• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Politique

    Aperçu de La politique d'Aristote

    Gilles Maloney

     

                L’œuvre d’Aristote qui nous est parvenue est vaste en mots et immense en pensée. Eu égard à l’espace qui nous est permis dans cette chronique, je ne vais pas analyser son traité qui m’a impressionné le plus : La politique. Je vais le reprendre sans commentaires en citant quelques passages et en mettant les mots clés en caractères gras.

                « Une conclusion évidente : l'État est un fait de nature, et par nature seul l'homme est un être sociable (animal politique : "zoon politikon"); celui qui reste sauvage par organisation, et non par l'effet du hasard, est certainement, ou un être dégradé, ou un être supérieur à l'espèce humaine.

                La nature ne fait rien en vain. C’est ainsi que  les hommes désirent la vie sociale invinciblement, ce qui n'empêche pas chacun d'eux d’y être poussé par son utilité particulière, et par le désir de trouver la part individuelle de bonheur qui lui doit revenir. Les hommes se réunissent ne serait-ce que pour le bonheur seul de vivre ; et cet amour de la vie est sans doute une des perfections de l'humanité.

                L'association naturelle de tous les instants, c'est la famille. L'association première de plusieurs familles, c'est le village.  L'association de plusieurs villages forme un État complet, arrivant, l'on peut dire, au point de se suffire absolument à lui-même. Ainsi l'État vient toujours de la nature. La cité est une association d'êtres égaux, recherchant en commun une existence heureuse et facile. Une chose que je cherche, parmi d’autres, c'est l'idée absolue du citoyen, dégagée de toutes les imperfections que nous avons signalées. De cette réunion arrivent trois formes de gouvernement : la royauté, l'aristocratie,  la république.

                Dans la famille, les fonctions de l'homme et celles de la femme sont fort opposées, le devoir de l'un étant d'acquérir, et celui de l'autre de conserver. Nous dirons comment il faut agir avec les esclaves, et pourquoi l'on doit toujours leur présenter la liberté comme le prix de leurs travaux, en admettant qu’existent des esclaves qui le sont par accident et d’autres par nature.

                Le corps des femmes enceintes a besoin d'activité, mais il faut conserver à leur esprit le calme le plus parfait, car les enfants ne ressentent pas moins les impressions de la mère qui les porte, que les fruits ne tiennent du sol qui les nourrit. Il faut provoquer l'avortement avant que l'embryon n’ait reçu le sentiment et la vie. Le crime, ou l'innocence de ce fait, ne dépend absolument que de cette circonstance de sensibilité et de vie. 

                Il y a deux époques dans l'éducation : de sept ans à la puberté, de la puberté à vingt et un ans. Pour nous, il est de toute évidence que la loi doit régler l'éducation et que l'éducation doit être publique. Le système actuel d'éducation contribue beaucoup à embarrasser la question.

                Aujourd'hui l'éducation se compose ordinairement de quatre parties distinctes : les lettres, la gymnastique, la musique et parfois le dessin ; la première et la dernière, comme d'une utilité aussi positive que variée dans la vie entière; la seconde, comme propre à former le courage. La nature, pour le dire encore une fois, est le principe de tout; la musique est une véritable jouissance ; et comme la vertu consiste précisément à savoir jouir, aimer, haïr comme le veut la raison, il s'ensuit que rien n'est plus puissant que le rythme et les chants de la musique, pour imiter aussi réellement que possible la colère, la bonté, le courage, la sagesse même et tous ces sentiments de l'âme.

                J’examinerai en détail le fait que, dans une constitution, il faut distinguer trois pouvoirs : le législatif, l’exécutif et le judiciaire. Je cherche également la nature des causes qui amènent les révolutions dans les États.

                            Attribuer la souveraineté à la multitude plutôt qu'aux hommes distingués, qui sont toujours en minorité, peut sembler une solution équitable et vraie, bien qu’elle ne tranche pas encore toutes les difficultés. »

    ***

                    Celui qui signe cette chronique-ci n’endosse pas toutes les idées d’Aristote, mais il est captivé par son analyse philosophique de situations de son époque qui sont les mêmes aujourd’hui.

    Gilles Maloney

    Date de création : 2017-04-27 | Date de modification : 2017-04-27
    Informations
    L'auteur

    Gilles Maloney
    Professeur de grec retraité de la Faculté des lettres de l'Université Laval. Membre de la Fondation Humanitas.
    Mots-clés
    Trois pouvoirs, le législatif, l’exécutif, le judiciaire.
    Documents associés
    Hélène Laberge
    Yves Mongeau
    Raison, rationalité, politique, idéologie, entendement
    Marc Chevrier
    droit, cour constitutionnelle (ou suprême), charte des droits, Charte canadienne des droits et libertés
    Jacques Dufresne
    Politique, démocratie, monnaie locale, culture de transition
    Georges Sorel
    Optimisme, pessimisme, délivrance, politique, misère humaine, nécessités historiques, connaissance expérimentale, réalisme
    Maurice Barrès
    homme politique, théorie, pratique, écrivain, savant

    0%
    Dons reçus (2018-2019):0$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.