Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Anarchéologie

Robert Hébert

Tout le travail de Roland Houde converge vers cette notion d’anarchéologie, notion nulle part explicitée mais qui devient transparente et efficace de par sa méthode « juxtalivresque jusqu’à l’ivresse ». Elle joue sur les deux plans de signification du préfixe : an- privatif; repère[r] des signes marginaux, anarchiques par rapport à une époque, à un contexte et qui du même coup mettent en cause les lieux communs d’une histoire simplifiée. S’orienter vers « ces exceptions… à l’intérieur ou à l’extérieur des institutions philosophiques actuelles »; ana- cinématique : mouvement d’analyse des conditions réelles (documents, instruments de travail…) et des pratiques qui déterminent le savoir historique dans une société donnée. […] Par conséquent, renversement de lieux communs qui prétendraient fonder une ère nouvelle dans la rupture d’un passé simple et qui, s’aveuglant sur la répétition des pouvoirs académiques [ou autres], perpétueraient cela comme règle d’autorité. […] Notre vision de l’histoire se renverse lorsque nous comprenons que nous avons souvent été libres, que toujours l’efficace fut claire — abolir une facette de l’Entfremdung [aliénation, littéralement en-étrangement]; que les signes sont là, mais que nous ne les avons pas lus (par intérêts); qu’il n’y a pas à fonder une pensée québécoise de par la pensée d’un manque, mais à poursuivre le libre travail de la pensée.