (…) Béatrice, car c’est bien elle, prend la parole… sur un ton de reproche. Prenant les anges à témoin, elle lui reproche ses égarements…. Il pleure et soupire mais rien n’arrête Béatrice. Elle l’accuse d’avoir été faible, de s’être laissé éblouir par des faux-semblants, d’avoir été vaniteux. (…)

    Malgré la gravité de la situation (…) Dante ne peut s’empêcher de trouver Béatrice encore plus belle, plus merveilleuse qu’autrefois. (…) Des dames (qui l’accompagnent) supplient Béatrice de tourner ses yeux vers Dante qui a parcouru un long chemin pour la retrouver. Ce qu’elle fait. Il la voit directement, sans voile. Devant tant de splendeur et de grâce, il avertit ses lecteurs qu’il est incapable de trouver les mots adéquats pour décrire un tel spectacle [21]. »

    Nous le quitterons ici, le laissant à son bonheur, prélude de sa définitive union avec Béatrice dans le Paradis céleste où il volera de ciel en ciel « dans un temps spirituel et dans un espace subtil», (…) en regardant amoureusement Béatrice qui, elle, regarde vers le haut[22].  

     Le jugement de Voltaire sur Dante au XVIIIe siècle. Deux génies incompatibles! « On ne lit plus le Dante en Europe parce que tout est allusion à des faits ignorés. Le Dante pourra rentrer dans la bibliothèque des curieux, il ne sera jamais lu… Sa réputation s’affirmera toujours parce qu’on ne le lit guère.  Il y a de lui une vingtaine de traits qu’on sait par cœur cela suffit pour s’épargner la peine d’examiner le reste[23]. »  

     

     Et celui de Shelley : « Par son caractère ardent et réfléchi et par son profond réalisme, par l’équilibre entre le sentiment religieux et le sentiment civique et politique, par sa fierté indomptée, Dante est l’un des esprits les plus complets et les plus universels de tous les temps[24].

     

     

    Notes



    [1] Dante ou Béatrice, Pèlerinage vers le Soi, Essai, p.29 30

    [2] Dante ou Béatrice, p.3

    [3] Dante ou Béatrice p.31

    [4]  Ibidem, p.32

    [5]  Ibidem, p.33

    [6] Gabriel Monavon La Béatrice de Dante, Littérature contemporaine, Vo.43, par É. Carrance, Agen 1890, https://fr.wikisource.org/wiki/La_B%C3%A9atrice_de_Dante

    [7] Dante ou Béatrice, p. 81-82

    [8] Ibidem, p.81

    [9]  Ibidem, p.41

    [10] Ibidem,p.47

    [11] Ibidem, p.49,50

    [12] Ibidem,p.49,50,51

    [13] Ibidem,p.55

    [14] Ibidem, p,57,58

    [15]  Bocace, Dictionnaire universel des Lettres, Laffont-Bompiani,Société d’édition de Dictionnaires et d’Encyclopédies, Paris,1961

    [16] Dante ou Béatrice, p. 124

    [17] Ibidem, p. 126 et 129

    [18]  Ibidem, P. 137

    [19]  Ibidem, p. 150

    [20][20] Ibidem, p. 150

    [21]  Ibidem, p. 199 et ss

    [22]  Ibidem, p. 234

    [23] Dante in Dictionnaire universel des Lettres, Laffont-Bompiani,,.Société d’édition de Dictionnaires et d’Encyclopédies, Paris,1961

     

    [24] Ibidem

    Date de création : 2017-03-21 | Date de modification : 2017-03-21
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Hélène Laberge
    Mots-clés
    Dante, Fidèle d'amour, Béatrice
    Documents associés
    Remy de Gourmont
    amour, beauté, idéalisme, Divine Comédie, christianisme
    Victor Hugo
    Alexandre Del Valle
    censure fanatisme islamisme

    2%
    Dons reçus (2017-2018): 509$
    Objectif (2017-2018): 25 000$


    Nous avons reçu près de 22 000$ lors de la campagne 2016-2017. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2017-2018, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.