Voyager en marchant

Franck Michel

Renouer avec la marche, c'est s'adonner au plus vieux mode de voyager des êtres humains.

À la faveur du corps libéré, alliant les vertus de la montagne et l'osmose avec la nature retrouvée, les "bonheurs de la marche à pied" ont, dès la fin du XIXe siècle, passionné les excursionnistes de tout genre (Bertho Lavenir, 1999: (63-85). La marche devient même un sport avec la naissance, en 1926, de l'épreuve mythique Paris-Strasbourg, dont la portée politique est évidente, et non pas seulement parce qu'elle relie deux places fortes en symboles patriotiques: la place de la République à Paris à la place Kléber à Strasbourg (Autrement, "La marche, la vie", 1977). Dès 1844, ainsi que l'observe Rodolphe Toepffer, la randonnée possède toutes les qualités, les valeurs même, qu'on lui trouve ou retrouve aujourd'hui: contacts avec la nature et les hommes, connaissance et dépassement de soi, lien social et vie de groupe, exercices physiques et maîtrise du corps (p. 156).

Grâce à la lenteur qu'elle induit et à la modestie qu'elle revendique, la marche permet de renouer avec la nature intacte (ou presque) et peut inciter à la méditation mûrement réfléchie. La randonnée est une forme douce du voyage. Pacifique et épicurienne, la marche est le contre-pied du modèle dominant, elle enseigne la patience, l'écoute et le respect de la nature et des hôtes, elle est ce déclic qui permet de réapprendre à vivre autrement, elle se délecte à l'idée de cheminer mais reste à l'écoute des bruits du monde. Marcher c'est également gambader, se balader, se promener et se perdre... Flâner. Même si, comme le remarque Pascal Dibie: " Flâner, c'est se laisser porter par non pas par ses jambes, mais par ses sens. C'est suivre une couleur, c'est trébucher sur une odeur, c'est se laisser tirer par des sons, c'est goûter l'air du temps " (Dibie, 1998: 168). Le sens de la mrche permet toujours d'avancer dans le sens du bon voyage, celui qui construit plutôt que déconstruit, celui qui prend le temps de vivre plutôt que celui qui vit son temps.

À lire également du même auteur

Les transformations de l'imaginaire
Ce qui risque d'advenir lorsque les spiritualités orientales sont récupérées par l'imaginaire oc

Quête du sacré
La recherche du sacré dans le voyage, une expérience réelle ou une occasion de prendre des libert

Voyager en dépit du terrorisme
Devant la menace du terrorisme, les voyagistes s'adaptent et proposent de voyager pour comprendre!

Exotisme et voyage
Paradoxe du voyageur: il veut s'assimiler à l'autre qu'il découvre mais cette assimilation n'est-e

Les origines du tourisme
Le tourisme se perd-il dans la nuit des temps (époque gréco-romaine ou Europe médiévale) ou tire




Nos suggestions