• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Tocqueville Alexis de

    Alexis de Tocqueville au Bas-Canada (1831)

    Alexis de Tocqueville

    Alexis de Tocqueville (1805-1859), ce magistrat français parti en Amérique enquêter sur le système pénitentiaire américain, fit un séjour d'une dizaine de jours au Bas-Canada à la fin de l'été 1831. Ce séjour n'était qu'une des nombreuses étapes du long périple qu'il accomplit avec son ami Gustave de Beaumont dans les États-Unis, à la suite duquel, une fois de retour en France, il écrivit De la démocratie en Amérique, ouvrage magistral qui sut mieux que tout autre saisir l'originalité et les dilemmes de l'expérience démocratique américaine. Dans cet ouvrage, Tocqueville fit peu écho à son voyage au Bas-Canada, sauf à évoquer ça et là les occasions perdues de la France en Amérique. De ce voyage, Tocqueville laissa quelques carnets de notes et des lettres. Ces témoignages possèdent une valeur documentaire exceptionnelle, tant par ce qu'ils enregistrent que par la qualité du témoin, un des plus grands penseurs politiques du XIXe siècle. Nous en reproduisons quelques extraits.

    Les observations de Tocqueville sur le Bas-Canada balancent entre l'optimisme et le pessimisme. Le Bas-Canada compte alors 553 000 habitants, dont 450 000 francophones. Tout d'abord, Tocqueville, qui avait cru peu avant son séjour au Bas-Canada qu'il n'y subsistait plus rien de la présence française depuis la Conquête de 1763, fut ravi de découvrir un peuple, un " corps de nation distinct ", qui a conservé les traits de sa nationalité. Ni prospère, ni miséreux, les Français d'Amérique lui semblaient mener une existence relativement paisible, nourrie d'une religiosité sans excès. L'américanité de ces Français le frappa : tout en ayant conservé leur caractère national, ils avaient cet esprit d'égalité et de simplicité qu'il avait remarqué chez les Américains. Tocqueville écrivit même : " Il y a ici tous les éléments d'un grand peuple. Les Français d'Amérique sont aux Français de France ce que les Américains sont aux Anglais. " Ils ont réussi à préserver leurs institutions démocratiques, auxquelles ils ont pris goût; de là leur force. En revanche, Tocqueville s'inquiéta de plusieurs signes avant-coureurs de ce que le sort de ces Français d'Amérique n'était pas encore joué. Il craignait l'inféodation d'une partie de l'élite du Bas-Canada au pouvoir colonial, les inégalités qui réservaient aux Britanniques les commandes du commerce et du pouvoir, l'immigration massive de nouveaux colons qui supplanteraient en nombre les Canadiens et une certaine apathie chez ces derniers.

    Au cours de son voyage, Tocqueville rencontra quelques personnalités, dont John Neilson, mais point Louis-Joseph Papineau. Originaire d'Écosse (1776-1848), Neilson, qu'on surnomma le " Franklin canadien ", gagna Québec en 1790. À sa majorité, il prit la direction de la Gazette de Québec, fondée en 1764. Élu à la chambre législative de 1818 à 1834, il épousa la cause des Patriotes, et fut l'un de ceux qui combattit avec vigueur le projet d'union des deux Canada de 1822. À plusieurs reprises, il porta à Londres des pétitions pour défendre les libertés politiques du Bas-Canada. Au début des années 1830, il prit ses distances par rapport à Papineau; les 92 résolutions de 1834, puis les insurrections de 1837-1838 achevèrent de les séparer. Il n'en continua pas moins de défendre la cause du Canada français. Il dénonça le rapport Durham et la Loi d'union de 1840. La conversation qu'eut Tocqueville avec Neilson a valeur d'une véritable entrevue, qui fait un tour d'horizon de la situation sociale et politique au Bas-Canada.

    Au Québec comme ailleurs, l'œuvre de Tocqueville n'a de cesse de fasciner et de susciter réflexions et études. Le politologue Gérard Bergeron a consacré un ouvrage sur le voyage de Tocqueville au Bas-Canada (1), le philosophe Daniel Jacques s'est plutôt penché sur l'aspect philosophique de son œuvre (2).

    Notes
    (1) Gérard Bergeron, Quand Tocqueville et Siegfried nous observaient..., Montréal, Presses de l'université du Québec, 1990, 177 p; du même auteur, " L'interlude canadien pendant le voyage en Amérique d'Alexis de Tocqueville et de Gustave de Beaumont ", dans The Tocqueville Review / La Revue Tocqueville, 12, 1990-1991, p. 127-140. Voir aussi Jacques Vallée, Tocqueville au Bas-Canada, Montréal, éditions du Jour, 1973.
    (2) Daniel Jacques, Tocqueville et la modernité. La question de l'individualité dans la Démocratie en Amérique, Montréal, Boréal, 1995, 178 p. Voir aussi Marc Chevrier, " Tocqueville ou les dilemmes de la démocratie ", Les cahiers d'histoire du Québec au XXe siècle, 5, 1996, p. 139-143.

    27 août 1831
    Conversation avec M. Neilson

    M. Neilson est écossais. Né dans le Canada, allié à des Canadiens, il parle le français avec autant de facilité que sa langue. M. Neilson, quoique étranger, peut être regardé comme un des chefs des Canadiens dans toutes leurs luttes avec le gouvernement anglais. Bien que protestant, il a été nommé constamment depuis quinze ans par les Canadiens membres de la Chambre d'Assemblée. Toutes les mesures favorables à la population canadienne ont trouvé en lui un défenseur ardent. C'est lui et deux autres qui en 1825 ont été envoyés en Angleterre pour le redressement des griefs. M. Neilson est un homme d'un esprit vif et original; sa naissance et sa position sociale en opposition l'une à l'autre forment quelquefois dans ses idées et dans sa conversation de singuliers contrastes.

    D.: Que coûte le Canada, année courante, au gouvernement anglais?

    R.: De deux cent à deux cent cinquante mille livres sterling.

    D.: Lui rapporte-t-il quelque chose?

    R.: Rien. Les droits perçus par la douane sont employés pour la colonie. Nous nous battrions plutôt que de livrer aux Anglais un sou de notre argent.

    D.: Mais quel intérêt l'Angleterre a-t-elle à conserver le Canada?

    R: L'intérêt qu'ont les grands seigneurs à conserver de grandes possessions qui figurent dans leurs titres, mais leur coûtent de grandes dépenses et leur suscitent souvent de mauvais procès. Cependant on ne peut nier que l'Angleterre n'ait un intérêt indirect à nous conserver; en cas de guerre avec les États-Unis, le Saint-Laurent est un canal par lequel elle fait pénétrer ses marchandises et ses armées jusqu'au sein de l'Amérique. En cas de guerre avec les peuples du Nord de l'Europe, le Canada lui fournit tous les bois de construction dont elle a besoin. De plus la charge n'est pas aussi onéreuse qu'on le suppose. L'Angleterre est obligée d'avoir l'empire de la mer non pour sa gloire, mais pour son existence. Les dépenses qu'elle est obligée de faire pour arriver à cette suprématie rendent l'occupation de ses colonies beaucoup moins coûteuse pour elle qu'elle ne le serait pour une nation qui n'aurait pour but que la conservation des colonies.

    D.: Pensez-vous que les Canadiens secouent bientôt le joug de l'Angleterre?

    R.: Non, à moins que l'Angleterre ne nous y force, sans cela il est absolument contraire à notre intérêt de nous rendre indépendants. Nous ne formons encore que six cent [mille] âmes dans le Bas-Canada; si nous devenions indépendants, nous ne tarderions pas à être enveloppés par les États-Unis. Notre population serait comme écrasée par une masse irrésistible d'émigration. Il faut attendre que nous soyons assez nombreux pour défendre notre nationalité. Alors nous deviendrons le peuple canadien. La population livrée à elle-même augmente ici avec autant de rapidité que celle des États-Unis. Lors de la conquête en 1763 nous n'étions que soixante mille.

    D.: Pensez-vous que la race française parvienne jamais à se débarrasser de la race anglaise? (Cette question fut faite avec précaution, attendu la naissance de l'interlocuteur.)

    R.: Non. Je crois que les deux races vivront et se mêleront sur le même sol et que l'anglais restera la langue officielle et [celle] des affaires. L'Amérique du Nord sera anglaise, la fortune a prononcé. Mais la race française du Canada ne disparaîtra pas. L'amalgame n'est pas aussi difficile à faire que vous le pensez. Ce qui maintient surtout votre langue ici, c'est le clergé. Le clergé forme la seule classe éclairée et intellectuelle qui ait besoin de parler français et qui le parle avec pureté.

    D.: Quel est le caractère du paysan canadien?

    R.: C'est à mon avis une race admirable. Le paysan canadien est simple dans ses goûts, très tendre dans ses affections de famille, très pur dans ses mœurs, remarquablement sociable, poli dans ses manières; avec cela très propre à résister à l'oppression, indépendant et guerrier, nourri dans l'esprit d'égalité. L'opinion publique a ici une force incroyable. Il n'y a pas d'autorité dans les villages, cependant l'ordre public s'y maintient mieux que dans aucun autre pays du monde. Un homme commet-il une faute, on s'éloigne de lui. Il faut qu'il quitte le village. Un vol est-il commis, on ne dénonce pas le coupable, mais il est déshonoré et obligé de fuir. On n'a pas vu d'exécution capitale au Canada depuis dix ans. Les enfants naturels sont une chose à peu près inconnue dans nos campagnes. Je me rappelle la commune de *** (j'ai oublié le nom); depuis deux cents ans on n'en avait pas vu un seul; il y a dix ans un Anglais étant venu s'y établir, séduisit une fille; le scandale fut affreux. Le Canadien est tendrement attaché au sol qui l'a vu naître, à son clocher, à sa famille. C'est ce qui fait qu'il est si difficile de l'engager à aller chercher fortune ailleurs. De plus, comme je le disais, il est éminemment social; les réunions amicales, l'office divin en commun, l'assemblée à la porte de l'église, voilà ses seuls plaisirs. Le Canadien est profondément religieux, il paie la dîme sans répugnance. Chacun pourrait s'en dispenser en se déclarant protestant, on n'a point encore d'exemple d'un pareil fait. Le clergé ne forme ici qu'un corps compact avec le peuple. Il partage ses idées, il entre dans ses intérêts politiques, il lutte avec lui contre le pouvoir. Sorti de lui, il n'existe que pour lui. On l'accuse ici d'être démagogue. Je n'ai pas entendu dire qu'on fît le même reproche aux prêtres catholiques en Europe. Le fait est qu'il est libéral, éclairé et cependant profondément croyant, ses mœurs sont exemplaires. Je suis une preuve de sa tolérance : protestant, j'ai été nommé dix fois par des catholiques à notre Chambre des communes et jamais je n'ai entendu dire que le moindre préjugé de religion ait été mis en avant contre moi par qui que ce soit. Les prêtres français qui nous arrivent d'Europe, semblables aux nôtres pour leurs mœurs, leur sont absolument différents pour la tendance politique.

    Je vous ai dit que parmi les paysans canadiens il existait un grand esprit de sociabilité. Cet esprit les porte à s'entraider les uns les autres dans toutes les circonstances critiques. Un malheur arrive-t-il au champ de l'un d'eux, la commune tout entière se met ordinairement en mouvement pour le réparer. Dernièrement la grange de *** vint à être frappée du tonnerre, cinq jours après elle était rebâtie par les voisins sans frais.

    D.: Il existe ici quelques restes de féodalité?

    R.: Oui, mais si légers qu'ils sont presque inaperçus. 1. Le seigneur reçoit pour les terres qu'il a originairement concédées une rente presque insignifiante. C'est six à huit francs par exemple pour quatre-vingt-dix arpents. 2. On est obligé de faire moudre à son moulin, mais il ne peut demander plus d'un prix fixé par la loi et qui est au-dessous de celui qu'on paye aux États-Unis avec la liberté et la concurrence. 3. Il y a des droits de lods et ventes, c'est-à-dire que, quand le propriétaire d'une terre inféodée la vend, il est obligé de donner le douzième du prix au seigneur. Cette charge serait assez pesante si l'esprit dominant de la population n'était pas de rester invinciblement attaché au sol. Tels sont tous les restes du système féodal au Canada. Du reste, le seigneur n'a point de droits honorifiques, point de privilèges. Il n'y a point de noblesse et il ne peut y en avoir. Ici comme aux États-Unis, il faut travailler pour vivre. On ne trouve point de fermiers. Le seigneur est donc ordinairement lui-même un cultivateur. Et cependant, quel que soit le pied d'égalité sur lequel sont maintenant placés les seigneurs, la population ne les voit pas sans quelque crainte et jalousie. Ce n'est qu'en embrassant le parti populaire que quelques-uns d'entre eux sont parvenus à se faire élire à la Chambre des communes. Les paysans se souviennent de l'état de sujétion dans lequel on les tenait sous le gouvernement français. Il y a surtout un mot qui est resté dans leur mémoire comme un épouvantail politique, c'est la taille. Ils ne savent plus précisément quel est le sens du mot, mais il représente toujours pour eux une chose insupportable. Je suis convaincu qu'ils prendraient les armes si on voulait établir une taxe quelconque à laquelle on donnât ce nom.

    D.: Quelles sont les conditions d'éligibilité pour arriver à votre Chambre des communes?

    R.: Il n'y en a point.

    D.: Qui est électeur dans les campagnes?

    R.: Celui qui a quarante et une livres de revenu foncier est électeur.

    D.: Ne craignez-vous rien d'une si grande masse d'électeurs?

    R.: Non. Tout ce peuple est propriétaire, il est religieux, aime l'ordre, ses choix sont bons et quoiqu'il prenne un grand intérêt aux élections, elles ne sont presque jamais accompagnées de troubles. Les Anglais ont voulu nous importer leur système de corruption, mais il a complètement échoué contre la moralité et l'honneur de nos paysans.

    D.: Où en est l'instruction primaire?

    R.: C'est une longue histoire. Du temps des Français, il n'y avait point d'instruction. Le Canadien avait toujours les armes à la main, il ne pouvait passer son temps à l'école. Après la conquête, les Anglais ne se sont occupés que des leurs. Il y a vingt ans le gouvernement a voulu établir l'instruction, mais il s'y est pris maladroitement. Il a choqué les préjugés religieux. Il a fait croire qu'il voulait s'emparer de l'instruction et la diriger en faveur du protestantisme. C'est ce que nous avons dit au moins, et le projet a échoué. Les Anglais ont dit que le clergé catholique voulait retenir le peuple dans l'ignorance. On ne disait la vérité de part ni d'autre, mais c'est là le langage des partis. Il y a quatre ans notre Chambre des communes aperçut clairement que si la population canadienne ne s'éclairait pas, elle finirait par se trouver entièrement absorbée par une population étrangère qui s'élevait à côté et au milieu d'elle. On fit des exhortations, on donna des encouragements, on forma des fonds, on nomma enfin des inspecteurs des écoles. J'en suis un et je reviens de faire ma tournée. Rien n'est plus satisfaisant que le rapport que j'ai à faire. L'impulsion est donnée. La population saisit avec une incroyable activité l'occasion de s'instruire. Le clergé nous aide de tous ses efforts. Déjà nous avons dans nos écoles la moitié des enfants, cinquante mille environ. Dans deux ou trois ans, je ne doute pas que nous ne les ayons tous. J'espère qu'alors la race canadienne commencera à quitter les bords du fleuve et à s'avancer vers l'intérieur. Jusqu'à présent nous nous étendons à peu près cent vingt lieues le long des deux rives du Saint-Laurent, mais cette ligne a rarement dix lieues de large. Au-delà cependant se trouvent des terres excellentes, qu'on donne presque toujours pour rien (ceci est [à] la lettre) et qu'on peut facilement cultiver (le prix de la main-d'œuvre est trois francs dans les villes, moins dans la campagne). La nourriture est très bon marché. Le paysan canadien fait lui-même tous les objets de nécessité : il fait ses souliers, ses habits, toutes les étoffes de laine qui le couvrent (je l'ai vu).

    D : Pensez-vous que des Français pussent venir s'établir ici?

    R.: Oui. Notre Chambre des communes a passé une loi il y a un an pour abolir la législation d'aubaine. Au bout de sept ans de résidence, l'étranger est canadien et jouit des droits de citoyen. […]

    Alexis de Tocqueville, " Voyage en Amérique ", Cahier non alphabétique I, Œuvres I, Paris, Éditions Gallimard, 1991, p. 54-59.

    25 août 1831

    Apparence extérieure : le Canada est sans comparaison la portion de 1'Amérique jusqu'ici visité par nous, qui a le plus d'analogie avec 1'Europe et surtout la France. […]

    Le fond de la population et l'immense majorité sont partout français. Mais il est facile de voir que les Français sont le peuple vaincu. Les classes riches appartiennent pour la plupart à la race anglaise. Bien que le français soit la langue presque universellement parlée, la plupart des journaux, les affiches, et jusqu'aux enseignes des marchands français sont en anglais! Les entreprises commerciales sont presque toutes en leurs mains. C'est véritablement la classe dirigeante au Canada. Je doute qu'il en soit longtemps ainsi. Le clergé et une grande partie des classes non pas riches, mais éclairées, sont français, ils commencent à sentir vivement leur position secondaire. Les journaux français que j'ai lus font contre les Anglais une opposition constante et animée. Jusqu'à présent le peuple, ayant peu de besoins et de passions intellectuelles et menant une vie matérielle fort douce, n'a que très imparfaitement entrevu sa position de nation conquise et n'a fourni qu'un faible point d'appui aux classes éclairées. Mais depuis quelques années, la Chambre des communes, presque toute canadienne, a pris des mesures pour répandre à profusion l'instruction. Tout annonce que la nouvelle génération sera différente de la génération actuelle, et si d'ici à quelques années, la race anglaise n'augmente pas prodigieusement par les émigrations et ne parvient pas à parquer les Français dans l'espace qu'ils occupent aujourd'hui, les deux peuples se trouveront en présence. Je ne puis croire qu'ils se fondent jamais, ni qu'il puisse exister une union indissoluble entre eux. J'espère encore que les Français, en dépit de la conquête, arriveront un jour à former à eux seuls un bel empire dans le Nouveau Monde, plus éclairés peut-être, plus moraux et plus heureux que leurs pères. Pour le moment actuel, cette division entre les races est singulièrement favorable à la domination de l'Angleterre.

    28 août 1831

    M. Neilson est venu nous chercher aujourd'hui pour nous mener voir le pays. Le résultat de cette promenade a été on ne saurait plus favorable à la population canadienne. Nous avons trouvé des terres bien cultivées, des maisons qui respirent l'aisance. Nous sommes entrés dans plusieurs. La grande salle est garnie de lits excellents, les murs sont peints en blanc. Les meubles très propres. Un petit miroir, une croix ou quelques gravures représentant des sujets de l'Écriture sainte complètent l'ensemble. Le paysan est fort, bien constitué, bien vêtu. Son abord a la cordialité franche qui manque à l'Américain; il est poli sans servilité et vous reçoit sur le pied de l'égalité mais avec prévenance. Ceux mêmes chez lesquels nous avons été avaient dans leurs manières quelque chose de distingué qui nous a frappés. (Il est vrai qu'on nous conduisit chez les premières familles du village.) Au total cette race d'hommes nous a paru inférieure aux Américains en lumières mais supérieure quant aux qualités du cœur. On ne sent ici en aucune façon cet esprit mercantile qui parait dans toutes les actions comme dans tous les discours de l'Américain. La raison des Canadiens est peu cultivée, mais elle est simple et droite, ils ont incontestablement moins d'idées que leurs voisins, mais leur sensibilité parait plus développée. Ils ont une vie de cœur, les autres de tête.

    29 août 1831

    […] Nous nous sommes écartés dans les sentiers et nous avons causé avec tous les habitants que nous avons rencontrés, tâchant de faire porter la conversation sur des sujets graves. Voici ce qui nous a paru résulter de ces conversations :

    […] Ils sentent évidemment leur position de peuple vaincu, ne comptent point sur la bienveillance, non pas précisément du gouvernement, mais des Anglais. Toutes leurs espérances se rattachent à leurs représentants. Ils paraissent avoir pour eux et particulièrement pour M. Neilson – " Il est cependant anglais ", nous disaient-ils comme avec étonnement ou regret – cet attachement exalté qu'ont en général les peuples opprimés pour leur protecteur. Plusieurs nous ont paru parfaitement comprendre les besoins de l'instruction et se réjouir vivement de ce qu'on venait de faire en sa faveur. Au total cette population nous a paru capable d'être dirigée quoique encore incapable de se diriger elle-même. Nous arrivons au moment de la crise. Si les Canadiens ne sortent pas de leur apathie d'ici vingt ans, il ne sera plus temps d'en sortir. Tout annonce que le réveil de ce peuple approche. Mais si dans cet effort les classes intermédiaires et supérieures de la population canadienne abandonnent les basses classes et se laissent entraîner dans le mouvement anglais, la race française est perdue en Amérique. Et ce serait en vérité dommage, car il y a ici tous les éléments d'un grand peuple. Les Français d'Amérique sont aux Français de France ce que les Américains sont aux Anglais. Ils ont conservé la plus grande partie des traits originaux du caractère national, et l'ont mêlé avec plus de moralité et de simplicité. Ils sont débarrassés comme eux d'une foule de préjugés et de faux points de départ qui font et feront peut-être toujours les misères de l'Europe. En un mot ils ont en eux tout ce qu'il faudrait pour créer un grand souvenir de la France dans le Nouveau Monde. Mais parviendront-ils jamais à reconquérir complètement leur nationalité? […]

    Nous avons pu apercevoir dans nos conversations avec le peuple de ce pays-ci un fond de haine et de jalousie contre les seigneurs. Les seigneurs cependant n'ont pour ainsi dire point de droits, ils sont peuple autant qu'on peut l'être et réduits presque tous à cultiver la terre. Mais l'esprit d'égalité de la démocratie est vivant là comme aux États-Unis, bien qu'il ne soit pas si raisonneur. J'ai retrouvé au fond du cœur de ces paysans les passions politiques qui ont amené notre Révolution et causent encore tous nos malheurs. Ici elles sont inoffensives ou à peu près parce que rien ne leur résiste. Nous avons cru remarquer aussi que le paysan ne voyait pas sans peine le droit que le clergé avait de prélever la dîme, et ne considérait pas sans envie la richesse que cet impôt met dans les mains de quelques ecclésiastiques. Si la religion perd jamais son empire au Canada, c'est par cette brèche-là que l'ennemi entrera. […]

    1er septembre 1831

    Remarques générales

    […] Cependant il est certain [que] :

    1. Le Bas-Canada (heureusement pour la race française) forme un État à part. Or, dans le Bas-Canada la population française est à la population anglaise dans la proportion de dix contre un. Elle est compacte. Elle a son gouvernement, son parlement à elle. Elle forme véritablement un corps de nation distinct. Dans le parlement composé de quatre-vingt-quatre membres, il y a soixante-quatre Français et vingt Anglais.

    2. Les Anglais jusqu'à présent se sont toujours tenus à part. Ils soutiennent le gouvernement contre la masse du peuple. Tous les journaux français font de l'opposition, tous les journaux anglais sont ministériels, à l'exception d'un seul, The Vindicator, à Montréal. Encore a-t-il été fondé par des Canadiens.

    3. Dans les villes les Anglais et les Canadiens forment deux sociétés. Les Anglais affichent un grand luxe. Il n'y a parmi les Canadiens que des fortunes très bornées. De là, jalousie, tracasseries de petite ville.

    4. Les Anglais ont dans les mains tout le commerce extérieur et dirigent en chefs tout le commerce intérieur. De là encore jalousie.

    5. Les Anglais s'emparent tous les jours de terres que les Canadiens croyaient réservées à leur race.

    6. Enfin les Anglais se montrent au Canada avec tous les traits de leur caractère national, et les Canadiens ont conservé tous les traits du caractère français. Il y a donc fort à parier que le Bas-Canada finira par devenir un peuple entièrement français. Mais ce ne sera jamais un peuple nombreux. Tout deviendra anglais autour de lui. Ce sera une goutte dans l'Océan. J'ai bien peur que, comme le disait M. Neilson avec sa franchise brusque, la fortune n'ait en effet prononcé et que l'Amérique du Nord ne soit anglaise.

    2 septembre 1831

    Il y a cinq ou six ans, le gouvernement anglais a voulu réunir tout le Canada dans une seule assemblée. C'était la mesure la plus propre à dissoudre entièrement la nation canadienne, aussi tout le peuple s'est-il réveillé tout à coup et c'est depuis ce temps qu'il connaît sa force. […]

    La nomination des officiers de milice appartient au gouvernement, mais la Chambre d'assemblée ayant décidé que pour être officier de milice il fallait résider sur le lieu de son commandement, le résultat a été de mettre la direction de la force armée presque exclusivement dans les mains des Canadiens.

    Un Canadien me disait aujourd'hui que dans la Chambre d'assemblée les discussions étaient vives, emportées, et que souvent on prenait des résolutions précipitées dont on se repentait quand la tête était refroidie. Ne croirait-on pas entendre parler d'une Chambre française? 

    Source

    Alexis de Tocqueville, " Voyage en Amérique ", Cahier alphabétique A, Œuvres I, Paris, Éditions Gallimard, 1991, p. 201-212.
    Date de création : 2013-08-08 | Date de modification : 2013-08-08
    Informations
    L'auteur

    Alexis de Tocqueville

    0%
    Dons reçus (2018-2019):0$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.